Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Comportement de paiement des entreprises en Chine (étude Coface)


Les perspectives d'amélioration du comportement de paiement restent incertaines pour 74% des entreprises chinoises




Pour la huitième édition de son étude sur le comportement de paiement des entreprises chinoises, Coface a interrogé plus de 1000 entreprises entre octobre et décembre 2010. L'objectif de cette étude est de mieux connaître la conduite des entreprises chinoises en matière de paiement domestique.

La Chine adopte progressivement les standards internationaux en matière de vente à crédit qui se généralise pour faire face à la concurrence mais aussi en raison des problèmes de trésorerie des clients chinois. La tendance est aussi à l'amélioration s'agissant des comportements de paiement des entreprises. Malgré ces évolutions encourageantes, les entreprises chinoises anticipent une dégradation de la situation des paiements à court terme.

Chine : une croissance toujours dynamique mais en décélération en 2011
L'étude réalisée par Coface sur le comportement de paiement des entreprises chinoises met en lumière leur excellente résistance à la crise grâce à la forte croissance du crédit, à la stabilisation du yuan (jusqu'en juin 2010) et au large plan de relance. Néanmoins, dans un contexte de hausse de l'inflation et de resserrement des politiques économiques, la croissance devrait légèrement ralentir dès 2011 (8,8% en 2011 contre 10,3% en 2010), tout en restant à un niveau élevé par rapport aux autres pays émergents.

Toutefois, le resserrement des politiques économiques et les changements profonds dans le modèle de croissance chinois auront des conséquences microéconomiques. Les secteurs à faible valeur ajoutée (textile, chaussures, jouets) sont les premiers affectés par le retrait du stimulus fiscal, la volonté des autorités de monter en gamme, les hausses de salaire et par la reprise de l'appréciation du Yuan. Une augmentation de défaillances d'entreprises dans ces secteurs est à attendre.

Des entreprises plus ambitieuses dans leur conquête du marché domestique
Devenue la principale source de financement des entreprises en Chine, les ventes à crédit sont en forte progression depuis deux ans (+23%) Et près de 88% des entreprises chinoises interrogées par Coface ont eu recours aux transactions à crédit en 2010. Ce développement s'explique par diverses mesures incitatives et par les programmes de stimulus fiscal mis en place par le gouvernement chinois.

Si 53% des entreprises proposent des paiements à crédit à leurs clients pour faire face à la concurrence et gagner des parts de marché, 25% d'entre elles y sont contraintes à cause de problèmes de trésorerie de leurs clients ; à noter que cette catégorie ne représentait que 8% avant la crise.

Le comportement de paiement en Chine de moins en moins atypique
Depuis 2008 les entreprises chinoises ont observé une importante amélioration du comportement de paiement de leurs acheteurs domestiques. Si en 2008 la quasi-totalité des entreprises interrogées enregistraient des retards de paiement, leur part a diminué de 26% depuis.

Moins de retards de paiement signalés par les entreprises, mais également des retards qui durent moins longtemps : seulement 6,2% des retards excèdent 120 jours (13,2 % en 2009), les 2/3 des retards se règlent dans un délai de 60 jours maximum.

Ces retards de paiement ont pour cause principale la situation financière des clients, elle-même impactée par la concurrence, le manque d'accès aux ressources externes et de plus en plus par l'augmentation du coût des matières premières.

Parmi les différents types d'entreprises en Chine, les entreprises privées sont jugées les plus risquées en matière de paiement, mais à un niveau stable tandis que le risque parait de plus en plus élevé sur les entreprises publiques, fortement endettées et soumises comme les sociétés privées à la loi sur les faillites.

« La Chine est aujourd'hui aux « standards internationaux » en matière de crédit inter-entreprise et de durées de crédit. Le comportement de paiement des entreprises chinoises, bien qu'en amélioration, n'est pas exemplaire si bien que les entreprises se dotent des mêmes outils qu'ailleurs comme le credit management et le recours à l'assurance crédit, cette dernière étant en très forte progression en Chine», note Thierry Graffin, directeur adjoint Arbitrage de Coface.

Des perspectives d'amélioration incertaines
Malgré la tendance globale encourageante, les entreprises chinoises interrogées n'anticipent pas d'amélioration significative du comportement de paiement à court terme. 41,4% des entreprises s'attendent à ce que l'amélioration puisse prendre plus de 3 ans et 33% des entreprises estiment que la situation ne s'améliorera jamais.

Ce pessimisme s'explique par les inquiétudes des entreprises dans un contexte de retrait du stimulus fiscal, c'est notamment le cas de 37% des entreprises interrogées. D'autres craintes viennent s'ajouter à celle-ci : 31% des entreprises affirment craindre le resserrement du crédit alors que pour 23% des entreprises le principal danger viendrait de l'appréciation du yuan. Enfin, la hausse des salaires suite aux mouvements sociaux ayant touchés Foxconn et Honda en Chine pourraient peser sur les performances de plusieurs secteurs.

« 2010 a été une année très favorable pour les entreprises chinoises grâce à la croissance porteuse et au soutien de la politique économique. Mais en 2011, les entreprises subissent une série de chocs négatifs : retrait du stimulus budgétaire, crédit plus rare et plus cher, accélération de l'appréciation du yuan, inflation et augmentation du coût des intrants et surtout forte pression aux augmentations de salaires. Si à moyen terme, ces chocs sont bienvenus car favorables au rééquilibrage de la croissance chinoise en faveur de la consommation, à court terme les entreprises les plus fragiles pourraient être en difficultés », observe Constance Boublil, économiste de Coface, spécialiste de la zone Asie.

A propos de Coface
Coface a pour mission de faciliter les échanges entre toutes les entreprises partout dans le monde. Pour cela, Coface offre à ses 135 000 clients des outils pour externaliser en tout ou partie la gestion, le financement et la protection de leur poste clients : l'assurance-crédit, l'affacturage, l'information d'entreprise et la gestion de créances. Coface propose également, en France, la gestion des garanties publiques à l'exportation pour le compte de l'Etat. Grâce à un service de proximité de qualité et 6 600 collaborateurs répartis dans 65 pays, plus de 45% des 500 plus grands groupes mondiaux sont déjà clients de Coface. Coface est filiale de Natixis dont les fonds propres (Tier 1) s'élèvent à fin décembre 2010 à 16,8 milliards d'euros.
coface.fr

Jeudi 16 Juin 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News