Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Vent d’optimisme des CFO pour l’Europe et la France...


...la croissance organique redevient une priorité des entreprises.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Deloitte présente les résultats de la quatrième édition de son baromètre d’opinion des directeurs financiers : « Une page se tourne ».

Ce baromètre dresse un état des lieux de la perception des directeurs financiers sur l’environnement et la conjoncture économique ainsi que sur les grands enjeux à venir. Cette nouvelle édition souligne une évolution du comportement des entreprises qui semblent laisser derrière elles la période d’attentisme et de morosité des dernières années. Le diagnostic de redémarrage dressé il y a six mois se confirme avec l’arrivée d’un vent d’optimisme sur les perspectives pour l’Europe et la France.

- 57% des CFO sont confiants quant aux perspectives économiques pour l’Europe et 17% pour la France (respectivement 1% et 0% en avril 2013)
- La croissance organique devient pour la première fois la priorité principale des directeurs financiers à 67%
- 80% des directeurs financiers anticipent en France une augmentation des opérations de M&A au cours des six prochains mois
- Pour 25% des directeurs financiers interrogés, les investissements ont été supérieurs à leurs prévisions
- La perception d’un accès au crédit plus simple pour 34% des directeurs financiers
- Les sujets réglementaires et prudentiels sont en tête des priorité

Un optimisme retrouvé des CFO, reflet d’un environnement économique qui s’éclaircit

L’embellie de la conjoncture française se confirme : sur la lancée de septembre 2013, les directeurs financiers affichent un optimisme mesuré mais stable (24%). Ce regain d’optimisme est le signe d’une reprise de la confiance dans les capacités de l’Europe et de la France : ils sont 57% à penser que les perspectives sont meilleures pour l’Europe et 17% pour la France (respectivement 1% et 0% en avril 2013.

En revanche, le cours de l’euro et l’évolution des marchés financiers restent des sujets d’inquiétude pour les directeurs financiers qui attendent un assouplissement de la politique monétaire européenne.

Pour une large part des directeurs financiers (91%) et sans surprise, l’inflation basse est appelée à durer. Pour 79% d’entre eux, cette situation les contraint à rester vigilants et à en tenir compte dans leur politique salariale, principalement via des mesures de modération des salaires (70%), en attendant la mise en place de nouveaux leviers d’attractivité RH.

« Malgré un niveau d’incertitude toujours présent, nous constatons un regain d’optimisme et de confiance qui confirment les frémissements ressentis lors de notre précédente édition. L’Europe mais aussi la France tirent leur épingle du jeu. Il y a un an, ces économies n’offraient aucune perspective de croissance aux yeux des directeurs financiers. Cette nouvelle donne modifie les comportements avec des entreprises qui se projettent dans des actions de croissance et d’amélioration de leur compétitivité », constate Katia Ruet, Directeur Conseil Transformation Fonction Finance chez Deloitte.

Reprise des investissements et priorité donnée à la croissance organique

La croissance organique devient pour la première fois la priorité principale des directeurs financiers à 67%. En cas d’excédent de trésorerie, les directeurs financiers privilégient d’abord les opérations d’acquisitions (43%) et les investissements de capacité (42%).

Les directeurs financiers ont respecté voire dépassé leurs prévisions d’investissements (91%). Cette tendance est à mettre en relation avec la hausse des investissements observés par l’Insee au cours du dernier trimestre 2013 (+0,9%). En effet, 66% des entreprises ont réalisé les investissements comme elles l’avaient envisagé six mois auparavant, contre 59% en septembre 2013. Pour 25% des directeurs financiers interrogés, les investissements ont été supérieurs à leurs prévisions, avec en ligne de mire la nécessité de renforcer leur position compétitive dans la sortie de crise (15% en septembre 2013).

En revanche, les directeurs financiers sont peu convaincus par les mesures en faveur des baisses de charges : 16% d’entre eux seulement estiment que les baisses effectives ou annoncées influenceront leurs décisions d’investissements.

Une large majorité des directeurs financiers interrogés (80%) anticipe en France une augmentation des opérations de fusions et/ou acquisitions au cours des six prochains mois. Cette tendance est en nette hausse par rapport aux résultats des deux précédents baromètres (48% en avril 2013 et 75% en septembre 2013).

« Les entreprises françaises qui réussissent le virage de sortie de crise vivent en fait un vrai changement. Avec des indicateurs satisfaisants et une liquidité reconstituée, la croissance redevient la priorité des dirigeants. La période d’attentisme de ces dernières années est désormais révolue. L’investissement repart, avec en ligne de mire l’amélioration de la compétitivité, des financements à explorer et des motivations à inventer», précise Jean-Paul Betbèze, Economic Advisor chez Deloitte.

La stabilisation du financement et les priorités du directeur financier

La perception d’un accès au crédit plus détendue se profile pour 34% des directeurs financiers (contre 28% en septembre 2013). Parallèlement, la proportion de directeurs financiers percevant un resserrement des conditions d’accès au crédit a baissé significativement depuis un an : 11% versus 24% en avril 2013.

La raréfaction de la liquidité n’est plus aussi anxiogène que lors des années précédentes (28% aujourd’hui contre 53% il y a deux ans). Les leviers pour y remédier semblent être mieux appréhendés par les directeurs financiers : ouverture à de nouvelles solutions de financement, recours à un financement avant même d’avoir besoin de liquidités, diversification des relations bancaires, renégociation des lignes de crédit.

73% des directeurs financiers concernés sont intéressés par le développement de solutions de financement désintermédié (30% en septembre 2013).

Pour autant et dans la continuité des éditions précédentes, l’optimisation du BFR est le levier d’amélioration de la trésorerie plébiscité par les directeurs financiers (79%), loin devant la diversification des sources de financement (47%). La renégociation des emprunts en cours fait un bond (28% contre 15% il y a six mois).

Enfin, la RSE (55%), les sujets réglementaires et prudentiels (41%) et la gestion des risques (34%) sont les thèmes sur lesquels les directeurs financiers souhaiteraient passer plus de temps.

« Les directeurs financiers, plus sereins, placent de nouveaux sujets en tête de leurs priorités, notamment en termes d’exigences réglementaires. Qu’il s’agisse de reporting RSE, sujets prudentiels, gestion des risques ou contrôle interne, ces nouvelles exigences impactent en profondeur l’environnement du directeur financier qui estime avoir intégré les problématiques de stratégie et de financement. Enfin, les enjeux de ressources humaines sont de plus en plus mentionnés par les directeurs financiers : attirer, former et garder les talents devient un enjeu de performance prioritaire », analyse Valérie Flament, Associée Conseil Transformation Fonction Finance chez Deloitte.

Méthodologie
Etude quantitative et qualitative réalisée du 25 mars au 9 avril 2014 auprès de 76 directeurs financiers des plus grandes entreprises françaises ou de filiales françaises d’entreprises étrangères représentatives de l’ensemble des secteurs de l’économie. L’échantillon est significatif et représentatif, compte tenu de la technicité et des spécificités des profils recherchés dans le cadre de l’étude. Harris Interactive a assisté Deloitte dans l’administration des questionnaires, le recueil téléphonique (CATI) de toutes les réponses et a contribué à la restitution des résultats de cette quatrième vague.

L’étude complète est disponible ci-dessous (PDF 25 pages)


cfosurvey_mai2014.pdf CFOSurvey_Mai2014.pdf  (1.61 Mo)


Les médias du groupe Finyear :

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 19 Mai 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News