Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Mardi 13 Juillet 2021

Stairwage exporte l'acompte sur salaire en Espagne


Une forte demande d'acomptes sur salaires en Espagne



« L'acompte sur salaire à la demande est une avancée sociale et une amélioration de la mensualisation du salaire qui se développe très rapidement en Europe. Nous n'avions pas prévu de nous lancer aussi tôt à l'international, mais au vu de la demande croissante que nous rencontrons de la part des entreprises en Espagne, il nous est apparu évident qu'il fallait accélérer le développement de Stairwage et répondre à ce besoin. Notre objectif est toujours le même en France et en Espagne : faciliter la vie des entreprises en digitalisant les acomptes sur salaire et des salariés en leur redonnant de la souplesse financière.», explique Yann Le Floc'h, CEO et co-fondateur de Stairwage.

Une forte demande d'acomptes sur salaires en Espagne

S'exporter dans un premier pays d'Europe est une belle façon de fêter sa première année. Stairwage propose donc désormais sa solution d'acompte sur salaire à la demande aux entreprises espagnoles qui vont en faire bénéficier leurs salariés. En Espagne, comme en France, c'est un droit pour le salarié et un devoir pour l'entreprise de le verser lors de la première demande, chaque mois.

Les entreprises espagnoles peuvent donc proposer dès aujourd'hui à leurs salariés la solution Stairwage. Ils pourront ainsi demander grâce à l'application Stairwage un acompte sur salaire en 2 clics, directement et de manière 100% confidentielle, à leurs employeurs. Côté entreprises, comme en France, Stairwage apporte une interface simple et complète leur permettant de gérer, analyser et paramétrer les acomptes sur salaire sans aucun impact sur leur trésorerie puisque c'est Stairwage qui avance les fonds.

Améliorer très simplement le modèle figé du versement des salaires

Stairwage est simple dans son principe et dans son usage : passer d'un système où le salaire est versé en une fois à la fin du mois, à un nouveau modèle où le versement du salaire peut être accessible dès la fin de la journée de travail. Au lieu de disposer d'une réserve d'argent à lisser tout au long du mois, le salarié a ainsi la possibilité, en cas de besoin, d'accéder en toute liberté via une application, à une partie de son salaire déjà gagné et de faire face aux imprévus financiers.

Toutefois, comme en France, et à l'exception du premier acompte du mois que l'employeur est obligé d'accepter, ce sont bien les DRH des entreprises espagnoles qui déterminent et décident les règles d'acceptation et de refus des acomptes, le nombre d'acomptes par mois disponibles etc...

La souplesse permise par Stairwage fait écho aux évolutions professionnelles et sociétales et de plus en plus d'entreprises expérimentent aujourd'hui l'acompte sur salaire à la demande.

La demande est forte, et Stairwage est d'ores et déjà en cours de déploiement chez ses premiers clients espagnols.

A propos de Stairwage :
L'application mobile Stairwage permet au salarié de demander en 2 clics un acompte sur salaire, qu'il reçoit instantanément sur son compte en banque, pour faire face à des imprévus financiers, avoir une alternative au crédit à la consommation et éviter les découverts bancaires. Côté entreprise, Stairwage apporte aux DRH et responsables de paie une interface simple et complète leur permettant de gérer, analyser et paramétrer les acomptes sur salaire tout en gagnant un temps précieux. Aucun impact sur la trésorerie de l'entreprise, c'est Stairwage qui avance l'argent. La mission de Stairwage est aussi pédagogique, avec le développement d'un module personnalisé d'aide à la gestion de budget. Créée par Yann LE FLOC'H (CEO) et Jérôme SENOT (CTO) et accompagnée par de nombreuses personnalités de la tech et des RH, Stairwage a déjà plusieurs clients dans les secteurs de l'alimentation, du retail, de la santé et de la tech.

Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.



Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS