Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Accompagner les entreprises dans la migration à SEPA


Par Jonathan Williams, Directeur de la stratégie d’Experian.




Accompagner les entreprises dans la migration à SEPA
La migration des entreprises de la zone euro aux instruments SEPA (Single Euro Payments Area, Espace de paiement unique en euros) est lente. Actuellement, seulement 26 % des virements et 0,05 % des prélèvements automatiques éligibles utilisent le SEPA. Loin de l’effet stimulant escompté, l’annonce de l’échéance de février 2014 (février 2016 pour les pays hors zone euro) n’a que faiblement encouragé la migration au SEPA. Revenons ici sur les défis de la migration pour les entreprises ainsi que sur le rôle crucial des banques dans l’accompagnement de la migration des entreprises et l’enjeu que cela représente pour elles.

SEPA offre aux banques et aux entreprises multinationales la possibilité de grouper leurs paiements via des plateformes communes et de réaliser de ce fait d’importants rendements et économies d’échelle.
Le projet SEPA repose sur la création d’une zone dans laquelle tous les paiements électroniques sont traités de la même façon que les paiements nationaux et soumis à des règles communes. Il vise à harmoniser les paiements nationaux et transfrontaliers au sein de l’Europe, à standardiser le paysage bancaire et à réduire les risques de crédit, offrant aux consommateurs la possibilité d’effectuer des virements scripturaux en euros vers n’importe quel pays de la zone SEPA.

À l’heure de leur migration à SEPA, les entreprises sont confrontées à de nombreux défis. Toutefois, ce qui intéresse avant tout les banques travaillant en étroite relation avec leurs clients corporate, c’est la rapidité et l’efficacité avec lesquelles elles peuvent les accompagner dans la migration, en veillant à ce que leurs systèmes de données ne soient pas obsolètes, trop coûteux ou confus.

Avec la migration vers SEPA, les entreprises vont prendre conscience du taux d’erreur des données bancaires qu’elles détiennent. Les chiffres prouvent que plus d’un numéro de compte national sur huit (soit plus de 12 %) est erroné, ce chiffre atteignant même deux sur cinq dans certaines régions. Les banques ont toujours joué un rôle de filet de sécurité afin de garantir que les paiements de leurs clients soient acheminés correctement. L’arrivée de SEPA signifie la disparition des instruments nationaux qui permettaient jusqu’alors de colmater les brèches. Si actuellement les erreurs engendrées par des fusions de banques sont aisément repérées et réparées sans en avertir les donneurs d’ordre, avec SEPA, ces mêmes erreurs conduiront vraisemblablement à l’échec du paiement.

Les entreprises ne disposent pas des outils adéquats pour faire face aux conséquences de telles erreurs. Avec un coût unitaire d’environ 50 €, les transactions échouées ont un impact financier substantiel. En considérant un taux d’erreur moyen de 12 %, on peut estimer à 600 000 € le coût potentiel des ces erreurs pour une entreprise qui réalise des transactions avec 100 000 comptes bancaires. La nécessité de résoudre ce problème pour les entreprises est indiscutable.

Pour acheminer des paiements via SEPA, il est nécessaire d’utiliser un IBAN (International Bank Account Number) valide et, jusqu’à au moins 2016 dans certains pays, un code BIC (Bank Identifier Code), qui ne figure pas toujours dans les bases de données actuelles des entreprises. Pour migrer vers SEPA, les entreprises doivent extraire de leurs bases de données toutes les informations bancaires concernant leurs fournisseurs, leurs clients et leurs employés. Elles doivent ensuite les valider, les convertir au format SEPA approprié et les enregistrer de nouveau dans leurs systèmes. Si de nombreuses entreprises seront tentées d’effectuer une simple conversion algorithmique, il convient de noter que toute erreur non rectifiée sera perpétuellement conservée dans la base de données.

Cette migration représente une réelle opportunité pour les banques de se rapprocher de leurs clients corporate les plus précieux en les aidant à éviter de tels coûts.

Compte tenu du nombre de pays impliqués dans le projet SEPA, la migration devrait accroître la concurrence entre les banques sur le marché des comptes corporate multinationaux. SEPA aura pour effet de mettre sur un pied d’égalité les paiements nationaux et internationaux, rendant inutiles pour les entreprises le fait d’entretenir des relations bancaires dans chaque pays où elles effectuent des transactions.

Dans la mesure où il appartient aux entreprises de s’assurer que leurs fichiers bancaires sont exacts et conformes, ces dernières ont tendance à se tourner vers leur banque pour leur demander de l’aide car SEPA est un projet qui concerne les paiements. Cette tendance représente pour les banques une opportunité de se rapprocher de leurs clients (et d’augmenter leur chiffre d’affaires lié aux services bancaires), en leur offrant un partenariat et une assistance permettant de mener à bien cette transition complexe.

Entretenir une relation étroite avec leurs clients revêt pour les banques une importance capitale dans un monde post-SEPA car ce projet constitue une opportunité pour les entreprises de grouper leurs comptes bancaires et d’en réduire le nombre, menaçant de fait les banques, qui devront se battre pour conserver leurs clients. Les premières banques qui offriront à leurs clients corporate un accompagnement dans la migration en sortiront grandies et s’affirmeront comme les meilleurs fournisseurs de services bancaires paneuropéens.

SEPA est un projet capital, non seulement en raison de la mise en conformité qu’il exige mais également par la simplicité et la cohérence qu’il apportera au paysage bancaire post-migratoire. La migration à SEPA et la conversion à l’IBAN comme unique donnée bancaire ne se fera pas sans efforts mais elle pourrait bien avoir pour effet de renforcer les relations entre les banques et leurs clients.

Mardi 18 Septembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News