Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

2009, l’année des obligations d’entreprises !


L’année 2009 s’annonce pleine de défis tant du côté actions que du côté des obligations. Les récentes baisses de taux d’intérêt par la Banque Centrale Européenne ont été encourageantes ; nous pensons cependant que les taux doivent continuer de baisser et rester bas pour relancer la croissance économique.




Les investisseurs en emprunts d’états européens ont été les gagnants en 2008 grâce à des rendements ayant atteint des niveaux historiquement bas. La probable chute de l’inflation devrait confirmer cette tendance en 2009. En ce qui concerne les obligations d’entreprises, les “spreads” de crédit sont maintenant plus élevés qu’en 1932 ce qui implique que le marché anticipe un nombre de nfaillites d’entreprises sans précédent. Juste avant la crise, les obligations d’entreprises « investment grade » offraient un rendement supérieur de 0.5% aux obligations d’états. Ces obligations rapportent actuellement 7% en moyenne d’où un écart de 4% par rapport aux emprunts d’Etats.

Des sociétés de qualité notées « investment grade » peuvent néanmoins faire faillite (Lehman Brothers, Enron…) d’où l’importance d’être extrêmement sélectif en faisant appel à des asset managers réputés pour leur gestion obligataire. Néanmoins, il est très peu probable que les taux de défauts s’approchent des niveaux anticipés par le marché. Les « spreads » actuels sont exceptionnellement attrayants et rendent l’investissement en obligations d’entreprises particulièrement intéressant en ce début d’année.

D’après M&G Investments, les investisseurs reviendront progressivement sur cette classe d’actifs en délaissant le cash pour obtenir des rendements plus élevés. Ensuite, les investisseurs institutionnels réalloueront leurs actifs en direction des obligations au détriment des autres classes d’actifs telles que les actions, l’immobilier ou la gestion alternative, moins attractives d’un point de vue risque / rendement. Enfin, les entreprises vont réduire leur endettement en émettant des actions pour racheter leurs obligations.

Ces trois éléments auront pour effet de contrebalancer les ventes forcées récentes des banques et des hedge funds. Les « spread » pourraient progressivement baisser et se traduire par des plus-values importantes pour les investisseurs.

Stefan Isaacs, gérant de fonds obligataire chez M&G Investments

A propos de M&G Investments
M&G est l’une de plus importantes sociétés de gestion d’actifs européennes. Fondée en 1901, elle gère près de 200 milliards d’euros d’encours. M&G Investments a pour principal objectif d’optimiser la valeur des actifs de ses clients par le biais d’une gestion active. Cette philosophie se traduit par les remarquables performances de sa gamme de fonds. En mars 1999, M&G Investments a été racheté par le groupe financier international Prudential plc. En février 2001, M&G a commencé à développer son activité de distribution de fonds à l’international en Europe et en Asie.

www.mandg.fr

Mardi 13 Janvier 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs