Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Régime fiscal des abandons de créances et des subventions entre entreprises


Par un arrêt du 31 juillet 2009 (n° 297274, SA HAUSSMANN PROMO ILE-DE-FRANCE c./ Ministre), le Conseil d’Etat a jugé que « si le caractère d’acte anormal de gestion de l’aide consentie à une filiale s’apprécie à la date à laquelle cet acte est intervenu, en revanche la participation détenue dans le capital de la filiale devant être évaluée à la clôture de l’exercice au cours duquel l’aide a été consentie afin de déterminer la variation de l’actif net de la société mère au cours de l’exercice, c’est à la date de cette clôture qu’il convient d’apprécier la situation nette réelle de la filiale afin de déterminer si la société mère est en droit de déduire de ses bénéfices imposables la somme correspondant à l’aide qu’elle a apportée à sa filiale ».



Le Conseil d’Etat a ainsi opéré, s’agissant des abandons de créances à caractère financier, une distinction entre la date à laquelle doit s’apprécier le caractère normal de l’aide consentie (date à laquelle l’aide est octroyée (CE 11 avril 2008, n°284 274) et la date à laquelle doit s’apprécier la situation nette de la filiale afin de déterminer le montant déductible de l’abandon (date de clôture de l’exercice de la société-mère – CE 31 juillet 2009, n° 297274).

Or cette position est contraire aux dispositions de la doctrine administrative 4 A 2163 n°19 et 20 selon lesquelles pour apprécier la situation nette comptable – ou réelle – de la société bénéficiaire de l’abandon, il convient de se placer, en principe, à la date à laquelle l’abandon a été consenti.

L’administration fiscale vient de reprendre la décision du Conseil d ‘Etat du 31 juillet dans une instruction administrative et ajoute que le principe dégagé par l’arrêt du Conseil d’Etat en date du 31 juillet 2009 selon lequel il convient de se placer à la date de clôture de l’exercice de la société mère pour apprécier la situation nette réelle de la filiale bénéficiaire d’un abandon de créance à caractère financier est applicable. Toutefois, par mesure de tempérament, iI a été décidé de maintenir l’intégralité des aménagements figurant à la doctrine administrative 4 A 2163 n°19 et 20.

Source :
www11.minefi.gouv.fr/boi/boi2010/4fepub/textes/4a410/4a410.pdf

Mardi 6 Avril 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News