Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Réglementation financière : les établissements financiers s’estiment encore exposés au risque de fraude et d’infractions, selon l’étude de Duff & Phelps


Duff & Phelps est une firme de conseil internationale indépendante qui aide ses clients à sécuriser, restaurer et optimiser la valeur, grâce à ses expertises en évaluation financière complexe, transactions, investigation financière, support aux litiges et contentieux, cybersécurité, conseil en compliance et réglementation, ainsi qu’en matière de gouvernance, annonce la publication de son enquête annuelle « Global Regulatory Outlook », dédiée à l’analyse de la réglementation financière et de son évolution.



● L’enquête « Global Regulatory Outlook 2019 », menée par Duff & Phelps auprès de 183 professionnels de la finance à l’international, indique qu’un quart des établissements financiers attribue une note faible à la qualité de son audit interne concernant la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme
● Les acteurs du secteur financier ayant des activités dans plusieurs pays sont plus nombreux à avoir mis en place un dispositif de lanceur d’alerte que ceux présents dans un seul pays (84% contre 54%)
● La grande majorité des établissements financiers (86%) estime que les dispositifs de lanceur d’alerte devraient être obligatoires, mais seulement 75% ont déjà un dispositif en place
● 30% des acteurs du secteur financier estiment que l’un des éléments de leur dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux est peu efficace, voire inefficace

La 7ème édition de cette enquête fait notamment apparaître que les établissements financiers sont devenus plus prompts et avisés dans leurs méthodes de mise en conformité et de gestion du risque. Néanmoins, malgré une tendance globale vers la transparence, la fraude et les infractions financières perdurent, avec des enjeux importants autour de la lutte contre le blanchiment de capitaux et les dispositifs de lanceur d’alerte.

Julian Korek, Managing Director et Global Head de l’activité Compliance and Regulatory Consulting de Duff & Phelps, relève que : « Les pratiques de conformité et de gestion du risque des établissements financiers se sont beaucoup améliorées depuis la crise financière de 2008, et le système financier mondial est globalement devenu plus stable et transparent. Cependant, nous observons aussi un sentiment grandissant de lassitude réglementaire. Nous ne sommes pas encore parvenus à changer la donne en matière de lutte contre les infractions financières, et nous pouvons encore aller vers davantage de transparence. Les acteurs du secteur financier sont encore trop vulnérables aux nouveaux risques émergents. »

S’intéressant notamment à la lutte anti-blanchiment de capitaux et aux systèmes de lanceur d’alerte, l’étude recueille les constats des dirigeants sur les dispositifs en place et les axes d’amélioration nécessaires, tant à l’échelle des autorités et entités du système financier mondial, qu’à celle de l’entreprise et de ses dispositifs internes de gestion du risque. Monique Melis, Managing Director et Global Head de l’activité Regulatory Consulting, commente : « L’étude révèle une corrélation entre la manière dont les établissements financiers évaluent les composantes de leur programme de lutte contre le blanchiment de capitaux, et celles de leur dispositif de lanceur d’alerte. L'efficacité du premier est liée à l’efficacité du second. L'excellence en matière de conformité est avant tout un état d'esprit, qui s'étend à tous les aspects d’une entreprise. »

Lutte contre le blanchiment de capitaux : des progrès nécessaires d’un point de vue global...et à l’échelle de l’entreprise

Interrogés sur ce qui aiderait le mieux à enrayer le blanchiment de capitaux, les acteurs sondés placent moins d’importance dans l’exécution des composantes offensives (moyens financiers, reporting, mise en application de la réglementation), estimant que la priorité repose sur l’amélioration de la coordination et du partage d’information entre les différentes entités du système financier global.

En ce sens, 57% estiment que le partage d’informations entre le régulateur et l’industrie de la finance doit être plus important pour lutter mondialement contre le blanchiment de capitaux. 52 % d’entre elles estiment qu’une meilleure coordination sur la réglementation est nécessaire entre les différentes juridictions, et 43% pensent qu’une meilleure synchronisation des différentes autorités de chaque pays permettrait de mieux enrayer le blanchiment de capitaux.

Néanmoins, il reste également beaucoup de travail à faire à l’échelle de chaque établissement. Alors que 30 % des établissements financiers sondés estiment être efficaces dans l’un des dispositifs du programme de lutte anti-blanchiment de capitaux, 30% également estiment que l’une des composantes de leur dispositif n’est pas ou peu efficace. Par ailleurs, près d’un quart d’entre eux attribue une note faible à la qualité de leur audit interne relatif au risque de blanchiment de capitaux, alors que celui-ci représente une part essentielle de la gestion de ce risque.

Dispositifs de lanceur d’alerte : les établissements conscients du risque de fraude et d’infractions financières, mais peu préparés

Près de trois quarts (73%) des acteurs du secteur financier interrogés reconnaissent le rôle crucial que jouent les dispositifs de lanceur d’alerte. Une forte majorité (86%) pensent que les dispositifs de lanceur d’alerte devraient être obligatoires, et deux tiers d’entre eux estiment que les lanceurs d’alerte dont les actions ont aidé à révéler des manquements ou violations devraient recevoir une compensation.

Si les acteurs du secteur financier sont sensibilisés à la nécessité d’un dispositif de lanceur d’alerte, c’est parce-qu’ils sont très conscients des risques encourus. Hannah Rossiter, Director Compliance & Regulatory Consulting au bureau parisien de Duff & Phelps, explique : « Dans les services financiers, les risques potentiels liés aux contrôles inefficaces et au manque de coordination des initiatives sont élevés ; un dispositif de lanceur d’alerte permet d’anticiper les problèmes avant qu’ils ne deviennent de vraies crises, avec les répercussions juridiques et de réputation qui s’ensuivront. Les études récentes démontrent que les établissements qui utilisent activement leur dispositif de reporting interne subiront moins d’actions judiciaires et devront effectuer des versements moins importants. »

Malgré ce constat, entre 19 et 28% des acteurs interrogés estiment que leur établissement n’est pas assez efficace, quel que soit l’élément du dispositif de lanceur d’alerte concerné. Les dispositifs de lanceur d’alerte de 32 % des établissements sondés présentent au moins une composante qui n’est pas assez efficace. On note également que la proportion s’établissements interrogés avec un dispositif de lanceur d’alerte en place (73%) est inférieure à celle des entreprises estimant qu’un dispositif de lanceur d’alerte devrait être obligatoire (86%)

Enfin, l’étude révèle que les établissements ayant des implantations dans plusieurs pays sont plus nombreux à avoir mis en place un dispositif de lanceur d’alerte que ceux présents dans un seul pays (84% contre 54%). Ce chiffre réaffirme le constat que la mise en place des dispositifs et leur efficacité reposent en grande partie sur l’état d’esprit d’une société. « Pour qu’un dispositif de lanceur d’alerte soit efficace, il doit être pleinement opérationnel et soutenu par la culture de l’établissement. » termine Hannah Rossiter.

A propos de Duff & Phelps
Duff & Phelps est une firme de conseil internationale indépendante qui aide ses clients à sécuriser, restaurer et optimiser la valeur, grâce à ses expertises en évaluation financière complexe, transactions, investigation financière, support aux litiges et contentieux, cybersécurité, conseil en compliance et réglementation, ainsi qu’en matière de gouvernance. Actif aux côtés de clients présents dans de nombreux secteurs, il les aide à réduire le risque à différents niveaux de leurs activités. A la suite de l’acquisition de Kroll, devenue une division de Duff & Phelps en 2018, le cabinet compte désormais 3 500 collaborateurs répartis dans 28 pays. A Paris, Duff & Phelps totalise aujourd’hui une cinquantaine de professionnels.
duffandphelps.com

Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

----------------

Chaineum - Conseil haut de bilan & stratégie blockchain
Fondée en 2015, Chaineum est un cabinet de conseil en opérations de haut de bilan offrant une expertise de premier plan en matière d’ICOs et STOs, avec une vision stratégique orientée tant vers le métier de ses clients que sur la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token Network).
Besançon - Paris + réseau international de partenaires.

About Chaineum
Founded in 2015, Chaineum is a leading corporate finance advisory firm with a strong expertise in ICOs and STOs, and a strategic focus on both its clients' business and blockchain technology. As such, Chaineum paved the way in the implementation of certain best practices in this sector (ICO Charter, Security Token Network).
Chaineum Segment, Chaineum's blockchain services division, is developing Chaineum Segment technology, an object-oriented private blockchain.
https://www.chaineum.com

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Wednesday, June 12th 2019
Rate it


New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News