Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Volatilité des marchés : comme d'habitude…


Je me lève et je te bouscule
Tu n'te réveilles
Comme d'habitude
Sur toi je remonte le drap
J'ai peur que tu aies froid
Comme d'habitude
Ma main caresse tes cheveux
Presque malgré moi
Comme d'habitude
Mais toi tu me tournes le dos

On se lève, l'euro fort est ridicule
Les dirigeants ne bougent pas
Comme d'habitude
Sur la Grèce, on met un sparadra
On a peur que ça se voit
Comme d'habitude
Le Cac redevient nerveux
Tout le monde reste coi
Comme d'habitude
Mais nous, on préfère le Dow
Comme d'habitude



Marc Touati
Marc Touati
Blague à part (on s'amuse comme on peut quand on est économiste), la remontée récente des marchés boursiers, en particulier en Europe, nous paraît relever davantage du rebond technique que de la tendance de fond. Certes, la bonne tenue de l'économie américaine a de quoi rassurer outre-Atlantique. En revanche, nous sommes toujours loin du compte sur le Vieux Continent.

Il faut être clair : tant que la crise de la zone euro ne sera pas vraiment résolue, et malheureusement, elle ne pourra l'être avant les élections présidentielles françaises, la volatilité des marchés financiers restera extrêmement forte. Il faut donc se préparer à plusieurs mois de haute-voltige au cours desquels les phases de hausse des marchés boursiers succèderont à des mouvements de forte baisse et réciproquement.

Sur l'ensemble de l'année, nous anticipons que les grands indices boursiers européens pourraient croître d'au plus 10 %, tandis que leurs homologues américains gagneraient environ 15 %. Ces derniers bénéficieraient également d'un effet dollar, puisque nous prévoyons que ce dernier continuera de s'apprécier, en dépit de quelques soubresauts. En effet, au gré des annonces de la part des dirigeants eurolandais et des décisions de la BCE, l'euro/dollar, pourrait s'effondrer vers les 1,20 dollar, voire les 1,15 d'ici la fin de l'année.

La survie de la zone euro dépend d'ailleurs du cours de notre devise. Si l'euro reste trop fort, la récession s'intensifiera, ce qui finira de toute façon par relancer la crise de la dette et affaiblir la monnaie unique. Réciproquement, si les Eurolandais veulent sauver l'UEM, ils doivent favoriser une dépréciation de l'euro, de manière à restaurer la croissance et à sortir de la crise.

N'ayant aucun intérêt à voir la zone euro disparaître, les Etats-Unis devraient également conforter l'appréciation du dollar face à l'euro. D'ailleurs, tant que l'euro ne passe pas sous les 1,10 dollar, le billet vert reste compétitif pour l'Oncle Sam. L'issue de l'élection présidentielle américaine ne devrait pas changer grand-chose, puisque les Républicains comme les Démocrates sont plutôt d'accord pour permettre au dollar de s'apprécier tant qu'il ne nuit pas à la croissance.

Dans le cadre d'une croissance américaine d'environ 2,4 % cette année, nous anticipons également que l'inflation se stabilisera autour des 2 %. Cette prévision suppose évidemment que les tensions au Moyen-Orient ne dégénéreront pas et ne permettront donc pas au baril de dépasser durablement les 120 dollars. De la sorte, les taux d'intérêt à long terme américains devraient remonter progressivement au-delà des 3 %, sans pour autant déraper. Ils intégreront ainsi l'amélioration de la croissance et l'anticipation d'un resserrement monétaire de la Fed à partir du printemps 2013.

En fait, comme en matière de prévisions économiques, les plus grandes incertitudes sur le front financier restent européennes. Ainsi, tant que les autorités politiques et monétaires n'auront pas engagé des réformes profondes et efficaces en matière de gouvernance économique, la crise de la dette perdurera et les taux longs resteront élevés, à part certainement en Allemagne.

Pour conclure, voici les quatre grandes échéances qui risquent de chahuter les marchés en 2012 :

- D'ici début juin : Nouvelles dégradation des notes des dettes publiques eurolandaises.

- Du 22 avril au 6 mai : Élections présidentielles françaises. Bien plus que le résultat, l'important résidera dans les choix qui seront pris par la suite. Soit la France s'engage dans une politique « allemande » d'assainissement budgétaire et la zone euro est sauvée, du moins temporairement. Soit, le laxisme budgétaire continue et la crise de la zone euro sera relancée, suscitant une tempête sans précédent.

- 6 Novembre : Élections présidentielles américaines. Si le chômage ne passe pas nettement sous les 7 % d'ici là, Barack Obama n'a quasiment aucune chance d'être réélu. La question sera alors de savoir si le nouveau Président saura mettre en place une véritable politique de redynamisation, comme le fit Ronald Reagan dans les années 80. Dans le cas contraire, les Etats-Unis devront se contenter d'une croissance durablement molle, à la mode eurolandaise…

- A n'importe quel moment de l'année : la confirmation que l'Iran dispose de l'arme nucléaire.

Autant d'échéances et d'évènements, notamment les quatre derniers qui risquent donc de réserver pas mal de surprises. Si le krach de 2008 devrait certes être évité, il faut néanmoins se préparer à de fortes turbulences.…

Marc Touati
Economiste.
Directeur Général de Global Equities.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Vendredi 16 Mars 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News