Quotidien future finance
              



Visa et Mastercard sur la vague du paiement dématérialisé et de la blockchain


Commentaire d'Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l'analyse de marchés, et David Derhy, analyste cryptomonnaies, chez eToro



La crise sanitaire a amplifié deux tendances qui existaient déjà, à savoir la réduction du paiement en cash et à fortiori, l'augmentation du paiement sans contact; le champion du monde étant la Suède où le cash ne représente que 2% !

Deux acteurs majeurs ont intérêt à la fin du cash, tout d’abord les banques en raison des coûts que représentent les retraits aux DAB (Distributeurs Automatiques de Billets), 89 centimes d’euros par retrait en France. Ensuite les États, pour des raisons fiscales, le paiements en cash ne passant pas sous son radar.

À la faveur de l’épidémie de coronavirus, le plafond des paiements sans contact est passé de 30€ à 50 €, ce qui a profité aux éditeurs de cartes bancaire. Les deux principaux sont Visa et Mastercard qui se partagent 87% du marché mondial, 60% pour la premier et 27% pour le second.

Même si le paiement par carte a été privilégié pendant la crise, la fin du tourisme et des voyages pendant deux mois, a eu des conséquences néfastes pour les deux leaders du marché qui ont révisé à la baisse leur chiffre d'affaires pour 2020. Toutefois, lors de son Assemblée Générale du 16 juin, Mastercard a voté la distribution d'un dividende trimestriel de 40 centimes par action.

Parallèlement aux paiements dématérialisés, Visa et Mastercard s'intéressent de très près aux technologies blockchains et aux crypto-monnaies.

Après avoir rejoint dans un premier temps le projet Libra de Facebook, les deux entreprises ont décidé de faire marche arrière à la suite de complications avec le régulateur américain. Toutefois, même si Visa et Mastercard se sont retirés du projet de stablecoins de Facebook, les deux entreprises ne ferment pas totalement la porte à un retour au sein de ce projet ambitieux, mais qui est pour l'instant en stand-by.

Par ailleurs, les deux géants de la carte bancaire développent de nombreux projets en parallèle. Par exemple, Visa a déposé un brevet concernant la création d’une monnaie numérique stable sur la blockchain Ethereum à l’USPTO l’équivalent de l’INPI aux Etats Unis, considérant que ce type de projet pourrait réduire la volatilité des crypto-monnaies

De son côté, Mastercard a rejoint ID2020, une initiative de Microsoft qui plaide pour l'identification numérique du milliard de sans-papiers et des réfugiés dans le monde. En plus de creuser le domaine de la blockchain et afin de rattraper son retard vis-à-vis de Visa, Mastercard a aussi récemment lancé en Europe, un nouveau programme intitulé « Fintech Express » permettant aux Fintechs de passer du stade de projet à celui de produit « en l’espace de quelques jours », notamment grâce à une procédure de réglementation simplifiée et à l’obtention d’une licence approuvée directement par le géant des paiements.

Ces dernières avancées pourraient être de bon augure pour les cours de Bourse des deux géants du service de paiements. Car, après un parcours impressionnant depuis trois ans, +180% pour Visa et +350% pour MasterCard, les titres ont plongé respectivement de -37% et -42% entre février et mars lors du krach boursier.

Ceci étant, depuis le 23 mars dernier, Visa a repris 43,8% et MasterCard 51,5% ce qui surperforme leur indice de référence, le S&P 500 progressant de 42,3% sur la période.

Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l'analyse de marchés, et David Derhy, analyste cryptomonnaies, chez eToro

A propos d’eToro
eToro a été fondé en 2007 dans le but d’ouvrir les marchés internationaux à tous ceux qui souhaitent investir simplement et en toute transparence. eToro offre aux particuliers la possibilité d’investir en leur donnant accès à une multitude d’actifs financiers, allant des actions aux matières premières en passant par les crypto-actifs. La communauté d’eToro compte plus de 13 millions de membres enregistrés qui partagent leurs stratégies d’investissement et sont libres de suivre les meilleurs d’entre eux. La plateforme eToro permet aux investisseurs d’acheter, de conserver et de vendre des actifs, de suivre la performance de leur portefeuille en temps réel et d’effectuer des transactions très simplement et quand ils le souhaitent.

Mentions légales
eToro est régulé en Europe par la Cyprus Securities and Exchange Commission et régulé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority et par la Australian Securities and Investments Commission en Australie.


No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.



Jeudi 18 Juin 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles