Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Déterminer son seuil de rentabilité pour pérenniser l'activité de l'entreprise


Yannic Allouche, associé Qantea, explique pourquoi le seuil de rentabilité est l'un des ratios les plus importants à connaître par les entreprises, et comment il se calcule.




Quel est le rapport avec le fleuriste du coin qui travaille seul, le restaurant avec un salarié ou encore une entreprise du tertiaire avec plus de cinquante personnes ? A priori aucun. En regardant de plus près, leur dénominateur commun est qu'ils doivent tous connaître le montant de leur seuil de rentabilité. La connaissance de ce ratio est primordiale pour pérenniser l'activité de l'entreprise.

Un ratio commun à toutes les activités

Le seuil de rentabilité, encore appelé « point mort », est commun à toutes les activités. Il se définit comme une mesure du niveau de chiffre d'affaires à réaliser pour que les charges fixes soient couvertes par la marge dégagée. Les charges fixes, comme leur nom l'indique, impactent le compte de résultat, que l'entreprise réalise du chiffre d'affaires ou pas. Citons en exemple le loyer, les charges de personnel...

A l'opposé, les charges variables sont engagées pour réaliser des ventes. Le coût matière dans la restauration en est l'exemple type. Dans la franchise, la redevance au franchiseur fait partie des charges variables. Ainsi, pour chaque euro de chiffre d'affaires, un pourcentage fixe rémunérera l'utilisation de la marque et du concept. Souvent, une contribution pour la publicité commune s'additionnera.

Un calcul en deux étapes

Le seuil de rentabilité est le niveau d'activité minimum à partir duquel l'activité d'une entreprise devient rentable. Son calcul est relativement simple.

L'écart entre le chiffre d'affaires réalisé et les charges variables génère une marge. Son rapport au chiffre d'affaires s'appelle le taux de marge sur coûts variables. Pour obtenir le seuil de rentabilité, appliquez la formule magique en divisant le cumul de vos charges fixes par le taux de marge sur coûts variables. Vous connaissez ainsi le chiffre d'affaires à réaliser pour couvrir vos charges fixes. Le minimum à atteindre sera converti en jours ou en nombre d'unités à vendre.

Trois exemples de mesures correctrices

Cet indicateur fait partie de votre tableau de bord que vous suivrez régulièrement pour vous situer par rapport à vos objectifs. Tout écart entre le prévisionnel et le réalisé doit faire l'objet d'une analyse afin d'en comprendre les raisons. Plusieurs types d'actions correctrices pourront être mises en place.

Citons en exemple une action commerciale (campagne publicitaire, promotions...) qui servira à augmenter les ventes et à se repositionner dans les objectifs initiaux.

Une stratégie de réduction des charges fixes pourra également être envisagée : renégociation avec les prestataires réguliers, arrêt d'abonnement non utile à l'activité...

Enfin, la maximisation de la marge sera recherchée avec une meilleure politique des achats qui entrent dans les coûts variables : acquisition de plus gros volumes, sourcing différent...

Le seuil de rentabilité est un indicateur crucial pour le suivi de la gestion de l'entreprise. A minima, l'atteindre représente qu'elle ne perd pas d'argent. Le dépasser est signe de capacité financière plus importante pour le développement de l'activité et/ou plus de distribution de résultat pour les associés.

Qantea
42 rue de Clichy - 75009 Paris

Qantea est un groupement de cabinets indépendants d'expertise comptable, d'audit et de conseil, actifs sur l'ensemble de la France, qui offrent une palette de services complète en comptabilité, fiscalité, juridique, social, système d'information et accompagnement stratégique.
23 cabinets
49 implantations
65 associés et 475 collaborateurs
11 000 clients
Chiffre d'affaires : 40 M€ dont 87 % en expertise comptable et 13 % en audit

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :
Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 2 Septembre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs