Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Altarès : Les retards de paiements des entreprises européennes sont à leur plus haut niveau depuis 5 ans


Ils s’établissent, à fin 2008, à 14,9 jours en dégradation de 2,4 jours sur un an. Seule la France parvient à réduire légèrement ses retards sur 12 mois.




Altarès : Les retards de paiements des entreprises européennes sont à leur plus haut niveau depuis 5 ans
Constatés au travers du programme DunTrade qui analyse les informations provenant directement de la comptabilité client de milliers de sociétés participantes, les comportements de paiement des entreprises européennes se dégradent fortement depuis le printemps 2008. Le retournement est brutal en Italie et au Royaume-Uni. Dans ce contexte, la France fait figure d’exception ; les retards de paiement sont en recul de 0,3 jour sur 12 mois à moins de 12 jours.

L’Allemagne conserve son leadership tandis que les Pays-Bas résistent.

En moyenne sur 2008,les retards de paiement des entreprises européennes se situent à 13,8 jours. Mais à 12,7 jours en début d’année, ils s’accélèrent ensuite : 13,6 jours au deuxième trimestre, 14,1 au troisième et 14,9 jours au dernier trimestre.

L’Italie affiche la dégradation la plus marquée en Europe. Au printemps 2008, les retards de paiement approchent les 16 jours. La hausse se poursuit durant l’été (18, 6 jours) et ne se dément pas au quatrième trimestre (20,6 jours). Il faut remonter à 1995 pour trouver un délai supérieur. En moyenne annuelle sur l’ensemble de l’année 2008, les retards de paiement italiens s’établissent à 17,3 jours.

Au Royaume-Uni, les comportements de paiement des entreprises se dégradent régulièrement depuis le printemps 2007. A fin 2008, le cap de 17 jours est atteint, niveau qui n’avait pas été approché depuis 1997. En moyenne annuelle 2008, les retards se situent à 15,8 jours.

L’Espagne et la Belgique terminent l’année sur des retards de paiement voisins, respectivement, de 14,5 et 14,2 jours. En moyenne annuelle, les retards de paiement sont de 14,7 jours en Espagne et 13,7 jours en Belgique.

Le Portugal et l’Irlande conservent en moyenne annuelle les retards de paiement les plus longs à respectivement 23 et 19,4 jours.

L’Allemagne maintient son leadership en Europe. En moyenne annuelle, les retards s’établissent à 10,4 jours contre 9,4 jours en 2007.

Aux Pays-Bas, les retards de paiement sont maintenus en moyenne annuelle à 11,6 jours comme en 2007.

La France, souvent pointée du doigt pour l’élasticité de ses paiements, montre l’exemple en 2008. En préparation de la L.M.E mise en place début 2009, les retards de paiement ont été réduits d’une journée. Ils tombent en dessous de 12 jours en moyenne annuelle (11,9) contre 12,2 jours en 2007.

Dans un marché très chahuté, les secteurs du Bâtiment et de l’Immobilier dérapent sensiblement.
Dans leur sillage, l’Industrie et le Commerce sont sous pression.
Les comportements de paiement des entreprises immobilières se détériorent rapidement dans tous les pays.
A 17,7 jours en moyenne, l’Immobilier est le secteur en Europe où les retards de paiement sont les plus longs. C’est aussi celui, devant le Bâtiment, où la dégradation est la plus rapide avec un allongement de 3,2 jours sur un an et 4,7 jours sur deux ans.

Dans le sillage de l’Immobilier très affecté, le Bâtiment enregistre lui aussi une dégradation sensible des paiements. Les retards de paiement augmentent de 2,7 jours sur un an.

Le retournement est sensible dans l’Industrie. Dans ce secteur, les retards de paiement étaient tombés en dessous de 12 jours début 2006 ; ils sont désormais à près de 13,5 jours en dégradation de 1,8 jour sur 12 mois.

Comme dans l’Industrie, les retards augmentent de 1,8 jour en 2008 dans le Commerce de gros. Ils s’établissent à 14,1 jours.

Dans le Commerce de détail, les reports de règlement s’allongent de 1,8 jour à 16,1 jours.

Dans les Services, les retards de paiement étaient descendus en dessous de 13 jours début 2005. Ils franchissent à nouveau les 13 jours en juillet 2008 pour s’établir finalement à 13,9 jours ; c’est 1,5 jour de plus qu’un an plus tôt.

Dans le Transport et l’Administration, l’allongement des retards de paiement est contenu à 1,1 jour sur un an. Le retard moyen observé dans le Transport est de 15,4 jours. Dans l’Administration, le retard moyen est de 12,9 jours.

« Sur fond de crise, les entreprises européennes payent leurs fournisseurs de plus en plus tardivement. Six sur dix ne respectent pas les dates d’échéances contractées », observe Thierry Millon, responsable des analyses Altares.
« Stables en 2006 et 2007, les retards de paiement ne cessent de se dégrader depuis le début de l’année 2008. Confrontées à une contraction conjointe de leur activité et de leurs lignes de crédit, les entreprises sont tentées d’utiliser le crédit fournisseur en rallongeant leurs paiements. En France, la question des délais de règlements est au c?ur du dispositif L.M.E mis en place depuis le 1er janvier 2009.Ce dernier peut être de nature à soulager les trésoreries des PME ou, à défaut, à sensibiliser les acteurs économiques à davantage de mesure dans l’utilisation du crédit interentreprises. Dans un contexte économique difficile, les entreprises doivent en effet s’attacher à encaisser, dans les délais, les règlements de leurs clients. Les retards de paiement sont toujours un frein à la croissance et souvent un accélérateur de défaillance pour l’entreprise ; ils sont à l’origine d’une défaillance sur quatre. Les études statistiques réalisées depuis deux décades par Altares montrent que lorsque les retards de paiement d’une entreprise dépassent 30 jours sa probabilité de défaillance est multipliée par 6 ! ».

A PROPOS D’ALTARES
ALTARES est née du rapprochement de la Base d’Informations Légales BIL et de Dun & Bradstreet France. Sa vocation, en tant que spécialiste de la connaissance inter-entreprises : fournir des solutions pour accélérer la croissance. ALTARES répond aux besoins des entreprises sur deux axes majeurs :
développement commercial et gestion du risque financier, en France, en Europe comme à l’International. Membre du 1er réseau international d’informations B to B (le D&B Worldwide Network), ALTARES diffuse en France les solutions créées par le leader mondial D&B. Les clients d’ALTARES disposent du seul accès global à des données qualifiées sur plus de 115 Millions d’entreprises dans le monde. Dirigée par Thierry Asmar, ALTARES détient 40 % du marché français ; avec un CA d'environ 53 Millions d’Euros, l'entreprise compte près de 300 collaborateurs répartis sur 3 sites principaux : Nanterre, Rambouillet et Villeurbanne.

www.altares.fr


Etude de 28 pages (PDF) à télécharger ci-dessous

altares_bilan08_paiementeurope.pdf Altares_Bilan08_PaiementEurope.pdf  (798.59 Ko)


Mardi 3 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs