Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Tueurs en série


Et voici Madoff, l’un des derniers avatars connu, sorte de personnage protéïforme et sanguinaire, d’un jeu qui se pratique sur l’échiquier international, appelé Marchés, et à coté duquel les monstres qui peuplent World of Warcraft ressemblent à des enfants de choeur.



Tueurs en série
Ce qui est tout de même remarquable chez certains traders et autre requins de la finance internationale, c’est leur audace, leur ingéniosité, leur absence de scrupules, leur duplicité. Ils voient grand, leurs fantasmes ne connaissent aucune limite, et leur cupidité relève de la recherche du plaisir. Ils sont insatiables, ils en veulent toujours plus. ils ne regardent jamais derrière eux, ils n’ont aucun remord. Ils sont dépourvus de conscience.

Ils nous font penser, à bien des égards, du point de vue de leur formidable intelligence criminelle, à ces tueurs en série.

Stéphane Bourgoin est le spécialiste français des tueurs en série, il est notamment analyste au Centre International de Sciences Criminelles et Pénales.

Il a rencontré de nombreux tueurs en série, particulièrement aux Etats-Unis, il a étudié leur comportement, ainsi que leur façon de penser, afin de les comprendre et, aussi et surtout, d’apprendre à mieux les combattre.

Stéphane Bourgoin est également l’auteur de très nombreux ouvrages sur les tueurs en série.

Dans une interview au Zapping du PAF, il déclare notamment ceci :
« Il me semblait donc intéressant de mieux comprendre la psychologie particulière des tueurs en série car dans un crime « ordinaire » le mobile est connu car il s’inscrit au sein de la tribu familiale, mais dans le cas des tueurs en série, l’assassin et sa victime ne se connaissent pas et il faut donc chercher le mobile dans les fantasmes du tueur et donc aller dans sa tête. Contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas toujours un crime gratuit car il y a la notion de plaisir de tuer chez le serial killer et ce désir n’est pas toujours sexuel. »

Interrogé sur la manière de conduire un entretien avec un tueur en série il dit :
« Le contact est libre car il faut créer un lien avec l’individu en face de vous qui est un psychopathe, un manipulateur, un menteur avéré. Car si vous ne créez pas un lien avec lui, vous portez un jugement sur les faits qu’il a commis et il va se refermer comme une huître. Il faut donc avoir cette capacité d’écoute, il ne faut pas se laisser manipuler et il faut à votre tour lors des interrogatoires le manipuler également. (…)

Et ceci encore : (…) Quand on est face à eux, on est tellement concentré dans notre travail en épiant leurs gestes, réfléchir à la prochaine question, que vous n’avez pas le temps de vous impliquer personnellement et de penser à l’horreur de ce qu’ils vous racontent. C’est par la suite en visionnant les entretiens que ça devient difficile à gérer. »

Saisissant de ressemblance, n’est-ce pas ?

Regardez Bernard Madoff. Cet ancien président du Nasdaq était considéré comme un « gourou » de Wall Street, un « génie » de la finance;

Il était l’ami de très riches investisseurs, parmi lesquels on compte des particuliers, mais aussi des fonds d’investissement et de grandes institutions financières internationales;

Il mettait en avant sur son site Internet, selon le Journal le Monde, ses valeurs, en l’occurrence “son attachement à des principes d’échanges équitables et de haute éthique ».

Avant que le scandale n’éclate, il avait paraît-il commis de nombreux forfaits. Ah, bon ?

Dans le Washington Post, on apprend ainsi qu’une certaine Deborah Colin lui avait confié 8 millions de dollars. Objectif : créer une fondation. Cette dernière n’a jamais existé !

Bernard Madoff avait à son actif plusieurs centaines de victimes, euh … de clients. Ceux-ci lui avaient confié des dizaines de milliards de dollars. La banque suisse Benedict Hentsch par exemple était exposée à hauteur de 47 millions de dollars.

Le Wall Street Journal cite parmi ses nombreuses victimes, euh… clients : BNP Paribas, Nomura Holdings et la banque suisse Neue Privat.

On apprend aussi, seulement maintenant bien entendu, comme par hasard, et comme pour l’histoire du tueur Michel Fourniret, en France, que certaines personnes se méfiaient depuis longtemps … Ah, bon ?

N’allez surtout pas croire, pauvre de vous, que Madoff est un cas unique.

Ils sont des centaines de milliers de Madoff éparpillés dans le monde, voire des millions, peut-être même qu’ils sont aussi nombreux que les quelque 12 millions de membres de World of Warcraft. Ils sont doués d’une versatilité et d’une capacité d’adaptation rare; ils peuvent renifler l’odeur de l’argent à des dizaines et des dizaines de milliers de kilomètres.

Et comme tout tueur en série qui se respecte, ils sont organisés, précautionneux, méticuleux, ils ne négligent aucun détail. Difficile par conséquent de les identifier.

Il y a un moyen infaillible, pourtant, de repérer ces monstres financiers.

Alors que les tueurs en série peuvent être confondus grâce à leur empreinte génétique, les traders en série et autre pirates de la finance, eux, laissent toujours une marque indélibile après chacun de leur forfait : l’enrichissement personnel.

http://blog.adhere-rh.com/?p=155
Constant Calvo, Directeur associé ADHERE RH


Vendredi 19 Décembre 2008
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News