Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Disparition de Jérôme Haas, président de l’Autorité des normes comptables (ANC)


Nous avons appris le décès de Jérôme Haas, survenu en fin de semaine dernière.




Jérôme Haas
Jérôme Haas
Jérôme Haas s’est éteint jeudi dernier à l’âge de quarante-neuf ans.

Jérôme Haas était président de l’Autorité des Normes Comptables (ANC) depuis le 15 janvier 2010. Il était également membre des collèges de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), et du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF).

Jérôme Haas était diplômé de Sciences Po Paris et titulaire d'une licence en droit. Il était entré à la direction du Trésor à sa sortie de l’ENA.

Ancien directeur adjoint à la direction du Trésor, il y a exercé différentes responsabilités : dans le domaine des entreprises (secrétaire général du CIRI, sous-directeur des participations de l’État, sous-directeur de l'épargne et des marchés financiers) ; dans le domaine international public (administrateur adjoint de la Banque mondiale à Washington, secrétaire général du Club de Paris) et dans le domaine de la régulation financière française, européenne et internationale (Financial Stability Board).

L’Autorité des normes comptables était le résultat de son combat de toujours pour une plus grande reconnaissance de l’importance des normes comptables. Cette Autorité, qu’il a façonnée, a pour mission de renforcer la capacité collective à produire les meilleures normes nationales et à intervenir dans le débat sur les normes internationales. Il y mettait toute son énergie et son éloquence, et a contribué à faire bouger les lignes, en France, en Europe et à l’international.

Dès le début de son mandat, Jérôme Haas a souhaité résolument engager l’ANC à promouvoir une normalisation internationale équilibrée. L’ANC a ainsi formulé quatre critères fondamentaux, afin de servir de gage de la haute qualité et de la pertinence des normes internationales IFRS, pour lesquels elle a formulé des propositions, pris des positions et avec lesquels elle a analysé les projets de normes IFRS :
- Le choix de concepts clairs, correctement définis et admis ;
- des réponses à un besoin, à une demande économique clairement formulés et admis ;
- La prise en compte des « modèles économiques » (« business models ») mis en œuvre par les entreprises, sans biais financier ;
- L’évaluation des normes ex-ante consistant en de véritables simulations de l’impact du changement de normes sur les comptes et des conséquences de ces changements sur le comportement et le modèle économique des principaux acteurs.

Ces quatre critères font désormais partie des discussions de normalisation internationale, notamment dans le cadre de la revue par l’IASB de son cadre conceptuel.

Dans le contexte de la gouvernance de la normalisation internationale, Jérôme Haas a activement œuvré avec l’ANC afin de remettre l’intérêt général au cœur de celle-ci, notamment en renforçant le rôle des normalisateurs comptables nationaux de manière à ce que les normes internationales puissent être appliquées de manière homogène et fidèle dans les différents environnements légaux et économiques existant au sein de leurs juridictions respectives. Les liens tissés avec ses collègues des normalisateurs nationaux européens ont permis notamment d’initier un nouvel élan au niveau européen.

S’agissant des normes comptables françaises utilisées par toutes les entreprises pour l’établissement de leurs comptes annuels, l’ANC a, dès son premier plan stratégique et sous l’impulsion de Jérôme HAAS, mis en avant un modèle comptable ancré sur le droit français. Il souhaitait, pour les entreprises françaises, des normes simples et adaptées aux besoins, sûres et donc utiles au développement de notre économie ; et surtout, des normes stables. Ainsi, les normes comptables françaises constituent un socle mature, complet, stable et robuste permettant de répondre à l’ensemble des besoins des entreprises et des utilisateurs de leurs comptes. La stratégie de l’ANC vise à maintenir la cohérence des normes comptables françaises entre les différentes entités établissant des comptes (entreprises, associations, syndicats ou comités d’entreprise) en les actualisant si nécessaire et à piloter la cohérence entre nos normes et les normes internationales, les deux référentiels n’étant ni totalement hermétiques ni alignés.

Au niveau européen, Jérôme Haas a également défendu ce modèle comptable fondé sur le droit local dans le cadre des travaux de révision des directives comptables.

Enfin, Jérôme Haas s’est toujours très personnellement impliqué dans le développement de la recherche comptable française, en choisissant même d’en faire une activité stratégique pour le normalisateur comptable. Il pensait nécessaire de fonder les positions de l’ANC sur des arguments appuyés par une recherche de qualité et avait fait de la recherche un outil pour l’ANC et une mission à part entière.

Finyear adresse ses condoléances à ses proches.

Mardi 13 Mai 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs