Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Viticulture et développement durable


La protection de la nature, le refus des produits chimiques, le respect du terroir et de consommateur, l’expression aromatique du raisin, sont autant de valeurs et d’éléments qui cheminent à grande vitesse dans la stratégie des viticulteurs



Viticulture et développement durable
Toutes les appellations sont aujourd’hui confrontées à la nécessité de revenir à des pratiques viticoles plus saines, plus proches de la plante et du fruit, moins productivistes, avec moins d’engrais, moins d’herbicides et de pesticides qui polluent la terre et dévient le goût.

Un bon exemple est celui de Terra Vitis. Cette association créée en Beaujolais en 1998 milite pour une viticulture durable, une réelle traçabilité et un respect de l’environnement. Dix ans après, elle rassemble 370 viticulteurs français, très attentifs aux produits phytosanitaire qu’ils répandent sur leur terroir, ainsi qu’à la manière de désherber leurs ceps. De nouvelles pratiques sont nées, tant à la vigne qu’au chai, où la quête d’une hygiène maximum est également recherchée.

Un autre exemple est celui de la biodynamie. C’est sans doute l’expression la plus militante de la viticulture écologique, mais elle fait désormais florès. L’Association Renaissance des Appellations, dont Nicolas Joly est l’un des maîtres à penser, réunit plusieurs centaines de vignerons en France et dans toute l’Europe. Nul doute qu’elle va essaimer sur l’ensemble de la planète au rythme où elle attire toute une nouvelle génération de viticulteurs ; ils se disent opposés à une viticulture « dont l’usage de produits chimiques très toxiques » perturbe ou détruit le lien magique entre la plante, le ciel et la terre.

Ces viticulteurs en biodynamie venus des quatre coins de l’Europe (Géorgie, Portugal, Italie, France, Allemagne, Slovénie, Espagne, etc) ont fait un tabac au Salon Vinexpo de Bordeaux. Les salles n’étaient pas assez grandes pour accueillir la foule des dégustateurs intéressés par ces vins. Négociants, cavistes, distributeurs, ne peuvent plus ignorer ce phénomène, et l’on voit fleurir dans les magasins des rayons de vins bio, surtout dans les pays scandinaves et anglo-saxons, très attachés à ces concepts. Concepts simples : c’est juste un peu plus de nature dans le verre….

© JDV - Le Journal Du Vin
Partenaire expert de CFO-news pour la rubrique vin et oenologie.

www.lejournalduvin.com

Jeudi 25 Juin 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News