Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Vendée Globe - Michel se fait la belle


Vendée Globe
J+ 74 1/2 : Dans les alizés, par 14 degrés nord



Vendée Globe - Michel se fait la belle
Au beau milieu de l'Atlantique nord, pratiquement à équidistance des Caraïbes et de l'Afrique, Michel se fait la belle. Des mots qui risquent de longtemps rimer ensemble tant l'horizon est dégagé devant les étraves de Foncia. Derrière, le trou creusé avec Veolia Environnement atteint ce matin 517 milles !

Le classement de 5 heures le 23/01/09 :
1- Michel Desjoyeaux (Foncia) à 2594,2 milles de l'arrivée
2- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 517 milles du leader
3- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 1030 milles
4- Marc Guillemot (Safran) à 1987,9 milles
5- Samantha Davies (Roxy) à 2048,6 milles
6- Brian Thompson (Barhain Team Pindar) à 2615,4 milles
7- Dee Caffari (Aviva) à 2681,7 milles
8- Arnaud Boissières (Akena Vérandas) à 2823,3 milles
9- Steve White (Toe in the Water) à 3729,8 milles
10- Rich Wilson (Great American III) à 5195, 4 milles
11- Raphaël Dinelli (Fondation Ocean Vital) à 6921,7 milles
12- Norbert Sedlacek (Nauticsport-Kapsch) à 6997 milles

Désormais, le podium provisoire se compte par tranches de plus de 500 milles. C'est la distance qui sépare Michel Desjoyeaux de Roland Jourdain et ce dernier d'Armel Le Cléac'h. Il est bien loin le temps où, sur le trajet aller, aux abords du Cap Vert, le top 10 du Vendée Globe jouait des coudes dans une petite centaine de milles !


Marco à la plage
Contrairement aux alizés du sud particulièrement faiblards (comme en témoigne la timide progression de Brit Air), leurs 'homologues' de l'hémisphère nord sont assez solides pour permettre à Foncia d'aligner des moyennes nocturnes de 15 nœuds. Mais le reste de la flotte n'est pas du tout à la même enseigne. Certes, Roland Jourdain ne devrait plus tarder à être récompensé de ses efforts. Logiquement, il devrait bénéficier à son tour d'un flux d'Est-Nord-Est d'une vingtaine de nœud, profitables à son bateau rouge.

Mais en règle générale et depuis plus de 24 heures, l'allure n'est pas folichonne. Marc Guillemot flirte actuellement à 13 milles des plages brésiliennes où il est allé chercher des vents thermiques pour tenter d'avancer. Ce matin, Safran profitait de quelques légères accélérations à 10 nœuds tandis que Sam Davies était à nouveau fortement ralentie au large de Rio.

Thompson décolle
Au sein du trio franco-britannique, Brian Thompson est le seul à avoir décollé. Ce matin, le skipper de Bahrain Team Pindar était le deuxième concurrent le plus rapide derrière Desjoyeaux. Brian est à l'attaque et ne cesse de distancer sa compatriote Caffari. Pas très gentleman, ni très fair-play envers lady Dee qui fête en ce 23 janvier ses 36 printemps.

Enfin, Steve White, qui fait cap au nord-est au large de l'Argentine, Rich Wilson, à 770 milles du Horn, et le tandem Dinelli/Sedlacek à 700 milles de la dernière porte Pacifique, doivent composer avec des vents peu coopératifs et des vitesses moyennes parfois bien inférieures à 10 nœuds.

www.vendeeglobe.org

Vendredi 23 Janvier 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News