Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Une stratégie d’orientation nationale à court terme pourrait limiter les avantages du SEPA en France


ACI Worldwide, fournisseur international de progiciels pour systèmes de paiements électroniques, publie ce jour une étude indépendante montrant que l’orientation nationale des stratégies à très court terme pourrait limiter les bénéfices du SEPA en France, et désavantager les banques françaises au niveau mondial. Près de 70 % des personnes consultées considèrent que le « co-branding » de carte est une mise en œuvre efficace du SEPA, et la majorité prévoient la persistance des ségrégations entre les différents systèmes de paiement (haute et faible valeur, détail et entreprise).



Conduite auprès de grands décideurs du secteur bancaire français (dont 5 des 6 plus grandes banques du pays), l'étude révèle que les deux tiers d'entre eux estiment que la mise en œuvre du SEPA aura pour effet d'accroître le coût du paiement par cartes de crédit et de débit. 67 % des personnes consultées craignent également que les avantages du SEPA ne soient pas efficacement communiqués hors du secteur bancaire, vers les entreprises, les administrations et les détaillants en France.

L'orientation nationale pourrait limiter la compétitivité sur le long terme
Près de 80 % des banques françaises restent orientées vers le marché domestique, et préfèrent utiliser une version de STET (un système national de paiement) conforme SEPA plutôt qu'une infrastructure européenne. En outre, la majorité d'entre elles privilégient un organisme national comme la Banque de France ou la Fédération Bancaire Française pour suivre et certifier les implémentations SEPA, plutôt qu'une organisation européenne comme l'European Payments Council. La certification des banques françaises par une Banque Centrale nationale, au lieu d'un organisme européen, pourrait conduire à des problèmes d'incompatibilité si tous les pays adoptaient la même approche.

Cette stratégie pourrait empêcher les banques françaises de bénéficier pleinement du SEPA, et donc les désavantager au niveau européen, comme le souligne Jean-Michel Schneider, directeur commercial d'ACI en France : « Cette enquête, remarquablement objective, a été effectuée au plus haut niveau. Elle révèle certains problèmes quant à la façon dont les avantages réels de l'adoption du SEPA sont perçus par le secteur bancaire en France. Le co-branding, par exemple, est un pas vers la standardisation SEPA, notamment par rapport aux paiements internationaux. Mais il n'est absolument pas une fin en soi, et ne gérera pas la multitude d'autres systèmes de paiement que l'on trouve actuellement en France. »

Les systèmes propriétaires pourront-ils s'adapter aux nouveaux standards internationaux ?
La majorité des banques envisagent, à court terme, d'élargir leurs systèmes en place plutôt que de profiter du SEPA pour une remise à niveau complète.

« Le fait de s'appuyer sur des systèmes propriétaires et de préférer les organismes nationaux, pourrait empêcher les banques de satisfaire les nouvelles réglementations telles que Basel II, MiFID ou Sarbanes-Oxley, complexes et par définition d'une portée internationale. En particulier, cela pourrait limiter leur capacité à proposer de nouveaux services de cartes bancaires hors de France, pour augmenter leur chiffre d'affaires », conclut M. Schneider.

Méthodologie de l'étude
Conduite par PSE Consulting, l'étude est basée sur des interviews détaillées avec des responsables de certains des plus importants organismes impliqués dans les paiements, dont 5 des 6 plus grandes banques en France[1]*. L'échantillon a également couvert les systèmes de paiement de grandes entreprises françaises et les principaux organismes du secteur. Les personnes interrogées sont des dirigeants ayant des responsabilités dans le fonctionnement des chambres de compensation automatisées et des systèmes de cartes bancaires. Les interviews se sont déroulées en tête-à-tête ou par téléphone, en suivant un questionnaire structuré envoyé à l'avance. Plusieurs destinataires du questionnaire l'ont fait circuler dans leur organisation, afin d'obtenir un consensus avant de répondre.

A propos d'ACI Worldwide
Chaque jour, à chaque seconde, les solutions ACI traitent des paiements électroniques, gèrent des risques, automatisent des systèmes de back-office et fournissent des services d'infrastructure d'application.

Fondée en 1975, ACI est un fournisseur international de solutions pour les banques de détail, la gestion des flux et les systèmes transsectoriels de référence. ACI compte plus de 800 clients dans 84 pays, dont un bon nombre des plus grandes entités financières mondiales, de la grande distribution et des processeurs de paiement.

Source : www.aciworldwide.com

[1]* Selon le classement Banker de juillet 2005, établi en fonction de l'actif.

Mardi 22 Mai 2007
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News