Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



USA : morosité économique et credit management


Le dernier sondage réalisé par la NACM (National Association of Credit Management) auprès des credit managers américains, fait état d'un plongeon dans le recouvement et les ventes, ajoutant à la tendance déjà observée les années passées d'un début d'année optimiste qui s'affaiblit au fur et à mesure que l'année s'écoule...



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Après cinq mois consécutifs de gains, l'indice CMI (Credit Manager's Index) d'avril 2012 a glissé à 55,1 par rapport à mars 2012 (56.2), et légèrement au-dessus de 'indice de janvier. La baisse n'est pas catatrophique et, à l'exclusion de février et mars, le CMI est plus élevé que sur la même période de 2011.

" La croissance de l'emploi a ralenti et le nombre de personnes qui perdent leur emploi semble être en augmentation. Les dernieres commandes de biens durables ne sont pas en très bonne voie et nous enregistrons certains pronostics plutôt sombres en provenance de la Réserve fédérale. " précise la NACM.

" Les économistes ont affirmé à maintes reprises depuis la crise financière de 2008 que la reprise serait longue à venir et que ce serait difficile. Jusqu'à présent des signes encourageants ont prédominé mais malheureusement nous avons de nombreuses raisons d'être pessimiste concernant l'économie des États-Unis. " ajoute la NACM.

L'enquête mensuelle de la NACM est réalisée auprès d'environ 900 credit managers sur une série de facteurs favorables et défavorables. Dans son dernier rapport (avril 2012), la NACM a déclaré : " la forte croissance de ce début d'année s'est quelque peu estompée, entrainant la crainte que l'économie va commencer à se fléchir sur le même modèle que les 3 années précédentes."

Observé dans son ensemble, l'indice de la NACM montre peu de changement par rapport au mois d'Avril de l'année passée, lorsque le baromètre atteignait 55.8. Cet indice a été observé alors que des évènements ont eu des impacts significatifs sur les chaînes d'approvisionnement (supply chains) des entreprises, tels que le tremblement de terre japonais et le printemps arabe.

A l'inverse, tandis que les prix du pétrole ont récemment augmenté, les entreprises en général - en dehors de celles qui sont fortement tributaires des ventes en Europe - ne rencontrent pas de grandes perturbations mondiales pour le moment. " Ainsi, le baromètre au terme de ce printemps ne sera probablement pas aussi dramatique que l'an dernier et il en sera probablement de même pour l'été ", explique la NACM.

Lien vers l'étude d'avril 2012.
web.nacm.org/CMI/PDF/CMI_April2012.pdf

Laurent Leloup

Mercredi 16 Mai 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News