Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Quand les délais de paiement riment avec compétitivité


Le CABINET ARC, dirigé par Denis Le Bossé, vient de publier pour la troisième année consécutive, son Baromètre CABINET ARC/IFOP sur les problématiques de recouvrement de créances, trésorerie et financement, des entreprises. Les résultats ont par ailleurs été commentés à l’occasion d’un petit-déjeuner organisé le 19 novembre dernier, en présence de Louis Gallois, Commissaire général à l’investissement.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
La rédaction de Finyear revient sur les grandes tendances qui se dégagent de ce Baromètre et vous livre l’expertise de Denis Le Bossé sur la problématique des délais de paiement.

D’après la 3ème édition du Baromètre CABINET ARC/IFOP, réalisé auprès de 500 entreprises, il ressort qu’elles sont moins pessimistes en 2013 qu’en 2012 sur leur activité et la situation économique générale en France. En effet, 6 entreprises sur 10 pensent que la situation économique française au cours des 6 prochains mois va se stabiliser (64 % contre 38% en 2012). 25% d’entre elles déclarent qu’elle va se dégrader contre 59% en 2012. On assiste à un renversement de situation par rapport à 2012 avec un recul du pessimisme qui se retrouve aussi bien auprès des petites entreprises (64% contre 38% en 2012) qu’auprès des grandes sociétés (62% contre 36% en 2012). Par ailleurs, même si le pourcentage reste faible, 11% pensent que la situation va s’améliorer alors qu’elles étaient 3% en 2012. Ces chiffres sont confortés par la perception des entreprises de leur activité à 6 mois : 59% des entreprises interrogées jugent leur situation stable (40%) ou en recul (19%) dans les 6 prochains mois. « Les entreprises sont moins pessimistes aujourd’hui qu’il y a 6 mois sur la situation économique française. Mais pour autant, elles ne pressentent pas encore d’amélioration nette de leur activité ou de leur trésorerie.», insiste Denis Le Bossé.

Ces mêmes entreprises soulignent d’ailleurs leur grande difficulté face aux retards de paiement : 33% ont constaté une détérioration des délais de paiement de leurs clients. En effet, même si le délai de retard moyen a diminué, passant de 14 jours à 10 jours entre 2012 et 2013, le nombre de retards a augmenté : 59% des PME interrogées enregistrent des retards allant de 1 à 10 jours, contre 46% en 2012. Les « retardataires » paient donc plus vite mais sont plus nombreux.

Le CABINET ARC s’est ensuite interrogé sur la façon dont ces entreprises font face aux retards de paiement de plus en plus nombreux. Il ressort que les entreprises qui ne disposent pas d’une trésorerie suffisante pour compenser les retards de paiement de leurs clients (39%), privilégient le découvert bancaire (36% contre 30% en 2012) en premier lieu devant l’allongement des délais de paiement de leurs fournisseurs (29%). On note une différence entre les PME et grands groupes : les entreprises de 250 salariés et plus utilisent de façon presque identique toutes les lignes de crédit : découvert bancaire, délai de paiement fournisseurs et affacturage

Le Baromètre CABINET ARC/IFOP souligne clairement la place de la gestion du poste clients : celle-ci est devenue plus centrale pour 78% des entreprises interrogées contre 65% en 2012. Les équipes commerciales sont de plus en plus sensibilisées aux enjeux du recouvrement de créances : 78% en 2013 contre 70% en 2012. En revanche le recouvrement de créances reste pour une entreprise sur 2 (52%), plus difficile aujourd’hui qu’en 2012 (chiffre stable versus 2012 : 54%). Le principal motif évoqué est la détérioration de la trésorerie de leurs clients (82%). Sur les besoins des entreprises en matière de recouvrement, il ressort que 33% des entreprises interrogées ont besoin de renforcer leurs équipes, 32% de former ces mêmes équipes, 19% de se faire accompagner par un cabinet spécialisé extérieur. Il est intéressant de noter que les entreprises de 250 salariés et plus sont 46% à déclarer qu’elles ont besoin de renforcer leurs équipes contre 31% en 2012, soit une augmentation de 15%. Autre point à relever : un tiers des entreprises (30%) estiment n’avoir besoin de rien contre 37% en 2012. « Même si la gestion du poste client reste une des préoccupations principales des entreprises, que les créances sont plus difficiles à recouvrer, et que celles-ci sont de plus en plus sensibilisées il reste qu’une partie des entreprises ne semble pas avoir cerné les enjeux du recouvrement de créances. La prise de conscience va s’effectuer sur plusieurs années et on peut penser que le pourcentage de 30% sera beaucoup moins élevé en 2014/2015 », déclare Denis Le Bossé.

La solidarité économique évoquée ces derniers temps est-elle une réalité dans la relation inter-entreprises ? 78% des entreprises qui décident d’engager une procédure judiciaire sont confrontées à la procédure collective de l’entreprise débitrice ou la situation obérée de celle-ci (50%), ce qui les incite à pratiquer la solidarité économique. Ainsi, 59% des entreprises déclarent accompagner leurs clients en difficulté de paiement contre 53% en 2012, majoritairement en établissant un échéancier sans prise de garantie. « Il faut être vigilant à ce que des débiteurs de mauvaise foi ne prétextent pas du contexte économique actuel pour solliciter des échéanciers de paiement injustifiés », souligne Denis Le Bossé.

Le CABINET ARC qui a suivi avec attention l’ensemble des mesures concernant les délais de paiement dans la Loi de Consommation 2013 (encore en débat) mais aussi la publication des rapports du sénateur Martial Bourquin, de Jean-Michel Charpin, de l’Observatoire des délais de paiement, a souhaité interrogé les entreprises sur les propositions gouvernementales en vue d’améliorer les retards de paiement mais aussi la gestion de la trésorerie des entreprises. Il ressort que 51% des entreprises interrogées ne connaissent aucun des rôles des dispositifs suivants : médiateur du crédit, médiateur inter-entreprises, commissaire au redressement productif… Elles sont 91% à ne pas connaître l’existence du site mis en ligne le 1er juillet 2013 (acheteurs-assurance-credit.fr) suite à l’accord signé entre l’Etat et les assureurs crédit le 17 juin dernier, pour s’informer de la dégradation de leur note. Par ailleurs, le CABINET ARC a interrogé les entreprises sur ce qu’elles pensent du renforcement des contrôles de la DGCCRF pour faire respecter les délais de paiement : elles ont peu d’espoir car elles sont 26% à juger que cela sera efficace. « Cela pouvant s’expliquer par la trop faible augmentation du nombre de contrôles : seuls 150 contrôles supplémentaires sont prévus, passant de 1850 à 2000 ». Sur le rôle des commissaires aux comptes à contraindre le chef d’entreprise à respecter les délais de paiement, elles sont un tiers (33%) à penser qu’ils auraient ce pouvoir. « La solution serait peut-être de combiner la mission de déclaration du commissaire aux comptes, s'il démontre de façon répétée des manquements significatifs au respect des délais de paiement imposés par la loi, avec l'application des sanctions par la DGCCRF. Le commissaire aux comptes déclare et la DGCCRF sanctionne », insiste Denis Le Bossé.

A propos du CABINET ARC
Le CABINET ARC, fondé en 1989, figure parmi les leaders français du marché du recouvrement de créances commerciales et de l’optimisation du poste clients. S’appuyant sur une équipe de juristes hautement qualifiés, il intervient à toutes les étapes de la gestion du poste client dans des domaines d’expertise pointus. Ainsi, il accompagne les credit managers non seulement dans le traitement préventif, de l’analyse financière d’un nouveau prospect à la gestion de factures avant échéance, mais aussi dans le traitement curatif de l’action amiable à l’exécution des décisions de justice. Pour ce faire le CABINET ARC est doté d’un département détectives d’affaires diligentant des investigations poussées sur la solvabilité des entreprises et la localisation de leurs actifs saisissables. Il s’appuie également sur un réseau d’experts en France et à l’international (150 huissiers en France et des correspondants judiciaires et des partenaires en Europe, Asie, Afrique et Etats-Unis). Le CABINET ARC a aussi su compléter son accompagnement aux entreprises par des formations en credit management. Denis Le Bossé en est le dirigeant. cabinet-arc.

Laurent Leloup


Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Vendredi 6 Décembre 2013
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Jean Marc Chèze le 06/12/2013 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Le cabinet Arc est une vraie référence dans nos métiers .Très intéressant cet article qui allie Logos et Praxis pour le plus grand bien des entrepreneurs.
Bien cordialement

2.Posté par The Financial Year Journal le 06/12/2013 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La rédaction de Finyear vous remercie

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News