Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



The App Effect : nous serons tous accros en 2020


Lors du « Sogeti Executive Summit » qui se déroule à Lisbonne, « VINT » (Vision-Inspiration-Navigation- Trends), le laboratoire de recherche international pour l'analyse des nouvelles technologies, partagera les résultats de l'étude « The App Effect ». Au cours de cet événement, des experts se pencheront sur la révolution mobile et ses conséquences pour l'entreprise.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Le « Sogeti Executive Summit » est un rendez-vous annuel destiné aux leaders internationaux de la technologie. Cette année, l'événement « The App Effect » s'inspire d'une enquête menée par Sogeti VINT pendant six mois. Celle-ci est le fondement d'un ouvrage à paraître en fin d'année. La publication offre une vision singulière de l'évolution du rapport de l'individu à l'information, avec des conséquences majeures pour l'entreprise et la société. Un aperçu de l'enquête et de ses résultats sera présenté pendant la journée et sera suivi d'interventions d'experts parmi lesquels George Colony de Forrester Research ; Gerd Leonhard, pionnier du 'futurisme' ; Sandy Carter, spécialiste du social business ; Luciano Floridi, philosophe; David Rose, designer et entrepreneur ; Jens Schulte-Bockum, PDG de Vodafone Pays-Bas ; ou encore Peter Leyden, gourou des nouveaux médias.

Les recherches de VINT démontrent que l'information rythmera nos pratiques et nos habitudes et imprégnera nos comportements en 2020.

« Notre société devra faire face aux conséquences tant positives que négatives de cette transformation, » déclare Menno van Doorn, le directeur de Sogeti VINT.

En collaboration avec une équipe internationale d'experts de la technologie et du comportement, Sogeti VINT a esquissé une vision prospective qui éclaire les habitudes et comportements de la société de l'an 2020.
L'addiction aux nouveaux médias est l'un des dix changements de comportement qui modifiera en profondeur la stratégie opérationnelle des organisations.

Menno van Doorn poursuit : « Il nous sera de plus en plus difficile de distinguer comportement quotidien et comportement lié à l'information. Alors que d'autres médias ont toujours établi une relation distanciée à l'utilisateur, les Apps signalent un tournant : l'individu devient le seul référentiel. »

En 2020 nous ne ferons plus la différence entre médias traditionnels et nouveaux médias : tout sera média. Les organisations devront apprendre à aller au-delà des préférences affichées de leurs clients en s'intéressant à leurs comportements.

L'étude indique que nous ne pourrons nous passer de ce que nous appelons aujourd'hui les « apps » ni, plus généralement, d'une information personnalisée. Une étude Nielsen indique déjà que 57% des utilisateurs d'iPad s'en servent aujourd'hui au lit. Lorsqu'ils se rendent dans leur famille ou chez des amis, 44% consultent leur iPad et 58% leur smartphone. L'International Center for Media & the Public Agenda a récemment publié

« The World Unplugged » (un monde débranché). Pour cette étude 1 000 étudiants répartis sur quatre continents ont dû éteindre leurs portables pendant 24 heures. Les résultats de l'étude montrent que les participants ont manifesté un comportement de « manque » et un grand nombre ont avoué ne pas avoir pu tenir. Dans le même temps, les participants ont manifesté une utilisation nuancée de ces technologies qui leur assurent une construction et une gestion maîtrisées de leurs vies quotidiennes : « Ces outils ont le double rôle de couteau suisse et de moyen de réconfort. »

« Aujourd'hui un tel comportement nous semble exceptionnel ou une spécificité générationnelle, » dit Menno van Doorn.

« En 2020, ça paraîtra tout à fait normal. »« Tant bien que mal, en 2020 nous serons plongés dans l'information. Les « apps » seront l'outil de référence pour augmenter notre perception, » poursuit le directeur de VINT. « D'un côté, c'est la conclusion logique du fait que les premiers geeks, ceux qui mettaient encore la main dans le cambouis informatique, auront des cheveux gris. De l'autre, cela montre que nous pouvons faire toujours plus avec de l'information. Grâce à cette volonté d'interaction et de traitement de l'information, la possibilité d'un nouvel ordre social s'esquisse. »

Une rupture à l'horizon
L'étude esquisse la vision suivante de l'avenir : « Le système et les organisations actuels sont mal adaptés à cette nouvelle forme d'individualisme. Les employés ont changé plus vite que les entreprises dans lesquelles ils travaillent, les marchés ne sont plus adaptés aux consommateurs. Cette rupture annonce un véritable séisme, un clash des cultures. Il en résultera à terme un nouveau système que nous appelons 'new digital commons.' »

Selon le directeur de VINT, le « new digital commons » sera fondé sur ce qui sera technologiquement possible, sociologiquement acceptable et économiquement réalisable : « En termes de technologie, il est impératif de comprendre que les 'Apps' ne sont qu'une première étape. En 2020, le PC sera mort et enterré. Au travail, il sera devenu commun d'utiliser ses propres logiciels et applications, et ce quel que soit l'outil, la plateforme ou le support à disposition. Nous saurons davantage maîtriser nos informations personnelles tandis que l'entreprise perdra le contrôle. Face à cette perte de monopole de l'information, et sous pression d'organisations telles que WikiLeaks ou Anonymous, l'entreprise devra être exemplaire. Esquiver ses responsabilités sociales ne sera plus une option. »

« Apprenez à découvrir l'information que vous disséminez, à appréhender l'information qui vous entoure, à trouver l'information cachée. S'il y a possibilité de fuite d'information, il y aura fuite. Et une fois l'information révélée, elle se diffusera. Nous devrons entretenir un rapport d'égal à égal avec l'information. » affirme Menno Van Doorn.

L'étude sur « the App Effect » a été réalisée en partenariat avec une équipe internationale d'experts spécialisés dans les études futures, du centre global App de Sogeti, de Sogeti VINT recherche, de l'agence américaine d'analyse des tendances « Next agenda » basée à Amsterdam. Différents experts spécialisés dans le comportement (venant d'Europe et de la Silicon Valley aux Etats-Unis) ont également contribué à l'étude parmi lesquels le Professeur Amanda Spink, le Professeur Kia Nobre, le Professeur Luciano Floridi, le Professeur Hank Greely, Linda Stone, Chris Riley d'Apple, l'ancien chef de la protection de Facebook, Chris Kelly, et Jonathan Spalter Président de MobileFuture.

Laurent Leloup

Vendredi 7 Octobre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News




LE TRESORIER