Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Baromètre Atradius des pratiques de paiement


Les risques de défaut de paiement restent une préoccupation majeure pour les entreprises en Europe




Les défauts de paiement sont restés au cours de l’hiver 2010 à un niveau supérieur à celui de 2008, ce qui se traduit partout en Europe par une priorité accrue donnée à la gestion des risques clients dans les entreprises. Les entreprises interrogées à l’occasion de l’étude d’Atradius sur les pratiques de paiement, ont observé une légère amélioration des comportements de paiement à la fois des acheteurs domestiques et à l’exportation sur plusieurs marchés. Toutefois, dans la plupart des cas ces améliorations sont le reflet d’une gestion des risques clients plus stricte, plus vigilante et, dans certains cas, sont contrebalancées par des faiblesses persistantes dans certaines zones géographiques.

Le Baromètre Atradius des pratiques de paiement est une enquête réalisée 2 fois par an, auprès d’environ 1500 entreprises dans huit pays (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas et Suède). Elle est menée à l’initiative d’Atradius par l’institut d’études de marché Heliview.

En voici les principales conclusions :

- Les entreprises allemandes pratiquent les délais de paiement les plus courts et les entreprises italiennes les délais les plus longs dans l’UE
La moyenne des délais de paiement reste relativement stable, mais la tendance est à la réduction des délais de paiement. Les entreprises allemandes se distinguent par les délais les plus courts (19 jours en moyenne), suivies par les entreprises danoises et britanniques (26 jours). Les entreprises italiennes figurent en queue de peloton avec une moyenne de 60 jours.
En France, le délai moyen de paiement se réduit fortement. Il est de 33 jours contre 46 jours en 2009.

- Le comportement de paiement des entreprises des marchés domestiques en Suède et au Danemark se dégrade, mais s’améliore en Grande-Bretagne et en France
Les entreprises danoises et suédoises relèvent une dégradation persistante du comportement de paiement de leurs clients domestiques au cours des deux dernières années, comparé à un environnement plus stable sur d’autres marchés. Ainsi les entreprises britanniques et françaises interrogées dans l’enquête perçoivent une amélioration depuis l’hiver 2009.
En France, 52 % des entreprises interrogées ont évalué le comportement de paiement sur le marché domestique de « bon » ou « excellent ».

- Les clients domestiques paient en moyenne plus rapidement que ne l’indiquaient les enquêtes précédentes
Sauf pour les Pays-Bas, la Suède et le Danemark, les paiements domestiques se sont accélérés en moyenne de 5 jours comparativement aux observations de l’enquête de l’été 2009, et de 12 jours par rapport au pic des délais de règlement de l’hiver 2009 et de l’été 2008.
En France, la durée du paiement sur le marché domestique est estimée à 33 jours. Cette amélioration pourrait être liée à l’application de la Loi de Modernisation des Entreprises (LME) qui est désormais effective même si certains secteurs font l’objet de dérogations.

- Pas de changement significatif dans la fréquence des retards de paiements domestiques par rapport à l’été 2009
Les entreprises belges ayant participé à l’enquête font état de la dégradation la plus forte de la fréquence des retards de paiement domestiques. Dans les autres pays, aucun changement significatif n’est à constater.

- A l’exception de la France, les paiements des clients étrangers se voient attribuer en moyenne une plus mauvaise cote qu’au cours de l’été 2009.
Une forte détérioration du comportement de paiement des clients étrangers est à souligner en Belgique, au Danemark, en Suède et aux Pays-Bas entre l’été 2009 et l’hiver 2010. Seules les entreprises françaises mentionnent une légère amélioration. Comparativement à l’été 2008, la Grande-Bretagne rejoint la France ; ce sont les seuls pays où la situation selon les entreprises interrogées semble s’être améliorée légèrement.

- De manière générale, la fréquence des retards de paiement et des impayés de clients étrangers reste relativement inchangée
Comparé à l’été 2009, le changement le plus important dans la fréquence des retards de paiement des clients étrangers concerne la France, qui présente une variation saisonnière dans les taux de réponse repris dans l’enquête. 42% des entreprises françaises interrogées estiment que les clients étrangers mettent moins de 30 jours pour régler leurs factures (contre 14% en 2009). Quant aux impayés, ils ont augmenté fortement au cours de l’hiver 2010 par rapport à l’été 2009 au Royaume-Uni. Dans les autres pays, on observe peu de changements dans l’évolution des impayés de clients étrangers.

- Les relations commerciales avec les clients allemands s’avèrent les plus satisfaisantes
- La « vérification de la solvabilité » est le facteur le plus important dans l’accord de délais de paiement aux clients par le vendeur.

La « bonne connaissance de la clientèle » vient au second rang, suivie des « antécédents favorables ».

Yves Poinsot, Directeur d’Atradius France, déclare concernant les résultats de cette enquête : « Malgré le rétablissement progressif des économies mondiales, les risques d’impayés restent encore un facteur critique. Certains signaux d’amélioration sont évidents, mais les entreprises doivent rester vigilantes. La prudence constante dans l’application des conditions de paiement et la gestion des risques clients constituent la meilleure protection contre les défauts de paiement et les problèmes de trésorerie potentiellement dévastateurs qui peuvent en découler ».

Atradius

Mercredi 26 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs