Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Triple A dans l'escroquerie en bandes organisées


La crise financière semble être survenue du fait de ce que les financiers appellent les produits exotiques. Pourtant il existe une centaine d'autres produits sur les marchés qui auraient pu remplacer avantageusement ces placements aussi toxiques qu'exotiques ? Comment peut-on élucider cet étrange phénomène du marketing ?



Pascal de Lima
Pascal de Lima
Il faut savoir en effet que de très gros investisseurs (fonds de pension, fonds souverains du Golfe ou de Chine, riches entrepreneurs, etc.) disposaient de beaucoup de liquidités à placer en 2000. Comme ils manquaient de confiance dans les marchés d'action depuis l'explosion de la bulle Internet, ils voulaient investir dans des sociétés et des titres particulièrement sûrs (qualité dite "AAA") et surtout plus rémunérateurs que les bons du Trésor américains… Parfois même, ils avaient besoin de se couvrir contre les risques financiers afférents aux nouveaux types d'investissements qu'ils faisaient. L'industrie financière s'est alors généreusement mise à l'œuvre pour répondre à la demande de ces investisseurs en s'ingéniant à créer des produits sur mesure : mais de quoi se composent t-ils au juste ?

Des entités financières ont été créées pour vendre un produit financier spécial consistant en un portefeuille de titres, sous la forme d'obligations, en s'arrangeant pour que ce portefeuille apparaisse de bien meilleure qualité et rémunérateur que chacun des titres le composant. C'est ainsi que le titre représentant ce portefeuille s'est retrouvé gratifié du fameux triple A tant recherché par les agences de notation, Moody's en tête, alors qu'il s'appuyait naturellement sur des modèles de risques mathématiques un peu optimistes.

Imaginons maintenant que les prix de l'immobilier se mettent à monter mais qu'il faille absolument que tous les pauvres aient accès à la propriété en vertu de l'American Dream et que grâce aux diverses incitations publiques massives, ils puissent acquérir leur maison… L'industrie financière a alors trouvé le carburant pour alimenter ces nouvelles machines infernales : les prêts hypothécaires bancaires transformés en obligations fictives, le tout hébergé dans des entités tout aussi fictives, montage complexe et kafkaïen pour les uns, sirop d'érable pour les autres, à déguster aux Bermudes… En parallèle, jamais à court d'imagination, l'industrie financière a créé son propre instrument de destruction massive : l'assurance crédit contre le défaut de paiement de ces portefeuilles spéciaux au cas où les prêts hypothécaires les composant ne seraient pas remboursés.

Ce qui est sûr, c'est que, depuis fin 2006, ces montages étaient devenus des châteaux de sable car les prix de l'immobilier américain se sont mis à baisser alors que toute la mécanique était basée sur une croissance stable et exponentielle, protection ultime de ces prêts hypothécaires. Ainsi, si un emprunteur ne pouvait pas rembourser, la banque pouvait toujours saisir et revendre le bien avec bénéfice. Mais alors que s'est-il passé ?

L'OPÉRATION ÉTAIT BIEN FICELÉE

Comme toute machine infernale, elle s'est emballée et les fabricants de ces portefeuilles spéciaux se sont dépêchés de transférer le risque à des investisseurs naïfs avant que le cataclysme de la baisse des prix immobiliers n'emporte tout. On crée à tout va de nouvelles entités fictives qui hébergent des prêts hypothécaires "subprime" à hauts risques, en les combinant à une obligation représentative du pool de crédit, qui elle, comme par hasard est très saine et triple A. En parallèle, les banques s'assurent contre les risques de faillite de ces entités grâce aux assurances crédit mentionnées plus haut, entités qu'elles n'hésitent pas à vendre comme particulièrement sûres ! L'opération était bien ficelée : non seulement les banques encaissaient de grosses commissions pour la fabrication de ces produits financiers, mais si jamais elles défaillaient, elles touchaient également l'argent de l'assurance ! Ainsi, les souscripteurs de ces produits aussi magiques qu'hypothétiques, clients des banques émettrices, encaissaient les hauts rendements promis par l'entité fictive censée être sûre, mais aussi une partie des remboursements en cas de défaillance.

C'est ainsi que Goldman Sachs a gagné beaucoup d'argent et qu'un patron de hedge fund, John Paulson, a gagné en primes exceptionnelles personnelles un milliard de dollars en 2007 sur ce type d'opérations. Malheureusement, du fait de la multiplicité des acteurs opérant autour de ces entités fictives, il est bien difficile de mettre en prison un acteur particulier. Bref, on gagne à tous les coups et sans risques ! C'est comme si votre voisin pouvait s'assurer contre l'incendie de votre maison et, en cas de sinistre, toucher le remboursement au même titre que vous. Le cierge pour que la maison brûle ne suffit pas et la tentation d'aider le destin… Allons plus loin dans l'analogie : Goldman Sachs et bien d'autres ont fabriqué des maisons en bois d'allumettes (les entités fictives appuyées sur les crédits hypothécaires subprime) et les ont repeintes en bois de chêne (notation triple AAA), puis vendus comme très solides à des propriétaires grands fumeurs qui avaient une forte probabilité, et on le savait, de mettre le feu à leur maison. En parallèle, Goldman Sachs et tous les autres ont bien sûr pris des assurances anti-incendie sur ces habitations… Le problème reste néanmoins intact ! Les pompiers ont bien du mal à éteindre l'incendie qui s'est propagé à l'échelle mondiale.

Pascal de Lima
Economiste en chef Altran Financial Services et enseignant à sciences-po

www.altran.com
pascal.delima@altran.com

Article publié dans le journal Le Monde du 27 septembre 2010.

Jeudi 30 Septembre 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News