Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



S’adapter aux espaces de travail intergénérationnels


D'ici à 2020, la génération Y représentera plus de 50 % des collaborateurs, tandis que les baby-boomers ne seront plus que 23 %. On peut alors se demander: quelles seront les conséquences sur le fonctionnement de l'espace de travail ?



Frédéric Bleuse
Frédéric Bleuse
Pour la première fois dans l'histoire, quatre générations sont présentes en même temps sur le marché du travail : la génération de la Seconde Guerre mondiale néé dans les années 1945, la génération du baby-boom néé entre 1946 et 1964, la génération X née entre 1965 et 1979 enfin, la génération Y née entre 1980 et 1999.
On observe, au sein des organisations, l’émergence d’un nouvel espace de travail contraint de s’adapter aux différentes méthodes, aux habitudes de chacun, confronté aux idéaux et à la philosophie propres aux générations représentées.

Si ces quatre générations luttent pour se faire une place dans l'espace de travail d'aujourd'hui, il est essentiel que les entreprises considèrent cette convergence comme une opportunité, non telle une contrainte. Les baby-boomers et les travailleurs en âge de partir à la retraite, ressources précieuses du fait de leur expérience et de leurs compétences, sont des éléments essentiels et sollicités par les jeunes travailleurs à la recherche d'encadrement et de conseils. Tout comme les jeunes travailleurs sont des maillons essentiels de l’entreprise, du fait de leur capacité à s’adapter et à maîtriser les évolutions technologiques auxquelles ils peuvent initier les plus seniors, à priori moins enclins à se les approprier.

La principale problématique pour les entreprises est donc de savoir comment exploiter la synergie inhérente à cet environnement de travail incroyablement diversifié ; les collaborateurs d'âges différents souhaitent apprendre les uns des autres, mais ne savent pas exactement quelles méthodes adopter. Un enjeu difficile à relever face aux changements non seulement des modes mais aussi des espaces de travail.

Pour faire face à ces défis, les entreprises progressistes ont déjà adapté leurs espaces de travail et leur manière d'y travailler en mettant en place des espaces flexibles qui regroupent différents types de salles de réunion et salles de travail, des espaces communs, des salons et des espaces de travail privés.

Bien que ce type d'environnement de travail s’éloigne de ceux qu’on connaît aujourd’hui et peut, en ce sens, sembler révolutionnaire, les espaces de travail collaboratifs et flexibles vont devenir la norme à suivre.
Cette tendance s'explique par deux principaux facteurs de changement de l'espace de travail actuel. Le premier facteur correspond à l'intégration de jeunes travailleurs, apportant avec eux une approche non-hiérarchique vis-à-vis du travail.
Le second facteur correspond à l'ascension sans précédent des technologies dites « perturbatrices », notamment les communications mobiles omniprésentes, les connexions haut débit et les communications vidéos, qui effacent progressivement la vision d'un bureau fixe.

Les meilleures entreprises, celles qui vont prospérer, tirent parti de ce changement de modèle et adoptent de plus en plus une vision combinée du travail, axée sur les technologies et la disponibilité de solutions d'espace de travail innovantes, telles que celles proposées par Regus.
Ces solutions comprennent des salles de réunion sur demande, des studios de vidéoconférence et des espaces de travail individuels.
Cette approche, loin du modèle classique, basée sur la mobilité et la flexibilité du travail, permet aux collaborateurs de profiter d’un meilleur équilibre vie professionnelle / vie privée. En adhérant à ces solutions ils pourront, par exemple, travailler à domicile ou dans un « troisième espace », c'est-à-dire un espace commun dans lequel les travailleurs mobiles peuvent se réunir de manière improvisée.

D'après une récente étude, 75% des collaborateurs français et internationaux travaillent de façon plus flexible qu'auparavant, en termes d'horaires ou de lieu. 62% estiment que ce modèle a dynamisé et motivé les collaborateurs et 69% des entreprises françaises affirment que cette flexibilité a contribué à l’augmentation de leur productivité. De plus, 62% des personnes interrogées estiment que cette flexibilité mènera à une augmentation significative du nombre de personnes optant pour un poste à temps partiel plus tard dans leur carrière.

Ces résultats démontrent que l'approche flexible du travail correspond aux attentes des collaborateurs, toutes générations confondues.
En réalité, l'existence d'un arrangement de travail flexible répond non seulement aux attentes des jeunes générations, mais profite aussi aux plus anciennes. Ces collaborateurs plus âgés peuvent ainsi repousser leur départ à la retraite en passant au travail à temps partiel ou au télétravail, moyennant des horaires plus flexibles.


Frédéric Bleuse, Directeur Général France de Regus
www.regus.fr

Mercredi 26 Septembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News