Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Very bad news is very good news ?


Lettre hebdo du 20 novembre 2015.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Peut-on pousser à l’extrême ce paradoxe qui veut qu’une mauvaise nouvelle qui touche l’économie réelle, devienne finalement une bonne nouvelle parce qu’elle induit automatiquement une forte réaction favorable des autorités monétaires ?

Il y a quelque chose d’indécent dans la forte reprise des cours des actions au lendemain du drame épouvantable qui a touché notre pays et sa capitale vendredi 13 novembre. Les indices actions ont ainsi rebondi de près de 3 % mardi, et sur l’ensemble de la semaine post attentats, le gain est de l’ordre de 2 %. Il est toujours compliqué d’attribuer la performance des marchés à un facteur particulier. Pourtant, nous avons tous bien compris que le marché s’envolait en raison de la possibilité d’une intervention encore plus forte de la BCE, pour stimuler une économie européenne frappée par le terrorisme aveugle des psychopathes de Daesh. Ce comportement du marché appelle selon nous plusieurs réflexions.

Nous considérons que l’impact économique des attentats est bien sûr profondément négatif.
Il est négatif pour la consommation immédiate, au moment où les ventes de fin d’année commencent. Il est négatif pour la psychologie en général des acteurs économiques, ménages mais aussi entreprises, qui pourraient ainsi décider de reporter certaines décisions d’investissement. La psychose de l’attentat a forcément un impact immédiat défavorable pour les grands magasins, notamment parisiens. Même si tous les travaux réalisés à la suite des autres évènements de cette nature concluent à une forme de neutralité économique (la consommation est simplement reportée), nous considérons que l’impact pourrait être négatif cette fois ci. L’économie européenne est effectivement toujours très fragile, et le moindre choc exogène est capable de la faire basculer dans le rouge. De ce point de vue, les attentats de Paris arrivent à un bien mauvais moment.

D’un point de vue financier, on aura bien compris que le « pacte de sécurité » mis en œuvre par le Président la République signifie que le pacte de stabilité doit être mis entre parenthèses.
Evidemment, il n’y a pas de meilleures dépenses publiques que celles qui ont pour objet la sécurité des citoyens. Mais les politiques seront très naturellement tentés de dissimuler la dérive des comptes publics derrière l’absolue nécessité des dépenses de police, de justice et militaires… Le ministre du budget a déjà évoqué le montant de 600 millions : c’est une somme importante pour 2016, mais finalement cela ne représente que 0,03 % du PIB national, ou encore bien moins de 1 % du déficit attendu pour l’année prochaine, qui demeure fixé à la coquette somme de 72 milliards d’€…Tout ceci augmente le risque, à terme, d’une nouvelle crise au cœur de l’Europe, fondée sur la divergence manifeste des trajectoires budgétaires et économiques en général entre les principaux pays du cœur de l’Europe.
Alors, very bad news is very good news? Nous ne le pensons pas. Dans cette réponse, il n’y a pas que le respect de la mémoire de tous ceux qui sont morts dans les tueries de vendredi dernier. Il y a le constat que le Quantitative Easing européen sera probablement encore moins efficace que le Quantitative Easing américain.

Nous pensons que la prise de conscience de cette inefficacité fera disparaitre les espoirs contenus dans la hausse des cours. Le retour de la croissance ne se fera pas uniquement par l’arme monétaire. L’épouvantable drame que nous vivons ne peut en aucun cas être considéré comme une « good news » pour le cours des actions.


Spec : reprise cette semaine, mais sans doute toujours dans la cadre de la consolidation vers 4650 points.

Investisseurs : Nous sous-pondérons au maximum les actions.

Tendances sur les taux et les devises : L’€ a baissé à nouveau contre $. Les taux obligataires américains ont reflué des deux côtés de l’ Atlantique.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole continue à s’enfoncer ….



Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 24 Novembre 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles