1er baromètre annuel Sage : les PME et la facture électronique


La facture électronique : un marché naissant, des bénéfices qui dépassent largement la seule suppression du papier, des modes de transmission à optimiser.




- 28% des PME évoluant dans le B to B émettent déjà des factures électroniques
- Simplicité, traçabilité et productivité au cœur des bénéfices selon 48% des entreprises
- 83% des PME émettant des factures électroniques utilisent un PDF simple par e-mail, seulement 5% l’Echange de Données Informatisé (EDI)

A l’heure de la transposition en droit français de la Directive européenne 2010/45/UE, dontl’objectif est le développement de l’usage de la facture électronique, Sage a interrogé 1 144 PME clientes en juin 2012 dans le cadre de son premierbaromètre annuel « les PME et la facture électronique ». Le champ d’observation présenté ici est celui de l’activité BtoB(1).

En France, le développement de la facture électronique est le résultat d’initiatives privées. Il a été guidé par un besoin d’automatisation des processus de gestion des grands donneurs d’ordres. Les enjeux actuels du développement de la « e-facture » sont de garantir une égalité de traitement entre une facture papier et une facture électronique et de réduire les obstacles réglementaires et techniques pesant sur la facture électronique.

Un marché de la facture électronique encore naissant

En termes de volume de factures émises (électroniques ou papier), les PME envoient pour 35% d’entre elles de 1000 à 5000 factures par an (et 30% en envoient entre 100 et 1000). Le volume de factures reçues est légèrement supérieur : 41% des PME déclarent recevoir de 100 à 1000 factures par an, 37% indiquent traiter un volume de 1000 à 5000 factures.

Sur le segment du BtoB, une PME interrogée sur deux souligne un intérêt pour les outils de dématérialisation.

1er baromètre annuel Sage : les PME et la facture électronique

28% d’entre elles déclarent dématérialiser leurs factures ce qui, en l’absence de toute incitation réglementaire, souligne l’intérêt des PME pour ce nouveau mode d’échanges qui simplifie la relation commerciale.

Des bénéfices et des contraintes clairement identifiés par les PME

Les raisons de cette tendance à la dématérialisation sont de deux ordres :
- Des bénéfices en termes de simplicité (consultation, traitement, archivage), traçabilité (suivi de l’envoi, accusé de réception) et gains de productivité pour 48% des PME ;
- Une réponse à une contrainte imposée par les clients donneurs d’ordres pour 43% d’entre elles.

1er baromètre annuel Sage : les PME et la facture électronique

« Au-delà des bénéfices généralement actés liés au coût (suppression papier, enveloppe, affranchissement, délai postal), ces éléments soulignent le besoin d’équipement des PME qui permettra le rééquilibrage de la relation avec les donneurs d’ordres. En effet, l’usage de la facture électronique favorisera le respect des délais de paiement grâce à l’envoi et la réception automatisés avec traçabilité qui fait foi », souligne Magali Kolnik, chef de marché dématérialisation de Sage.

Des technologies et des modes de transmission encore très rudimentaires

Le mode d'envoi des factures électroniques le plus utilisé par les PME est le PDF simple par e-mail (83% des entreprises interrogées). Par conséquent, le bénéfice de simplicité évoqué précédemment peut être restreint au simple envoi d'e-mail.

1er baromètre annuel Sage : les PME et la facture électronique

« Les PME ne perçoivent pas encore totalement la valeur ajoutée dont elles pourraient bénéficier dans le cadre d’une offre intégrant le processus complet de dématérialisation « machine to machine ». Le PDF, pourtant le mode le plus usité, n’est pas celui qui apporte le plus de bénéfices que ce soit en termes de traçabilité et d’automatisation des processus », souligne Magali Kolnik.

Cependant, l’analyse des modes d’envoi par secteurs d’activité met en lumière des signes de maturité dans l’usage des technologies : le secteur des banques, assurances et services financiers utilise l’EDI pour 20% des PME interrogées, le secteur de la distribution à hauteur de 13%.

Un enjeu clé : le développement de l’usage

« La complexité apparente des différentes technologies (signature électronique, EDI), les risques juridiques vis-à-vis de l’administration fiscale et la perception que les investissements et efforts sont surtout au profit du client « grand compte » sont autant de freins à l’essor de la facture électronique et de la dématérialisation fiscale »,souligne Magali Kolnik.

Pour y répondre, l’offre de dématérialisation ne doit pas se limiter à la simple transmission du document facture, mais doit prendre en compte l’ensemble de la chaîne de dématérialisation : transmission d’un fichier structuré permettant l’intégration automatisée de la facture dans le logiciel de gestion du destinataire, traçabilité des échanges fournisseur – client, rapprochement automatique de la facture avec le bon de livraison, stockage et archivage sécurisés, interopérabilité entre les plateformes du marché. Ces éléments sont indispensables pour garantir le développement de l’usage de la facture électronique dans les PME.

(1) A propos de l’étude
Sage a interrogé 1 144 entreprises clientes en juin 2012 dans le cadre de sonpremier baromètre annuel « les PME et la facture électronique ». 58% des entreprises interrogées évoluent dans le BtoB, 24% dans le BtoC, 8% dans le BtoA et 10% en mixte.
Le champ d’observation est celui de l’activité BtoB sur le segment de marché PME. L’échantillon se compose de 94% d’entreprises de moins de 100 salariés. Les secteurs d’activité les plus représentés sont le commerce, la distribution, les services et l’industrie.

Sage

Jeudi 28 Mars 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Finyear magazine


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Finyear évènements


Finyear livres Blancs



Finyear lettres métiers