Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Vendée Globe - Chassé-croisé


À l'occasion d'un changement radical des conditions météorologiques, le classement est sensiblement bouleversé car le groupe de tête navigue dans un mouchoir de poche. Et comme le vent est faible, contraire et variable, chaque solitaire choisit une option différente pour se sortir de ce marais climatique. Loïck Peyron en a profité pour reprendre le commandement…



Vendée Globe - Chassé-croisé
Classement à 5h00 :
1- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 19 699,1 milles de l'arrivée
2- Sébastien Josse (BT) à 1,2 milles du leader
3- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 1,8 milles
4- Jean Le Cam (VM Matériaux) à 9,9 milles
5- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 15,2 milles

On l'avait imaginé, anticipé, prédis, attendu : le sixième Vendée Globe allait être une régate au contact ! Mais à ce point, personne n'aurait parié un kopek sur un scénario aussi incroyable… Après dix-huit jours et demi de course, huit bateaux sont à moins de vingt milles les uns des autres, groupés dans la même situation météorologique par 31° Sud ! Avec un Marc Guillemot (Safran) à portée de lance-pierre, avec le duo Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) et Dominique Wavre (Temenos II) à moins de 200 milles, et avec le couple Samantha Davies (Roxy) et Michel Desjoyeaux (Foncia) qui effectue un retour spectaculaire !

Changement de bord

Le changement est radical à bord des monocoques du groupe de tête : d'un seul coup hier jeudi, les leaders sont entrés dans une zone totalement aléatoire, avec des grains, des molles, une mer calmée, un ciel plombé, des températures en baisse, et des brises erratiques de secteur Sud-Est d'une petite dizaine de noeuds... Les hautes pressions passent sur les voiliers qui doivent composer avec des bascules de vent très importantes (plus de 40°), au point de mettre le doute dans les esprits : faut-il virer de bord ou prolonger vers le Sud-Ouest ? Les réponses dépendent en grande partie de la situation locale et du positionnement du solitaire par rapport à ses concurrents. Ainsi de nouveau premier, Loïck Peyron (Gitana Eighty) a préféré persévérer plein Sud tout comme Armel Le Cléac'h (Brit Air), Vincent Riou (PRB), Roland Jourdain (Veolia Environnement) et Yann Eliès (Generali) : ils naviguent quasiment à vue !

Autre choix pour Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) et Mike Golding (Ecover 3), qui étant positionnés plus à l'Ouest en entrant dans ce magma météo, ont opté pour un recadrage à l'Est : ils ont viré de bord dans la nuit en perdant pas mal de terrain par rapport à leurs concurrents, mais au moins ils bénéficient normalement des mêmes conditions. Enfin, deux des leaders se démarquent sensiblement : Jean Le Cam (VM Matériaux) était déjà déporté plus à l'Est du groupe et cette position semble favorable car il a été peu ralenti et s'adjuge la quatrième place. Quant à Sébastien Josse (BT), son option est beaucoup plus radicale et semble extrêmement judicieuse : au lieu de peiner dans des vents très instables, il a préféré s'écarter très nettement de la route optimale pour aligner des milles sans s'occuper des conséquences sur le classement. Résultat : il a avancé beaucoup plus vite dans la nuit et surtout, il est trente milles plus Sud que le groupe. En sus, il pourrait être le premier à s'extraire de ce marécage météo car les hautes pressions se décalent d'abord par son côté… Cette journée de vendredi s'annonce extrêmement intéressante en termes de stratégie !

www.vendeeglobe.org

Vendredi 28 Novembre 2008
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News