Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year
Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year
 
 
 
 


              



Vernimmen Actualité : la lettre n° 95 février 2011


ACTUALITE : Et si l’inflation repartait ?
TABLEAU DU MOIS : Dividendes et rachats d’actions
RECHERCHE : Comportement et décisions financières
QUESTION ET REPONSE : La fin de la prise de contrôle de Alcon par Novartis



Vernimmen Actualité : la lettre n° 95 février 2011
ACTUALITE : Et si l’inflation repartait ?
Comme la lecture de l’avant propos du Vernimmen 2011 a dû en convaincre notre lecteur, nous ne croyons pas à un redémarrage proche de l’inflation dans la zone euro. Certes beaucoup de liquidités ont été injectées dans le système financier pour éviter un effondrement et continuent à l’être. Mais à coté de cela, le désendettement des ménages, des entreprises, des banques, des fonds d’investissement nous parait intuitivement de nature à compenser ces injections de liquidités dont la raison première était justement de contrecarrer les effets de ce désendettement massif.

Certains arguent que l’inflation serait finalement une bonne façon de rembourser (en monnaie de singe) les dettes qui paraissent de plus en plus lourdes pour certains Etats, que cette alternative est moins désagréable que des guerres (ils ont certainement raison sur ce point). Prêtons-nous au jeu un instant : quel serait l’impact du retour de l’inflation sur les entreprises et leurs actionnaires ?

On entend les mêmes dire qu’il suffirait pour une entreprise de pouvoir répercuter à l’euro l’euro toute hausse de ses prix de revient pour être protégée de l’inflation. Erreur ! Il n’y a rien de plus faux que cela !

Comme tout lecteur du Vernimmen le sait, la valeur d’une entreprise et de ses actions est plus fonction des flux de trésorerie disponibles que de ses résultats (1).

Une entreprise dont tous les résultats seraient régulièrement absorbés par la variation de son besoin en fonds de roulement et par des investissements ne vaudrait pas grand-chose. C’est toute la différence entre, par exemple Danone et certains coopératives agricoles qui, d’un point de vue financier, ne valent pas beaucoup.
(1) Pour plus de détails, voir le chapitre 37 du Vernimmen 2011.

suite

Pascal Quiry, co-auteur du Vernimmen
www.vernimmen.net
www.vernimmen.com

Jeudi 24 Février 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear