Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Viticulture - Bordeaux 2008 - Le millésime du bon vigneron


Que d’émotions! Il aura fallu attendre la fin du mois d’octobre, dans les chais de la Gironde, pour que les producteurs soufflent un peu et soient enfin rassurés: cette fois la vendange était rentrée et le vin meilleur que prévu. 11/12/2008 © JDV - 2008 - DT



Viticulture - Bordeaux 2008 - Le millésime du bon vigneron
Mais rarement, le cycle végétatif de la vigne avait donné autant de craintes au viticulteur.

En effet, le millésime 2008 à Bordeaux est d’abord celui d’une météo contrastée. La vigne a démarré tardivement fin mars et fut cueillie à froid par une gelée les 6 et 7 avril. Le mois de mai fut capricieux et parfois orageux, et juin partagé entre quelques pluies et une belle insolation. Un magnifique mois de juillet a rétabli la situation et donné les plus grands espoirs. Mais le mois d’août fut un peu plus maussade, et entraîna une maturation lente et hétérogène.

En outre, durant l’été, la pression du mildiou fut forte et obligea le vigneron à s’occuper très intensément de ses champs. A partir de la mis septembre, et jusqu’à la fin du mois d’octobre, le beau temps, frais la nuit et bien ventilé, a fait disparaître les maladies, et donné au raisin l’ensoleillement nécessaire à une bonne maturité. Le millésime 2008 prend donc rang parmi les années tardives et difficiles, mais sauvées par le soleil de l’automne.

Si les vins ont été compliqués à élaborer, leur qualité devrait récompenser le viticulteur attentif et scrupuleux. Plusieurs observateurs parlent d’ailleurs du «millésime du bon vigneron». Il est encore un peu tôt pour établir une échelle de valeurs, mais le 2008 devrait figurer à Bordeaux parmi les millésimes classiques, globalement supérieur au 2007. Il est marqué à la fois par son caractère tardif, et la faible quantité des rendements, et donc des volumes vinifiés, sans doute les plus faibles depuis 1991.

Les vins rouges devraient afficher de bons degrés, de la fraîcheur, de la vivacité, et une complexité aromatique. Les vins blancs, secs et liquoreux, s’annoncent également de très bonne qualité.

© JDV - Le Journal Du Vin
Partenaire expert de CFO-news pour la rubrique vin et oenologie.

www.lejournalduvin.com

Vendredi 12 Décembre 2008
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News