Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 1er septembre 2014 (#7 - 16H30)


Daily Briefings by Finyear. Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 1er septembre 2014 (#7 - 16H30)
#7 - 16H30

UBP / Les sanctions européennes sur la Russie ont un impact limité sur les investissements en actifs russes

Par Denis Girault, Responsable crédit de l'équipe "Dette émergente" d'Union Bancaire Privée.

Depuis le 10 juillet, les États-Unis et l'Union Européenne ont mis en place des sanctions qui pèsent sur la dette des entreprises russes. Si les investisseurs européens et américains n'ont plus le droit d'investir dans de nouvelles émissions de dettes ou d'actions (moins de 90 jours), cette interdiction ne porte pas sur les actifs émis avant l’établissement des sanctions.

Il apparaît alors que ces sanctions, bien que sérieuses, devraient avoir un impact limité sur les fondamentaux des entreprises concernées :

Les emprunteurs russes pourront faire appel au marché interne pour répondre à leurs besoins à court terme. Cependant, ce marché n’offre pas la même profondeur et le refinancement des entreprises sera donc plus difficile.
Il n'existe pas de restriction en ce qui concerne la liquidité des obligations existantes et les emprunteurs ne sont pas contraints au défaut de paiement en étant bannis du système de règlement international.
A moyen terme ces sanctions n'auront qu'un effet limité sur la croissance russe.
"Pour Union Bancaire Privée, la probabilité que le rating de la Russie soit revu à la baisse par S&P au cours des 6 mois à venir, reste limitée. Cependant la volatilité devrait rester forte. Ainsi, malgré des valorisations attractives comparées à d'autres dettes corporate avec des risques crédit similaires, nous conservons notre sous-pondération sur les actifs russes dans nos différents fonds », souligne Denis Girault, Responsable crédit de l'équipe "Dette émergente" d'Union Bancaire Privée.
Union Bancaire Privée


#6 - 14H45

La vraie rentrée des marchés financiers

Par Christopher Dembik, Économiste chez Saxo Banque.

Les marchés financiers font leur rentrée cette semaine. Il y a fort à parier que l’actualité des banques centrales passe le risque géopolitique pour longtemps en arrière-plan. Tout au plus peut-on anticiper quelques remous encore sur le DAX 30, à la faveur du conflit en Ukraine, mais il semble fortement improbable que les velléités de Moscou remettent en cause la tendance de long terme à la hausse des indices. Ce serait faire abstraction des flux de liquidités massifs qui viennent alimenter les places boursières.

L’évènement de septembre reste la réunion de la BCE. Nous confirmons nous attendre au maintien du statu quo, qui reste le scénario le plus probable. Bien-sûr, la situation économique dans la zone euro n’est guère rassurante, les pays du Sud, qui ont mené des ajustements structurels sévères, sont en déflation, mais rien n’indique que Mario Draghi doive agir dans l’urgence.

Il faut en politique monétaire de 12 mois à 18 mois pour percevoir et analyser les effets sur l’économie réelle des mesures prises. De fait, les annonces du 5 juin dernier n’ont pas pu, bien évidemment, encore porté leurs fruits. Mario Draghi doit préserver une marge de manœuvre qui est déjà faible pour tenter de relancer la machine économique européenne.

Il serait également trompeur de voir dans les récents chiffres de l’inflation en zone euro une source supplémentaire d’inquiétudes. L’inflation sous-jacente, celle permettant de dégager une tendance de fond de l’évolution des prix, se situe à 0.9%. On aurait donc tort de se focaliser sur le chiffre de l’IPC à 0.3% qui a été, pourtant, largement commenté.

Côté américain, notre estimation pour les NFP (non-farm payrolls) est en ligne avec le consensus avec 220 000 emplois créés en août. Ce ralentissement par rapport à juin dernier traduit notamment les conséquences de la période estivale. On sait que les données de juillet sont toujours plus volatiles.

Le bas taux de participation du marché du travail et la faible inflation vont vraisemblablement autoriser une stratégie durablement accommodante de la FED. La remontée attendue des taux en 2015 n’augure en rien un durcissement significatif et rapide de la politique monétaire. On peut estimer que c’est le message que va s’efforcer de faire passer Janet Yellen dans les prochains mois.

La fin de l’ère de l’argent facile pour les marchés financiers n’est pas pour demain. Au pire, tout porte à croire que la BCE ne va pas tarder à prendre le relais de sa consœur américaine. Mais il faudra faire preuve de patience…Il est peu probable que cela se produise en 2014.
Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


#5 - 14H30

Allemagne: pas de rebond en vue

Par Gabriel Stein, Oxford Economics.

« Allemagne : Ne vous attendez pas un rebond significatif au T3. La décomposition du PIB allemand pour le T2 a confirmé que l'activité s’est contractée de 0,2% au 2ème trimestre et que le ralentissement reflète principalement la faiblesse de la construction. Ceci devait soutenir l’idée d’un rebond au troisième trimestre. Néanmoins, la baisse de l'indice PMI manufacturier du mois d’août à un plus faible depuis onze mois, suggère que la croissance devrait rester faible ce trimestre, à +0.2% t/t de notre point de vue. »

Graphique ci-dessous
www.oxfordeconomics.com


#4 - 11H30

US Indices End Month on a Strong Note, The Return of HMV

After a shaky start to August, the US Indices ended the month in a stronger position, with the S&P 500 closing up by 0.33% at 2,003.37 and the Dow closing up by 0.11% at 17,098.45, with strong macroeconomic numbers boosting perceptions of financial recovery as the US seems to move beyond the dark clouds of the ’08 financial crisis. Europe, however, is another matter entirely. Hopes of a Euro zone rally earlier this year proved to be short-lived, as reams of punishing economic data have hit a great many euro-area countries, from the strongest to the weakest. Today’s Manufacturing PMI numbers for the Euro zone brought mixed news; France surprised many by beating expectations, but this was outweighed by Germany and Italy falling short of the predictions. The Euro zone PMI as a whole came in slightly lower than expected – at 50.7 rather than 50.8. Although readings of above 50 are generally seen as positive, this figure – down from 51.8 last month – provides further ammunition for those criticizing Mario Draghi for failing to announce proper quantitative easing measures for the Euro zone. However at the Jackson Hole economic symposium a week ago Mr Draghi hinted at a preparedness to take further steps should the Euro zone economy continue to worsen. The DAX and CAC are both down this morning, at 0.32% and 0.38% respectively. The UK’s FTSE index is also down - by 0.21% - after UK Manufacturing PMI figures also failed to meet expectations, coming in at 52.5 rather than the 55 prediction.

Chinese Manufacturing Data was also weak, but the Shanghai Composite shrugged off the figures, closing up by 0.83% as stocks continued to gain due to last week’s statement of upcoming reform measures in the Chinese Defense Sector due to be announced next month. The news failed to make much of a mark on the Hang Seng, however, which had issues closer to home to look to after Beijing’s decision yesterday to bar open election in Hong Kong, allowing only approved candidates to run for office. The H-K based index closed roughly level, up by just 0.02%.

After Pfizer’s attempts to take over Astra Zeneca in May, they were given a 90 day waiting period before being allowed to make any further offers. With that period close to expiration, shares in the UK pharmaceutical company spiked last week amidst speculation that Pfizer would come back for another try with an increased bid. AstraZeneca’s share price has been volatile this morning, reaching a high of 4,609 and a low of 4517.

Just a year and a half ago HMV was teetering on the edge of bankruptcy, before being rescued by Hilco. Now the entertainment company seems to be experiencing a phoenix-like comeback – a month ago it took second place in the UK’s entertainment retail market and the CEO claims that it’s on course to push Amazon off the top spot when it comes to CD and DVD sales. Downsizing from 400 stores to 125, as well as retargeting by focusing on live concerts and record signings, HMV appears to be luring customers away from regular supermarkets. With a 3% increase in total physical music sales from January to June 2014, HMV seems to no longer be on the ropes.
Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk


#3 - 10H15

UBS daily roundup - Sentiment softer?

Paul Donovan daily briefing.

• US investors are of course absent from the markets today, wearing white for the last time this year and trying to learn how to spell the word "labour" correctly. The holiday may not have its normal dampening impact on markets, however.

• Euro area manufacturing sentiment is scheduled and the consensus is expecting a deterioration in the data. France is expected to continue to signal contraction. The volatility of sentiment is greater than that of the underlying data, so caution is necessary in interpreting the numbers.

• UK credit data, including mortgage lending, is scheduled. The real estate sector has been commenting that Bank of England restrictions have started to impact the credit data, and mortgage lending figures are due.

• Geopolitical risk remains a feature as the rhetoric over the Russo- Ukrainian conflict continues. The EU has appointed a new Foreign Affairs High Representative, and a new president (one of the many), and is about to debate additional sanctions against Russia.
www.ubs.com/investmentbank


#2 - 10H00

Ouverture sans changement en ce jour de fête du travail aux Etats-Unis Accéder à la recherche Saxo Banque

Marchés actions
Sur les marchés action, ce mois d’Août aura été marqué par une forte progression des indices US et tout particulièrement le franchissement du seuil symbolique des 2000 points par le S&P500, qui affiche une progression de 3.22% au cours du dernier mois. En effet, après avoir atteint son plus bas niveau au cours des trois derniers mois le 7 Août dernier, le S&P a clôturé en territoire positif au cours de 12 séances sur les 16 dernières, ce qui lui permet d’avancer pour la quatrième semaine consécutive et le 6ème mois sur les 7 derniers. De son côté, le Dow Jones grimpe de 3.77% tandis que le Nasdaq s’envole de 4.82% sur l’ensemble du mois d’Août après avoir glané respectivement 0.57% et 0.92% la semaine dernière. Le Nasdaq bat un nouveau record depuis quatorze ans à 4 580 points. Les investisseurs attendront avec impatience la publication des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis Vendredi prochain, qui pourrait marquer un nouveau pas dans l’embellie économique américaine et qui constituerait un nouveau pas vers la une hausse des taux aux Etats-Unis.

Wall Street sera fermé aujourd’hui à cause de la fête du travail (Labor Day), ce qui laisse augurer une journée faible en volume d’échanges avant le retour demain des investisseurs et opérateurs de marché après cette trêve estivale. Les investisseurs se tourneront donc vers l’Europe avec notamment la nouvelle estimation du PIB allemand du deuxième trimestre ainsi que les indices PMI définitifs du mois d’Août. Ils seront également attentifs à l’évolution du conflit russo-ukrainien. En effet, les rebelles pro-russes ont coulé une vedette de la marine ukrainienne qui patrouillait en mer d’Azoz selon un porte-parole de l’armée ukrainienne. Robert Menendez, sénateur démocrate américain, a exhorté Washington d’armer l’Ukraine pour repousser, ce qu’il considère, comme une invasion russe. Du côté de Moscou, Vladimir Poutine a demandé la réouverture de négociation entre l’Ukraine et les rebelles. Les investisseurs se montrent également inquiets face à une possible coupure de l’approvisionnement en gaz naturel en provenance de la Russie si les relations continuent de se détériorer.

La Bourse de Paris est attendue sur une ouverture stable ce matin après son gain hebdomadaire de 3%, tout comme l’ensemble des places européennes qui sont attendues en légère hausse. En plus de Wall Street fermé, les investisseurs devraient se montrer calmes avant une fin de semaine marquée par le conseil des gouverneurs de la BCE jeudi prochain et donc les chiffres de l’emploi américain vendredi.

Ce matin, la Bourse de Tokyo finit en hausse de 0.34% à 15 476.60 points, soutenue notamment par les gains enregistrés par les petites et moyennes capitalisations boursières. Les investisseurs ont toutefois affiché leurs craintes quant à la reprise économique japonaise, qui sont particulièrement soumis aux tensions géopolitiques actuelles à travers le monde.

Forex
Sur le marché des changes ce matin, le dollar a atteint un plus haut annuel contre l’euro. En effet, la monnaie unique s’échangeait à $1,3128 à 8h. On observe ainsi un renforcement du dollar, poussé par les bons chiffres américains, témoins d’une reprise de la croissance américaine. Depuis près de 3 semaines, le dollar s’appréciait progressivement face à sa principale contrepartie, mais l’escalade de la violence en Europe de l’Est et la tentative d’invasion par la Russie en Ukraine ont accéléré le processus, affaiblissant un peu plus l’euro. Les cambistes délaissent donc la monnaie unique pour investir dans les valeurs refuges telles que le dollar américain ou l’once d’or.

L’euro a d’ailleurs été observé à la baisse face à ses 16 principales contreparties. La devise européenne est attendue cette semaine aux alentours des $1,30, où elle pourrait trouver un soutien. A suivre tout de même aujourd’hui l’indice des directeurs d’achat pour le mois d’Août, attendu inchangé en zone Euro, afin de dessiner la tendance pour le cross EURUSD. En ce jour de fête du travail aux Etats-Unis, les marchés seront fermés et ce même indice ne sera publié que demain, alors qu’il est attendu à 58 aux Etats-Unis, son niveau le plus élevé depuis Avril 2010.

A l’heure où des navires ukrainiens se sont fait attaquer et où les sanctions à l’encontre de la Russie se durcissent, les cambistes scrutent la réunion de la BCE qui aura lieu jeudi 4 Septembre.

En Asie, le dollar australien a pâti de la chute de l’indice PMI chinois, tombé à 51,1 pour le mois d’Août contre 51,7 le mois précédent. La chine est en effet le plus important partenaire commercial de l’Australie. Il faudra attendre la réunion de la Banque d’Australie qui aura lieu demain, afin de savoir si le maintien des taux à 2,5%, un niveau bas record, sera effectif.

La devise nippone quant à elle, s’apprécie en ce début de semaine contre le billet vert et la monnaie unique. Le PMI japonais publié ce matin en légère baisse à 52,2 contre 52,4 lors de l’exercice précédent n’aura donc impacté la devise.

Outre-Manche, la livre sterling gagne du terrain face à ses deux principales contreparties, confirmant sa tendance haussière de la semaine dernière. Dans l’attente de son indice PMI à 10h30, la devise britannique s’échangeait respectivement à $1,6619 et €1,265, ce matin à 8h30.

Matières premières
Les Futures de pétrole sont en légère consolidation ce matin. Ils perdent environ 0,3 pour cent à New York, marquant ainsi leur première baisse en cinq jours. Plusieurs raisons expliquent cette baisse à commencer par la situation en Irak, où les forces irakiennes sont entrées dans la ville de Amirli, mettant fin à un siège imposé par des militants de l’Etat islamique qui a duré plus de deux mois. Alors que l’Irak est le deuxième plus grand producteur parmi les 12 membres de l'OPEP, la production s'est accrue de 90 000 barils par jour à 3,09 millions en Août, ce qui renforce l’offre et fait donc pression à la baisse sur les prix. Le Nigeria, l'Arabie Aaoudite et l'Angola ont également accru leur production le mois dernier alors que la sécurité de leur site s'est améliorée et que les programmes de maintenance sur le terrain ont pris fin.

Ce matin, le WTI pour livraison Octobre perd 25 centimes à $ 95,71 le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange. Le volume de tous les contrats à terme négociés était d'environ 57 pour cent inférieur à la moyenne de 100 jours. Les prix ont diminué de 2,3 pour cent en Août et sont en baisse de 2,7 pour cent cette année. Le Brent pour le règlement Octobre se traite à l’équilibre à $ 103,20 le baril sur l’ICE basé à Londres. Le brut de référence s'échangeait donc avec une prime de 7,43 $ par rapport au WTI, un léger gain par rapport à son niveau de $ 7,23 du 29 août.

Nous constatons peu de changement aussi sur les métaux précieux. L’argent progresse de 0.16% à 19.48$ l’once, tandis que l’or gagne 0.1% à 1288.52$ l’once.
Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


#1 - 9H30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed this morning despite the situation in Eastern Ukraine continuing to escalate and another set of weak data having been released out of China overnight.
However with the ECB holding their monthly policy meeting later this week and speculations are still growing what new potential measures are concerned to combat low inflation and weak growth, geo-politics especially seems to be on the backburner a bit for now.
Also with the US being closed for trading due to Labour Day, trading volume is expected to be on the low side and consequently today’s market action might not necessarily accurately reflect trader’s assessment of the current political situation in Europe and its impact on markets.
Also traders will keep a close eye on the announcement of any new sanctions being imposed on Russia, with so far previous sanctions not necessarily having had much success in deterring Russia from supporting pro-Russian rebels and instead are having a bigger than previously thought negative impact on the Euro-zone economy.
Overall sentiment remains negative which traders keeping a close eye on Easter Ukraine.
Until there isn’t any news that all parties concerned will come together and engage in serious negotiations it will be unlikely that any gains will be sustained and investors are changing their risk-off approach.
Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

FY Daily Briefings - 1er septembre 2014 (#7 - 16H30)
1er septembre 2014

L'inflation s'apprète-t-elle à rebondir en zone euro ?

Par Gabriel Stein, Oxford Economics.

« La chute de l’inflation au mois d'août dans la zone euro va continuer à alimenter le débat sur la nécessité d’un assouplissement monétaire plus agressif de la part de la BCE.

Nous pensons cependant que l’inflation devrait rebondir progressivement pour atteindre environ 1% au cours des deux prochains trimestres. Ceci est dû à l’effet conjoint du rebond probable, tout au moins de la fin de la baisse, des composants volatils, énergie et alimentaire, et aussi des prix à l’importations avec la baisse de l’euro.

Même si nous avons de la sympathie au sujet du fait que la BCE devrait assouplir davantage sa politique monétaire afin de soutenir une reprise hésitante, nous pensons que l’annonce d'un important programme d'achat d'actifs par la BCE est peu probable dans un environnement où l'inflation rebondit, particulièrement alors que les effets du programme TLTRO de la Banque demeurent incertains.

De ce fait, et malgré le récent discours de Mr Draghi à Jackson Hole, les chances d’un assouplissement quantitatif s’éloignent un peu plus en zone euro. »
www.oxfordeconomics.com

Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

Reprise des infos le 2 septembre.

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

27 août 2014

Hausse des créations d’entreprises en juillet 2014 (INSEE)

En juillet 2014, le nombre de créations d'entreprises en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS-CJO) augmente par rapport au mois de juin : +3,5 % y compris auto-entrepreneurs et +1,8 % hors auto-entrepreneurs.
+1,5 % en glissement annuel sur les trois derniers mois

Le nombre cumulé de créations brutes au cours des trois derniers mois progresse par rapport aux mêmes mois un an auparavant (+1,5 %) et plus particulièrement pour les entreprises sous forme sociétaire (+3,1 %).

Les secteurs qui contribuent1 le plus à cette hausse sont le soutien aux entreprises, l’enseignement, santé, action sociale et l’hébergement et restauration.
+1,1 % sur les 12 derniers mois

Le nombre cumulé de créations brutes au cours des 12 derniers mois est en hausse par rapport aux 12 mois précédents (+1,1 %), en particulier pour les entreprises sous forme sociétaire (+3,1 %).
Plus d’une création sur deux est une demande de création d’auto-entreprise

En juillet, 50,9 % des créations enregistrées sur les douze derniers mois, en données brutes, sont des demandes d’auto-entreprises.

Lire la suite :
www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=41&date=20140826


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Lundi 1 Septembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs