Quotidien Corporate & Crypto Finance, Blockchain Daily News


              



Un fichier non déclaré à la CNIL n’est pas une preuve


La cyber surveillance des salariés est un sujet qui revient régulièrement devant la Chambre sociale de la Cour de cassation depuis le célèbre arrêt Nikon du 2 octobre 2001 qui a marqué le début d’une construction jurisprudentielle élaborée. Par un arrêt du 8 octobre 2014, la Cour considère qu’il faut écarter des débats toute preuve qui serait issue d’un traitement de données personnelles non déclaré à la CNIL, même si la déclaration est intervenue postérieurement.



Une salariée avait été licenciée par son employeur au motif du nombre extrêmement élevé de messages électroniques personnels envoyés (607) et reçus (621) en octobre et novembre 2009.

Or, le dispositif de contrôle individuel de l’importance des flux des messageries ayant permis de détecter ce trafic n’avait été déclaré à la CNIL que le 10 décembre 2009.

La Cour d’appel d’Amiens, saisie de la régularité du licenciement et cet argument procédural, a considéré que la déclaration tardive n’avait pas pour conséquence de rendre le système illicite, ni davantage illicite l’utilisation qui en était faite pour prouver le caractère excessif des échanges privés. Elle a finalement dit le licenciement justifié en raison de l’impact négatif du temps passé par la salariée à des occupations personnelles par rapport à son activité professionnelle.

La Chambre sociale de la Cour de cassation a pris le contre-pied de cette motivation et juge que : « constituent un moyen de preuve illicite les informations collectées par un système de traitement automatisé de données personnelles avant sa déclaration à la CNIL ; Qu’en statuant comme elle l’a fait, en se fondant uniquement sur des éléments de preuve obtenus à l’aide d’un système de traitement automatisé d’informations personnelles avant qu’il ne soit déclaré à la CNIL, alors que l’illicéité d’un moyen de preuve doit entraîner son rejet des débats, la cour d’appel a violé les textes susvisés ».

Par conséquent, tant qu’un système de surveillance des salariés n’est pas déclaré à la CNIL, il est illicite et les preuves qui peuvent en résulter doivent être écartées des débats, même s’il est déclaré par la suite. En d’autres termes, lesdits dispositifs sont inutiles avant leur déclaration.

Il est donc plus que jamais indispensable de vérifier que tous les dispositifs de surveillance des salariés sont conformes à la loi de 1978 dite Informatique et Libertés, qu’ils sont déclarés à la CNIL, et de s’assurer, en cas de contentieux, que les preuves présentées au juge sont issues d’un fichier déclaré au moment de la collecte des preuves.

Cass. soc., 8 octobre 2014 , n°13-14991, publié au bulletin
www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000029565250&fastReqId=111851529&fastPos=1


Staub & Associés est un cabinet d’avocats d’affaires composé d’une quinzaine de professionnels, dont 3 associés, qui interviennent dans 6 domaines de compétences principaux :
- Droit de l’informatique et des communications électroniques
- Propriété intellectuelle, média, publicité
- Droit social
- Fusions & acquisitions / Private equity
- Contrats commerciaux / Projets internationaux
- Contentieux
 
 
 

Mercredi 5 Novembre 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News