Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year

Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year

 
 
 
 


              



1 Tiens vaut mieux que 2 Tu l'auras ?


Günter Verheugen, vice-président de la Commission chargé des entreprises et de l’industrie, déclarait, le 8 avril 2009 à Bruxelles : «Les retards de paiement par les pouvoirs publics ne devraient plus être tolérés. La proposition d’aujourd’hui donne une impulsion décisive pour surmonter la crise économique en contribuant à prévenir de nouvelles faillites et en améliorant la situation de trésorerie des entreprises afin de renforcer leur compétitivité sur le long terme.»(1)



1 Tiens vaut mieux que 2 Tu l'auras ?
Alléluia ! La Commission lutte à nouveau contre les retards de paiement (cent fois sur le métier remettez votre ouvrage…), qui revêt, chacun en conviendra, une importance particulière en période de ralentissement de l’économie.

Aussi, dans le cadre du « Small Business Act », elle invite à adopter une nouvelle approche pour remédier à la situation des retards de paiement et propose de modifier la directive de 2000 sur le retard de paiement (Directive 2000/35/EC of the European Parliament and of the Council of 29 June 2000 on combating late payment in commercial transactions).

Il est ainsi proposé que les pouvoirs publics règlent leurs factures dans un délai de 30 jours, faute de quoi ils auront à payer des intérêts, une indemnisation pour les frais de recouvrement encourus et un dédommagement forfaitaire correspondant à 5 % du montant dû, dès le premier jour de retard (reste que dans des cas dûment justifiés, des délais de paiement plus longs pourront être fixés).

Toutefois, il est prévu que la liberté contractuelle soit respectée dans les relations entre entreprises mais en cas de retard, celles-ci seront autorisées à réclamer des intérêts pour retard de paiement et une indemnisation pour les frais de recouvrement. Les règles relatives aux contrats manifestement abusifs seront également renforcées (il s’agit de favoriser le bon fonctionnement du marché intérieur par l’élimination des obstacles aux transactions commerciales transfrontalières dus aux retards de paiement).

Dans cette perspective, la Commission prévoit des mesures permettant aux créanciers de faire valoir pleinement leurs droits en cas de retard de paiement, ainsi que des mesures spécifiques pour dissuader véritablement les administrations publiques de recourir au paiement tardif.

Ne boudons pas notre plaisir, et réjouissons nous que la Commission encadre les mauvaises habitudes des pouvoirs publics en matière de paiement. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin et ne pas harmoniser davantage le crédit inter entreprise au sein de l’UE ?

(1) Voir http://ec.europa.eu/enterprise/regulation/late_payments/index.htm

1 Tiens vaut mieux que 2 Tu l'auras ?
Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie
t.charles@allize-plasturgie.com

Lundi 20 Avril 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



évènements


Lettres métiers


Livres Blancs



Blockchain Daily News