Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 30 juin 2014 (#9 - 18H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 30 juin 2014 (#9 - 18H00)

Euro-Zone Figures Continue to Disappoint, US Equities at All-Time Highs

European stock markets flipped between small gains and losses as investors showed anxiousness due to poor economic data out of the euro zone. The Stoxx 600 slipped 0.2% while the FTSE100 in London rose by 0.1%. The MSCI Asia Pacific Index rose 0.3% while US stock markets started the last trading day of the month and quarter on a subdued note.

Worrying euro zone inflation data is weighing on sentiment here in Europe, particularly as the European Central Bank is due to meet on Thursday to discuss policies. It’s been a month since the ECB responded with a package of stimulus measures; measures which so far seem to have underwhelmed the market, with the euro zone inflation figures for June remaining unchanged at 0.5%. Although this figure is very much in line with expectations, it does mean that inflation remains far off the ECB’s 2% target. Markets will be analysing the language and rhetoric used by the ECB in Thursday’s meeting for some indication as to whether they will take further steps to shore up the Euro-Zone economy.

Kicking off the US session, equities are heading for the longest stretch of quarterly gains since 1998. With the second quarter coming to an end, the S&P500 is up 4.7% for the period, more than its gain in the first quarter. US equities have reached all-time highs, with markets reacting positively to improving economic fundamentals which signal a rebound following faltering growth in the first quarter of the year.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Old Mutual Files for a US IPO

Dual listed insurer and financial services company Old Mutual has filed for an IPO in the USA. Old Mutual is listed in both London and Johannesburg and has major interests and activities in Africa.

The insurer is seeking to float its US business, which is called OM Asset Management Limited – it’s an institutional asset management business with approximately $203 billion of assets under management as of the end of March 2014. Bank of America Merrill Lynch, Morgan Stanley, Citigroup and Credit Suisse are advising Old Mutual on the IPO, which will be listed on the New York Stock Exchange. It will be interesting to see market reaction to the public offering, with recently cancelled and unsubscribed IPO’s suggesting a certain level of market saturation when it comes to the issuing of new shares.

The other telling thing about this IPO is that it suggests Old Mutual is content with offloading its exposure in the US and focussing on Africa. Like many insurers and financial services firms, Old Mutual is looking to streamline its business and cut non-core assets in order to strengthen capital buffers and the balance sheet. Offloading the US business will certainly help the firm to do just that.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



German Retail Sales Fall as Country Awaits IFO Report, Japan's Economy Stutters in the Wake of Sales Tax Hike

Equity markets in Europe kick off the last trading session of June on an upbeat note despite a mixed session in Asia overnight. Emerging markets outperformed overnight, with the MSCI Emerging Markets Index adding 0.4%.

Improving US economic fundamentals seem to be signalling a rebound following faltering growth in the first quarter of the year. At the same time, weakness in the first quarter buys the Federal Reserve more time to keep interest rates at record lows for longer than expected after the bond-buying programme comes to an end.

Out already this morning, German retail sales saw a surprising fall, underwhelming market participants. The data showed retail sales fell 0.6% in May month-on-month, versus the 0.8% expected by the market. That doesn’t bode well for Tuesday’s German IFO report which will offer insight over sentiment and confidence in the euro zone’s powerhouse economy.

There were still worries about the situation in Iraq although oil prices have fallen slightly; violence in Iraq so far has largely been in the north of the country, while Iraq’s main oil wealth is in the south. Brent slipped to $113 a barrel overnight but is still up 3.3% for the month of June which is its third straight monthly gain.

Overnight in Asia, Japan's Nikkei 225 average fell 0.2% after factory output rose less than expected, calling into question how the economy is performing after the national sales tax was raised in April under PM Shinzo Abe’s reforms.

Australia's S&P/ASX 200 fell 0.4% after worrying inflation data showed an increase to 3% from 2.9% - the highest since July 2011. In China however, stock markets rose with Hong Kong's Hang Seng Index up 0.2% and the Shanghai Composite higher by 0.5%.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



UBS daily roundup - Revising growth and risks

Paul Donovan daily briefing.

• Our US team revised down 2014 average GDP (from 2.5% to 1.7% yoy), but also flag upside risks. How so? Because the existing data shows a surprising weakness in healthcare spending, which has weakened the history, but this has made GDP the anomaly in the pantheon of economic data.

• We get confidence data from the Chicago PMI and the Dallas Fed indices today. We are positive on the Chicago figures (caveated with the normal health warnings about sentiment data tending to overreact to reality).

• Europe shows the world its consumer price inflation (structural deflation is not in evidence, in our view). M3 money supply is also due – significant as the ECB's policy to tackle the non-existent deflation threat is to try and stimulate lending with the TLTRO, which is likely to fail in its objective.

• The UK offers mortgage lending and consumer credit data. The Bank of England may well have an incentive to hike rates this year to head of a return of consumer leverage (as the consumer may have forgotten that rates can rise).




China Politburo Aims To Finish Major Fiscal Reforms By 2016

China's Politburo, the country's top governing body, has agreed on fiscal and taxation reform plans at a meeting on Monday to build a more transparent fiscal system.

The meeting, chaired by President Xi Jinping, said the government will improve its fiscal budget management and better use fiscal budget to regulator government's spending behaviour.

The Politburo also agreed to deepen tax reform, improve tax structure and stabilize tax burden while pledge to use tax measures to push for economic structure adjustment.

The Politburo aimed to finish major fiscal and tax reform tasks by 2016 and establish a modern fiscal system by 2020.

But the Xinhua story didn't give any details of coming tax reform. Key tax reforms expected by the market include change in property tax, expansion of value-added tax pilot, consumption tax and resources tax.

The Politburo also said it will speed up reform of urban residence registration, the so-called Hukou system, to allow more rural migrants to become urban residents, granting them access to public utilities.

Granting rural migrants citizenship is at the core of Beijing's new urbanization push as a key driver of China's future economic growth.

MNI Singapore Bureau



Les marchés boursiers patinent !

Le Commentaire de CMC Markets France.

Séquence morose pour les places boursières européennes. Les indices ne progressent plus depuis quelques séances, dans des volumes d’échanges relativement faibles (autour de 3 milliards d’euros par séance sur le Cac 40). La correction des marchés – l’indice Eurostoxx50 a concédé -2,25% sur les cinq dernières séances – s’explique par des statistiques macroéconomiques contrastées.

Aux Etats-Unis, les dépenses de consommation des ménages ont déçu, avec une progression de 0,2% au mois de mai contre 0,4% attendu. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué moins fortement que prévu, avec un reflux de 2 000 inscriptions (à 312 000) contre 5 000 espéré. En Europe, la France est pénalisée par un taux de chômage toujours élevé, à un peu plus de 10%. En revanche, l’Espagne et le Royaume-Uni se sont distingués par des chiffres encourageants, avec respectivement, une progression de 1% des ventes de détail en mai et de 0,8% du PIB en mai.

Les investisseurs ont également réagi négativement aux propos de James Bullard, membre de la Réserve Fédérale, qui a apporté quelques précisions, jeudi dernier, sur le probable calendrier du resserrement monétaire américain. Selon lui, La FED devrait vraisemblablement remonter ses principaux taux directeurs au premier trimestre 2015. Cette hausse de taux fait craindre aux investisseurs une moindre rentabilité des actions, dont le couple rendement/risque restait bien plus avantageux ces dernières années que celui des classes d’actifs réputées « sans risque », comme les produits monétaires ou obligataires.

La remontée des taux directeurs aux Etats-Unis n’est pas un facteur de risque

La réaction quasi immédiate des marchés aux propos de James Bullard a été disproportionnée. La perspective d’une normalisation de l’environnement monétaire est légitime et inévitable, les marchés boursiers semblent tout à fait préparés au changement de cap de la banque centrale américaine. Même si quelques indicateurs récents ont pu décevoir, globalement, l’économie américaine reste bien orientée et l’inflation se rapproche de l’objectif de 2% de la FED. N’oublions pas que Janet Yellen, Présidente de la banque centrale, et son prédécesseur, Ben Bernanke, ont fait en sorte de préparer au mieux le resserrement monétaire pour que son impact soit le moins déstabilisant possible, tant pour les marchés actions que pour les taux longs. La diminution du « quantitative easing » s’est faite en douceur, mois après mois, tandis que le rehaussement des taux devrait se réaliser par palier, avec des augmentations de quelques dizaines de points de base seulement et séquencées dans le temps.

La stagnation des marchés actions depuis le début du mois de juin, avec une certaine recrudescence de la volatilité, offre des points d’entrée aux investisseurs pour réexposer une partie de leur portefeuille à certaines valeurs dont les cours sont attractifs. C’est le cas en Europe, où les titres des secteurs financiers et cycliques présentent encore un fort potentiel de rattrapage. Entre la rationalisation des bilans des entreprises, de leurs structures de coûts et de leurs activités, et la politique plus accommodante de la Banque Centrale Européenne, le scénario haussier est à privilégier à moyen-long terme.

Par J. Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France

Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers.

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est agréé par la FCA au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority) et enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution en France.

Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers à effet de levier comportant un risque de perte supérieure au capital investi. Ces produits présentent un caractère hautement spéculatif. Ils sont destinés à des investisseurs avisés pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Les CFD sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Les CFD présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d’un produit à l’autre, par exemple s’agissant de la rapidité des variations des cours ou en matière de liquidité.



La mauvaise passe de l’économie française

Il y a des semaines à oublier. La dernière fait partie de cette catégorie.

L’augmentation du chômage, la dégradation du climat des affaires, les mauvais résultats de la balance des paiements courants. Néanmoins, le moral des ménages qui s’était dégradé ces derniers mois a repris quelques couleurs en juin mais tout en restant en-dessous de sa moyenne.

La balance des paiements, l’indicateur clef de nos problèmes

La Banque de France a communiqué les résultats définitifs de la balance des paiements courants pour 2013. La balance des paiements courants est un bon indicateur pour mesurer la situation économique et financière d’un pays car elle prend en compte les échanges de biens et de services mais aussi les transferts financiers. Ainsi, en 2013, le solde des transactions courantes de la France a enregistré un déficit de 30,3 milliards d'euros représentant 1,4 % du PIB, contre 31,8 milliards (1,5 % du PIB) en 2012.

Sans surprise, les échanges de biens et services restent déficitaires de 24 milliards en 2013 contre 30 milliards en 2012. La réduction est imputable à un moindre déficit de la balance commerciale dont le déficit est passé de 67 à 61 milliards d’euros. Néanmoins, cette amélioration doit être relativisée car elle est avant tout liée à la diminution des importations de biens provoquée par la faiblesse de la demande interne et par la baisse de la facture énergétique. Les entreprises françaises n’ont pas réussi à gagner des parts de marché en 2013.

Les échanges de services ont connu une plus forte croissance que ceux des biens mais les importations ont augmenté de 9 % quand les exportations n’ont progressé que de 4 %.

Le tourisme constitue un important pourvoyeur de ressources, en effet, les voyages restent le principal poste excédentaire avec plus de 10 milliards d’euros. Les autres composantes des transactions courantes, intérêts reçus ou versés notamment, se dégradent avec l’augmentation des encours de dette publique détenus par des non-résidents et également de la réduction de la détention de titres étrangers et de la baisse de leur rendement. Plus de la moitié de la dette publique est détenue par des non-résidents. De ce fait, le paiement des intérêts entraîne un flux financier en-dehors du territoire national et donc à un appauvrissement.

La « position extérieure », qui mesure le patrimoine national vis-à-vis de l’étranger devient plus débitrice, le solde étant de - 351 milliards à fin 2013 (soit 16,6% du PIB) contre -236 milliards à fin 2012.

La France à la recherche de la croissance perdue

L’INSEE a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014. Elle ne devrait être que de 0,7 % au lieu du 1 % escompté. Cet écart de 0,3 point devrait naturellement augmenter le déficit budgétaire de 3 milliards d’euros. L’objectif de déficit public fixé à 3,6 % du PIB pour cette année sera encore plus difficile à atteindre avec une croissance en berne. Pour mémoire, en 2013, le déficit public a été de 4,3 %. La réduction du déficit est, depuis trois ans, en France sur un trend annuel de 0,3 point par an. Compte tenu des circonstances économiques, la France devrait au mieux revenir à 4 % en 2014. Pour 2015, l’objectif de 2,8 % apparaît, en l’état, surréaliste. La Commission européenne parie respectivement sur 4 et 3,9 %.

Cette révision à la baisse de la croissance est en phase avec les résultats de l’indicateur composite du climat des affaires de l’INSEE. Après avoir connu huit mois de stagnation, l’indicateur perd deux points au mois de juin et se situe, de ce fait, très en-deçà de sa moyenne de long terme. La dégradation concerne tous les secteurs à l’exception des services qui restent stables mais à un niveau faible.
Ainsi, l’indicateur se dégrade d’un point dans l’industrie, de deux points dans le commerce de détail et de quatre points dans le bâtiment. Ce dernier secteur souffre malgré les très faibles taux d’intérêt. Les ménages reportent les investissements lourds dans l’immobilier et les collectivités publiques reportent les commandes en raison des incertitudes pesant sur leurs ressources et en raison des cycles électoraux (en périodes pré-électorales et postélectorales, les investissements des collectivités se contractent).

Chômage : un cinquième de la population active (hors fonction publique) en sous-emploi

Avec un climat des affaires dégradé, une croissance en berne, les résultats du chômage du mois de mai ne pouvaient pas être bons d’autant plus que l’activité a été hachée par les jours fériés. En outre, les dispositifs d’emplois aidés commencent à atteindre leurs limites. Certes, le Gouvernement a décidé d’augmenter le nombre d’emplois d’avenir et d’améliorer les contrats de génération mais les marges sont de plus en plus faibles tant pour des raisons budgétaires que pour des raisons économiques. Une entreprise n’embauchera pas même avec une aide à la clef si elle n’en trouve pas l’intérêt.

Au mois de mai, le nombre de demandeurs d’emploi a donc augmenté de 0,7 % et atteint le chiffre record de 3,388 millions soit +24 800.
Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C a franchi le cap des 5 020 200 en France métropolitaine fin mai 2014 (5 320 000 en France y compris Dom). Un sixième de la population active est à la recherche d’un emploi. En ne retenant que les salariés du secteur privé, c’est un cinquième de la population active qui est concerné…
C’est en Corse, en Ile de France et en Aquitaine que le chômage a augmenté le plus au mois sur un an. Il s’agit de régions qui avaient plutôt bien résisté à la crise qui sont, aujourd’hui, confrontées à la dégradation du marché du travail.

Consommation, en baisse de 0,6 % sur un an malgré un rebond au mois de mai

Les dépenses de consommation des ménages en biens ont augmenté de 1,0 % en volume mais cette hausse est imputable quasi-exclusivement à l’énergie avec une augmentation de 8 %. Les ménages ont reporté leurs commandes de fuel au printemps du fait de l’hiver clément et pour bénéficier d’un prix en baisse. Les autres postes de consommation sont stables voire en diminution. Il faut souligner que la consommation s’inscrit en baisse de 0,6 % sur un an.

Extrait de La lettre Lorello Ecodata du 8 juin 2014.
Lorello Ecodata
44, rue de Fleurus
75006 Paris



Good Morning Finyear Readers!

European markets have started out the new week on a positive note this morning as there are reports that the Iraqi government is making progress in stemming the advances of the Iraqi insurgents.

Focus this morning will be on the release of the Euro-zone inflation data. With prices overall expected to remain stable compared to the previous month but well below the ECB’s long-term target these figures are unlikely to allay fears that the Euro-zone is facing a prolonged time of very low inflation and consequently more action might be needed by the ECB in the months to come.

Also likely to have an impact on intra-day trading is the fact that today is the last trading day of the month/quarter and first half of 2014 with some window dressing to take place. Overall sentiment remains neutral at this stage with markets settling into range-trading for now.

While there is still plenty of uncertainty what the Ukraine and especially Iraq are concerned there is also optimism that the fall-out for the global economy will be limited and that the global recovery will gain speed in the second half of 2014.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black



Le CAC tente le rebond après sept séances de baisse

Marchés Actions : Fidèles à leur habitude, les indices de Wall Street n’ont pas déçu et ont clôturé la séance du vendredi à la hausse. En effet, le Dow Jones a gagné 5,71 points, soit 0,03%, à 16 851,94 points. Le Standard & Poor’s 500 a pris 0,19% à 1 960,96 points, tandis que le Nasdaq Composite a progressé de 18,88 points à 4 397,93 points, soit +0,43%. Ces valeurs permettent d’effacer quelques pertes encourues suite aux indicateurs macroéconomiques qui avaient pénalisé les marchés en cours de semaine et permettent malgré tout au Nasdaq de gagner 0,7% sur l’ensemble de la semaine. Cependant, le bilan hebdomadaire du Dow Jones et du S&P 500 reste dans le rouge, avec des pertes respectives de -0,6% et -0,1%.

Dans ce contexte, les investisseurs se préparent pour une semaine chargée en annonces économiques, mais écourtée par le férié l’Independence Day étasunien du 4 juillet. Aujourd’hui, on prendra connaissance de la première estimation de l’inflation dans la zone euro en juin, attendue stable à 0,5% sur un an. L’après-midi, les chiffres sur le secteur immobilier américain verront le jour, avant de laisser place aux indicateurs d'activité dans la région de Chicago en juin. Le consensus table sur un recul à 63 points, contre 65,5 points en mai.

Du côté des entreprises, les regards se porteront sur BNP Paribas. D’après des sources proches du dossier, l’affaire toucherait à sa fin, une fois qu’un accord ait été trouvé entre le Département américain de la Justice et BNP Paribas. La banque française devrait ainsi s’acquitter d’une amende de 8,9 milliards de dollars et plaider coupable pour violation de l’embargo sur certains pays, notamment l’Iran et le Soudan.

Ce matin, la bourse de Tokyo finit en hausse de 0,44%. Cela laisse entrevoir que, dans le sillage de Wall Street et Tokyo, les principales places boursières pourraient ouvrir en légère hausse. En effet, le CAC 40 pourrait gagner 0,1%, le Dax à Francfort 0,3% et le FTSE à Londres progresserait de 0,2% à l’ouverture.

Forex : En fin de semaine dernière, la monnaie unique européenne s’est appréciée face au billet vert. Après la publication des statistiques US décevantes, les investisseurs s’attendent à ce que les taux historiquement bas de la Fed restent encore à ce niveau. En effet, vendredi dernier, les cambistes ont pris connaissance du PIB américain qui a été publié à -3%, soit, un chiffre en dessous du consensus établi par les analystes. Après avoir franchi les 1,3650$, le cross EUR/USD semble marquer une pause dans son appréciation et s’échange aux encablures des 1,364$. Au vu des annonces économiques attendues pour cette semaine notamment sur le chômage aux Etats Unis, les cambistes pourraient se montrer attentistes pour ce début de semaine ce qui pourrait permettre à l’EUR/USD de prolonger son trend haussier.

Sur les deux dernières séances, le dollar a également perdu du terrain face au yen. Dans sa dépréciation, la parité USD/JPY est passée en dessous de son point pivot fixé à 101,468 yens. Actuellement, l’USD/JPY se négocie aux alentours des 101,450 yens.

Depuis ce matin, la livre sterling connait un recul face au billet vert et vient de casser son actuel point pivot fixé à 1,7027$. Si la dépréciation perdure pour cette séance, le niveau des 1,70 pourrait être rapidement cassé.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux pétroles de références chutent suite aux spéculations que les combats en Irak ne vont pas s’étendre au sud du pays. Rappelons que la région sud est responsable de plus de 75% de la production journalière. L’Irak a pompé le mois dernier près de 3,3 millions de barils par jour, ce qui en fait le deuxième pays producteur membre de l’OPEP, derrière l’Arabie Saoudite. Le ministre du pétrole en Irak, Abdul Kareem Al-Luaibi, a déclaré que les exportations de brut devraient augmenter le mois prochain car les combats se maintiennent dans la région Nord du pays, donc sans incidence pour le moment pour la région Sud. L’armée russe aide à la préparation de l’armée de l’air irakienne pour reprendre des zones dans le Nord du pays détenus par des militants islamistes. Les forces gouvernementales ont déjà repris le village d’Ouja, le lieu de naissance de Saddam Hussein hier.

En Lybie, le port d’Es Sider devrait pouvoir rouvrir en Août prochain selon les rebelles qui avaient fermé le plus gros terminal d’exportation du pays. Le pays est devenu le plus petit producteur de l’OPEP depuis l’année dernière suite au début des troubles par des rebelles qui ont fermé les ports d’exportations de pétrole. Rappelons que la Lybie détient les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique.

Ce matin, le WTI et le Brent évoluent en territoire négatif, abandonnant respectivement 0,41% et 0,30% à 105,31$ et 112,96$.

Du côté des métaux précieux, le métal jaune se dirige vers une deuxième hausse trimestrielle mais recule de 0,06% ce matin à 1 315,43$. Le contexte géopolitique étouffant en Irak et en Ukraine soutient le métal jaune. A cela s’ajoute des indicateurs macroéconomiques décevants de part et d’autre de l’Atlantique. De plus, devant le manque de volatilité des actions, les investisseurs tendent à se tourner vers des investissements alternatifs comme l’or. L’or a profité du discours de la FED qui a indiqué vouloir maintenir des taux d’intérêts bas pour une longue période. L’or s’échangeant donc à son plus haut niveau en deux mois, les investisseurs dans l’or physique peuvent être découragés et attendre une meilleure opportunité. Dans le sillage de l’or, l’argent cède 0,26% à 20,91$.

Saxo Banque (France)

26 juin 2014

Point de conjoncture - Commentaire de la CGPME

De l’aveu même de la Commission européenne, la France a plutôt bien géré les années de crise. Il semble que ce soit moins le cas des années de « reprise » tant ses perspectives de croissance à moyen terme sont aujourd'hui en berne.

Ainsi, « stabilité » et ses dérivés sont les notions les plus récurrentes dans cette publication : l’économie française s’est arrêtée au cours de ces dernières semaines. Or, le Gouvernement ou encore les principales institutions économiques prédisent un rebond de notre économie pour cette année. De cette prévision découle la stratégie de réduction des déficits publics : notre pays doit relever le défi de ramener son déficit public à moins de 3 % du PIB d’ici à fin 2015 au plus tard tout en garantissant une trajectoire baissière à la dette publique.

Il ne reste, donc, plus que sept mois à la France pour réaliser 1 % de croissance et accomplir cette prouesse faute de quoi la rigueur d’ores et déjà appliquée pourrait s’amplifier.


Croissance : avis de la Commission européenne

La prévision de croissance du Gouvernement pour 2014 est conforme à celle de la Commission européenne (+1 %) : le redressement de l’activité devrait s’enclencher via la consommation, moteur traditionnel de notre économie. Celle-ci serait stimulée par la décrue progressive du chômage ainsi que par la hausse du pouvoir d’achat liée à la faible inflation. Ainsi, selon les prévisions, la croissance du PIB devrait rester inférieure à son potentiel en 2014 et ne s'accélérer que modérément en 2015.

Pour 2015, les prévisions officielles sont proches de celles de la Commission (+1,7 % pour les premières contre +1,5 % pour la dernière) même si elle est moins optimiste quant à la contribution des échanges à la croissance : le Gouvernement surévaluerait les effets du CICE sur la compétitivité des exportations.

Amélioration du déficit budgétaire depuis juillet 2013

Au 30 avril 2014, le déficit budgétaire s’établit à 64,2 milliards d’euros soit une amélioration du solde de 3,9 %. Les dépenses sont en baisse de 1,3 % sur un an et ont atteint 138,6 milliards d’euros. Parallèlement, les recettes se sont établies à 93 milliards d’euros, soit une hausse de 2,4 %, tirées notamment par les recettes fiscales (+2,6 %).

Baisse du déficit commercial : reflet du manque de dynamisme de l’économie française

En avril, le déficit du commerce extérieur a atteint 3,9 milliards d’euros, soit une baisse de 19,2 % sur un mois. La baisse des exportations (-0,7 %) est mineure en comparaison de celle des importations (-2,9 %) : la hausse des approvisionnements énergétiques a été plus que compensée par la baisse des achats pharmaceutiques et de ceux d’autres secteurs industriels. Sur un an, le déficit est en hausse de 3,6 % en raison du net fléchissement des exportations (-6,4 %).

Inflation stable en avril

En mai, l’indice des prix à la consommation est stable. Il s’agit d’une tendance généralisée : les prix à la consommation sont restés globalement inchangés malgré la hausse saisonnière des prix des produits alimentaires et en particulier ceux des produits frais (+2,9 %). Sur un an, l’indice augmente de 0,7 % sur un an.


En mai, le moral des ménages n’a pas évolué par rapport à avril : l’indicateur correspondant se situe toujours quinze points en dessous de sa moyenne de longue période.

Les ménages sont toujours aussi nombreux à anticiper une hausse du chômage au cours des prochains mois. En avril 4,986 millions de personnes étaient inscrites à Pôle Emploi, soit une hausse de 0,7 % sur un mois (après +0,2 % en mars). Le nombre de chômeurs est 4,2 % plus élevé qu’il y a un an. Par ailleurs le nombre de chômeurs de longue durée s’est accru de 1,1 % sur un mois. Surtout, il est 10 % supérieur à son niveau d’avril 2013. De même, le nombre de chômeurs au sens du BIT atteint 10,1 % au premier trimestre 2014.
L’anticipation des ménages en matière de chômage impacte leur consommation dont les dépenses ont diminué de 0,3 % en avril (après +0,6 % en mars) : cette baisse est imputable au recul des achats des dépenses en énergie (-3,3 %).


En mai, le climat des affaires est de nouveau quasiment stable dans tous les secteurs. De même, 90 % des patrons de PME se déclarent toujours très inquiets pour l’économie française : ce niveau ne varie quasiment pas depuis septembre 2012.

L’évolution du chiffre d’affaires de la plupart des secteurs d’activité au premier trimestre reflète cette inquiétude. La baisse du chiffre d’affaires reste, en effet, la principale difficulté pour 51 % des dirigeants de PME. Le volume des ventes dans le commerce a, donc, été décevant, en particulier dans le secteur de la vente et la réparation automobile : après trois trimestres d’amélioration, le chiffre d’affaires a chuté de 2,2 % au premier trimestre. Un tel recul n’avait pas été observé depuis le premier trimestre 2012. L’activité dans les services est, en revanche, très hétérogène. Le chiffre d’affaires des fournisseurs de services aux ménages s’est de nouveau amélioré au premier trimestre (+0,7 %) tandis qu’il n’a pas évolué dans les services aux entreprises. Parallèlement, le chiffre d’affaires dans l’industrie est quasiment stable au premier trimestre : quel que soit le secteur industriel, le chiffre d’affaires stagne depuis le deuxième trimestre 2011.

Par conséquent, la production industrielle peine à redémarrer depuis deux ans et oscille autour de son niveau moyen de longue période. Ainsi, en avril, la production de l’ensemble de l’industrie s’est, certes, accrue de 0,3 % sur un mois mais elle est inférieure de 16 % à son niveau d’avril 2008.

Au premier trimestre, le nombre de défaillances atteignait 15 932 entreprises. Si ce chiffre est quasiment identique à celui du dernier trimestre 2013 (-0,1 %), il est, néanmoins, en hausse de 3,9 % sur un an.

Le financement des entreprises évolue peu en mai. Du côté de la demande de crédit, moins d’un patron de PME sur deux déclare ressentir un impact négatif de la conjoncture (48 % contre 63 % en janvier 2014). Toutefois, 75 % des dirigeants ressentent un durcissement des conditions de financement alors que 67 % d’entre eux déclarent avoir au moins un besoin de financement. Du côté de l’offre, le taux de croissance du crédit aux sociétés non financières s’accroit légèrement en avril (+0,3 %) après un premier trimestre marqué par la stagnation. Cette légère amélioration provient du fait que les encours de crédits de trésorerie ont rebondi en avril (+1,1 %) bien qu’ils demeurent inférieurs de 4,4 % à leur niveau d’avril 2013. Les crédits à l’investissement continuent de s’accroître très modérément (+0,4% sur un mois ; +2,9% sur un an).

Pour les mois à venir, les industriels, les commerçants et les fournisseurs de services estiment que l’activité sera orientée à la baisse. Les carnets de commandes globaux et étrangers se dégarnissent dans l’industrie tout comme dans les services où les entrepreneurs anticipent un niveau d’activité nettement inférieur à sa moyenne de longue période. Les commerçants font face à l’alourdissement des stocks alors que les perspectives de ventes se dégradent : ainsi, les intentions de commandes auprès des fournisseurs diminuent.

La plupart des données présentées dans ce document proviennent de l’INSEE, de la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects, de la Direction du Budget et de la Banque de France.
CGPME - Direction des Affaires Économiques

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Expedia va acquérir Auto Escape auprès de Montefiore Investment 27/06/2014
- Qualium Investissement reprend Poult 27/06/2014
- Sarenza lève 74 M€ auprès de HLD et Bpifrance 27/06/2014
- Ardian annonce l’acquisition d’Italmatch Chemicals auprès de Mandarin Capital Partners 27/06/2014
- Cap Vert Finance acquiert Aditia Lease avec le soutien d’Eurazeo PME 27/06/2014
- JCDecaux augmente sa participation dans sa filiale japonaise MCDecaux 27/06/2014
- Kéolease boucle un tour de table de 300,000 € 27/06/2014
- TransCure bioServices augmente son capital de 698,220 € grâce aux investisseurs de proximité de la région Rhône-Alpes 27/06/2014
- Suez Environnement acquiert la société australienne Process Group 27/06/2014
- Sun European Partners va céder DBApparel à HanesBrands 26/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

18 juin 2014

Avril 2014 comparé à mars 2014 : La production dans le secteur de la construction en hausse de 0,8% dans la zone euro
Hausse de 0,6% dans l’UE28.

En avril 2014 par rapport à mars 2014, la production dans le secteur de la construction, corrigée des variations saisonnières, a augmenté de 0,8% dans la zone euro (ZE18) et de 0,6% dans l’UE282, selon les premières estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En mars 2014, la production dans le secteur de la construction avait diminué respectivement de 0,3% et 0,2%.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 30 Juin 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs