Quotidien Fintech & Blocktech / Daily News
              



Mercredi 6 Novembre 2013

Top 100 des capitalisations boursières européennes


Nestlé, leader de la capitalisation boursière européenne. Stabilité régionale avec le maintien du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne dans le Top 3.



PwC a classé les 100 plus grandes entreprises européennes en fonction de leur capitalisation boursière, et a comparé leur progression annuelle entre 2008 et 2013. Le classement montre que le niveau de capitalisation boursière a retrouvé son niveau d’avant crise et l’a même dépassé de 7%, affichant un réel dynamisme. Les secteurs de la distribution & des biens de consommation et de la santé connaissent les plus belles progressions, avec des augmentations respectives de 106% et 47 %.

Les plus fortes hausses et baisses de capitalisation
Entre 2008 et 2009, la crise financière a engendré une chute du niveau de capitalisation qui s'établissait initialement à 4875 milliards d’euros. Quatre ans plus tard, le Top 100 des entreprises européennes a retrouvé son niveau de capitalisation d’avant-crise et l’a même dépassé de 7% en août 2013. Il s’établit désormais à 5308 milliards d’euros.
Nestlé prend la tête du classement avec une augmentation de sa capitalisation boursière de plus de 63 milliards d’euros en six ans, faisant un bon de 6 places.
HSBC prend la seconde place, suivi de Roche avec des capitalisations boursières respectives de 160 et 159 milliards d’euros. Royal Dutch Shell et Novartis complètent le top 5.

Royaume-Uni, France et Allemagne, trio de tête de ce classement
Le Top 100 affiche une certaine stabilité régionale avec un trio de tête inchangé : Royaume-Uni (22 entreprises), France et Allemagne (17 entreprises). L’Allemagne affiche un vrai dynamisme, avec trois nouvelles entreprises. Le Royaume-Uni et la France sont pour leur part stables.

La distribution & les biens de consommation et la santé, grands gagnants du Top 100
En cinq ans, les cinq sociétés qui ont enregistré les plus fortes augmentations appartiennent majoritairement aux secteurs de la distribution & des biens de consommation (+106) et de la santé (+47%). Illustration de cette tendance positive, Anheuser-Busch et Richemont gagnent respectivement de 68 et 42 places ; tandis que Novo Nordisk progresse de 55 places.
Plus surprenant, malgré la crise le secteur des services financiers a conservé une capitalisation boursière quasi-équivalente.

« Avec plus 73 entreprises ayant conservé leur place dans le Top 100 depuis 2008, on note une certaine capacité de résistance des entreprises européennes. Le maintien de la consommation et le développement des classes moyennes dans de nombreux pays émergents ont permis à ces entreprises multinationales de maintenir, voire augmenter, leur capitalisation boursière », précise Philippe Kubisa, Associé responsable de l’activité Marchés de capitaux chez PwC.

Le secteur de l’énergie est le grand perdant de ce classement, avec des changements significatifs :
- sa capitalisation boursière est passée de 1624 à 983 milliards d’euros,
- le nombre d’entreprises de ce secteur appartenant au Top 100 est passé de 25 à 18, soit une chute de 28%,
- parmi les 5 entreprises affichant les plus fortes baisses de capitalisation, 4 appartiennent au secteur avec notamment une chute de 39 places pour Iberdrola, EDF et GDF Suez.

PwC France et pays francophones d'Afrique

Lisez le rapport ci-dessous (PDF 20 pages en anglais)

Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News