Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Dominique Andreux (Fondateur QRE) & Philippe Jager (CFO Wolfberger)


Interview croisée de Dominique Andreux, Fondateur de Quick Response Entreprise (QRE) et de Philippe Jager, CFO Wolfberger




Dominique Andreux  & Philippe Jager
Dominique Andreux & Philippe Jager
Dominique Andreux bonjour, présentez-nous votre structure QRE (Quick Response Enterprise) ?

Nous sommes des consultants entrepreneurs sur le périmètre des Opérations, forgés par nos expériences opérationnelles avec nos équipes. Notre mission est d’accompagner les dirigeants et leurs équipes pour faire de l’agilité un moteur de croissance.
Dans un environnement de plus en plus volatile, incertain, complexe et ambiguë, l’agilité représente un atout concurrentiel majeur et un moteur de croissance essentiel qui permet de mieux travailler avec plus de fluidité dans un environnement à évolution rapide.
Concrètement, QRE accompagne les entreprises en co-construisant et en déployant des solutions sur mesure, forme et certifie les professionnels des entreprises et du consulting, et transmet son expertise et expérience aux étudiants en master, futurs managers et dirigeants des entreprises de demain.
Enfin QRE c’est aussi la force d’un réseau de Praticiens QRM en Europe, partenaires avec Rajan Suri et le Centre de recherche QRM dans l’Université de Madison – Wisconsin (USA).

Comment avez-vous pris connaissance du QRM et pourquoi avez vous eu l’idée de le développer en France ?

Je possède 25 années d’expérience opérationnelle dont 10 en tant que dirigeant dans 3 secteurs industriels (Agro-alimentaire – Automobile – Mines). Tout au long de mon parcours professionnel j’ai toujours cherché à innover pour m’adapter à un environnement changeant. A cet égard, j’ai été inspiré par l’approche Temps versus Coût qu’a développé Rajan Suri, et que j’ai rencontré il y a 2 ans lors d’une Master Class.

J’ai entrepris de créer Quick Response Enterprise pour faire connaître et déployer le QRM dans les pays de la Francophonie. Lorsqu’on rencontre des entreprises qui ont mis en place le QRM, on comprend l‘efficacité de la méthode par ses résultats spectaculaires : réduction des délais de 80% - diminution des coûts d’environ 20% – amélioration de la qualité et du service client – gain de part de marché.
En observant le fonctionnement de l’organisation dans l’entreprise sous l’angle du temps qui s’écoule, il est facile d’en conclure que l’on doit adopter de nouvelles façons de procéder s’il on veut gagner en agilité. Dans un environnement de plus en plus volatile, cette méthode représente, par la réduction des délais sur toute la chaîne de valeur, un incontestable moteur de croissance.

Quel est l’objectif de la publication de votre ouvrage « Faites de Temps votre Allié » (1) ?

Il s’agit d’une adaptation française du livre de Rajan Suri « It’s About Time », qui invite les dirigeants à découvrir le pouvoir du temps à travers un nouveau paradigme : la compétition par l’agilité et la réduction des délais plutôt que la compétition par les coûts. Ce livre est une adaptation qui prend en compte les particularités culturelles européennes et françaises, à destination de tous les pays de la francophonie.

Est-ce que le QRM s’applique aux fonctions administratives et financières ?

Le QRM est une stratégie globale d’entreprise. Il ne concerne pas que la production mais aussi la comptabilité, l’ingénierie, le marketing, la vente et même les fournisseurs. Par exemple, combien de temps vous faut-il pour répondre à un appel d’offres ? Nous connaissons des sociétés qui sont passées d’un temps de réponse de deux semaines à un jour.
Ceci impacte fortement votre capacité à conquérir des parts de marché. Ou encore comment réduire le temps de traitement des factures fournisseurs de 25 jours à moins de 5 jours ? C’est ce qui permet à une société de mieux piloter sa trésorerie et de prendre des meilleures décisions pour le pilotage de ses activités. C’est notamment le cas avec la Société Wolfberger.

En quoi le QRM est-il différent d’autres méthodes ?

Le temps est au cœur du QRM et du fonctionnement de l’entreprise. Quand on comprend cela, on prend les décisions différemment. Mais surtout, le QRM est un mode de fonctionnement adapté à un environnement à forte variabilité et à faible volume, un environnement dans lequel les autres outils d’excellence fonctionnent mal.

C’est ce que vous appelez le paradigme du temps, ou « time thinking » ?

Oui il s’agit de prendre des décisions en réfléchissant à leur impact sur les délais avant les coûts. Savez-vous que si vous vous mettez dans la peau d’une commande (ou d’une facture…) et suivez le flux de cette commande dans tous les processus de l’entreprise sur le chemin critique, entre sa réception et le moment où elle est livrée au client, seulement 5% du temps les personnes vont agir sur la commande (temps utile) et 95% du temps la commande est en attente (temps inutile).
Que ce soit dans un bureau ou en production, elle est en attente de traitement. L’approche QRM consiste à réduire ces 95% de temps inutile, en se focalisant pour trouver de nouvelles façons de faire pour autant que cela contribue à réduire les délais.

Penser différemment c’est une chose, mais comment réduit-on les délais d’environ 80% ?

Il est clair que l’on ne réduit pas les délais de 80% en moyenne en améliorant à la marge l’organisation existante.
L’approche QRM consiste à mettre en place une organisation en cellules. Une cellule QRM est constituée d’une équipe pour réaliser une succession de tâches de A à Z sur un périmètre d’activités préalablement identifiées comme stratégique en matière de réduction des délais.
Les 3 clés de réussite du fonctionnement d’une cellule sont : le développement de la polyvalence, de la capacité disponible (environ 20%), de l’autonomie avec un objectif ultime de réduire les délais en permanence.

Comment ce concept s’applique-t-il en dehors de la production ?

Du moment que l’on est capable de visualiser comment le temps s’écoule dans un processus de l’entreprise, on constatera toujours un temps beaucoup plus important à attendre qu’à agir sur la tâche à effectuer. C’est donc en cherchant à réduire le temps d’attente entre 2 tâches à effectuer que l’on va potentiellement réduire de façon drastique le délai total, et pour cela il faudra accepter que les ressources mises en œuvre ne soient pas saturées.

Le QRM est-il applicable dans l’univers des services ?

Absolument. Des applications ont été réalisées dans la santé, notamment dans les hôpitaux, dans les assurances et d’autres domaines qui peuvent également devenir plus agiles.

Comment pensez-vous soutenir le développement du QRM en France ?

Le livre « Faites du Temps votre allié ! » (Editions De Boeck, 2014) est déjà une invitation à découvrir le QRM et ses champs d’application dans toute l’entreprise.
Il est disponible dans la rubrique boutique de notre site www.quickresponse-enterprise.com

Nous organisons aussi des Masterclass avec le fondateur Rajan Suri pour faire prendre conscience aux dirigeants et leurs équipes du potentiel du QRM.
La prochaine Masterclass aura lieu les 27 et 28 avril 2015 à Sophia Antipolis - Nice ; nous présenterons notamment des cas pratiques d’applications du QRM dans les fonctions supports et administratives.
A vos agendas :
Pour en savoir plus, participer à la prochaine Master Class les 27 et 28 avril 2015 à Sophia Antipolis – Nice.
Programme et inscription sur le site www.quickresponse-enterprise.com

Philippe Jager bonjour, vous êtes CFO de Wolfberger, quel est votre parcours ?

J’ai une expérience de 24 ans dans l’industrie.
J’ai découvert le monde coopératif en 2009 en ma qualité de DAF. Wolfberger est une coopérative vinicole réalisant un CA de 58 millions. Mon service « Finances+ » regroupe les fonctions financières, le contrôle de gestion, les Achats, les Ressources Humaines, les relations avec les services douaniers, le suivi administratif des adhérents, la trésorerie et le recouvrement.

Pourquoi ce projet QRM ?

A mon arrivée l’entreprise établissait une situation semestrielle. L’objectif était de produire une situation mensuelle. Début 2014 nous établissions une situation mensuelle, mais avec des retards importants (plus de 2 mois en moyenne).

Mon objectif étant d’établir un tableau de bord fiable sous 20 jours dans un premier temps et 5 jours à terme (identique au secteur automobile d’où je suis issu).
Challenge final : Connaître l’engagement de la Société en temps réel afin de maîtriser le pilotage de la trésorerie.

Pour la réalisation de cet objectif, j’étais tenté de mettre en place un support de dématérialisation et d’automatisation du traitement des factures fournisseurs tout en intégrant une validation des bons à payer via un logiciel externe.
En fait il était dans mon intérêt de fédérer mes collaborateurs autour d’un projet commun : la réduction des délais de traitement ; de modifier en profondeur la manière de travailler de mes services (Finances, RH, Trésorerie, contrôle de gestion, Achats, Recouvrement).

Comment avez-vous découvert le QRM et comment s’est déroulé ce projet chez Wolfberger ?

Ma participation à la « Masterclass QRM » à Strasbourg m’a donné l’occasion de découvrir le Quick Response Manufacturing – présenté par Rajan Suri, le fondateur du centre QRM ! J’ai su que ce principe était parfaitement à la réalisation de mon objectif.

Le QRM a démarré chez Wolfberger au quatrième trimestre 2014. Mes personnes ont pris conscience qu’ils pouvaient travailler différemment ! Nous avons remis à plat toutes les procédures internes et réorganisé les fonctions. Il en résulte une meilleure polyvalence, des délais de traitement en réduction et une réelle transversalité entre les différents services de l’entreprise. Le service Finances doit recueillir les informations de 7 sites externes, dont 2 sites de production. Les ateliers QRM se sont enchaînés entre les différents acteurs avec l’optique du traitement journalier des données. En résumé on traque les temps morts pour se focaliser sur le travail effectif pour une meilleure valeur ajoutée.
Via le Service Finance le QRM est présent dans toute l’entreprise avec un seul mot d’ordre : réduction des délais de traitement…

Cet atelier qui a modifié le regard des collaborateurs a eu un impact sur l’organisation plus fluide et ce qui n’a pas de prix : une meilleure ambiance de travail.
A ce jour, les résultats se font ressentir :
La remise de la clôture mensuelle est passée de 38 jours en Août 2014 à 14 jours en janvier 2015. Nous sommes encore à 14 jours de l’objectif.

Dominique Andreux (Fondateur QRE) & Philippe Jager (CFO Wolfberger)
Le temps de traitement des factures se réduit considérablement du fait de l’application du QRM.

Dominique Andreux (Fondateur QRE) & Philippe Jager (CFO Wolfberger)
Messieurs, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 27 Mars 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News