Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation
Financial Year Financial Year
Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation
 
 


              



Quand la santé va…….


Les Cassandre ont beau jeu de dire que la remontée des actions est exagérée, on ne leur accorde que peu d’attention. Les marchés d’actions n’ont rien rapporté sur les dix dernières années et certains voudraient espérer une période un peu plus favorable. Les différents Etats maintiennent des taux bas, susceptibles de créer à terme des bulles mais le pire étant passé, beaucoup souhaitent se pencher sur ce problème plus tard. Le déficit budgétaire américain de 1,6 trillion $, le bilan de la Fed de 2,1 trillion $ ne semblent pas effrayer outre mesure. Les pertes de l’immobilier commercial américain commencent à faire leur entrée dans les bilans bancaires sans engendrer de craintes particulières.



Louis-Armand de Rougé
Louis-Armand de Rougé
Seul Nouriel Roubini, le chouchou des « bears » met quelque peu en garde contre un risque de correction qui transformerait le V de la reprise en U ou en w à compter du 4ème trimestre 2009 ou 1er trimestre 2010.

D’autres éléments viennent corroborer la bonne tenue des marchés. La reprise de fusions acquisitions qui ont singulièrement fait défaut en 2008. Les attentes de résultats des entreprises qui devraient être favorables, l’absence d’alternative autre que les actions au rendement des monétaires et les investissements obligataires déjà conséquents (seuls les convertibles et la gestion alternative ont tiré leur épingle du jeu), les sorties de crise en France et en Allemagne au second trimestre et la croissance mondiale tirée par la Chine.

On peut donc envisager une embellie des marchés sur les talons de résultats financiers des entreprises qui seraient conformes aux attentes et d’une participation plus forte de certains intervenants n’ayant que peu participé au rallye. Elle serait suivie d’une correction.

Si la santé financière semble s’améliorer, il reste cependant à Obama à régler la réforme engagée sur le système de couverture de santé américain. Le début a été poussif pour ne pas dire plus. Certains américains trouvant malvenus une hausse des impôts dans cette période difficile. Ils préféreraient que soit revu le système des poursuites judiciaires à tout crin qui encombre les tribunaux et renchérit le coût des assurances médicales : 30% des examens sont faits à titre défensif pour éviter des poursuites. En outre, les autorisations d’implantation de cliniques ou d’hôpitaux aux Etats-Unis sont souvent faites au profit d’élus qui demandent une contribution à leur campagne politique entraînant ainsi un système de corruption qui tend à se généraliser. En outre, il serait sans doute aussi plus efficace d’ouvrir les Etats américains à la concurrence afin de faire baisser le prix de la couverture médicale plutôt que de mettre en place un système d’assurance subventionné par l’Etat afin de faire baisser le prix des autres assurances! On le voit les enjeux et les problèmes sont de taille mais le Congrès ne se rangera pas aussi facilement derrière ce projet que lors de la crise financière.

Louis-Armand de Rougé
Richcourt Fund Advisors
15 rue de Presbourg
75116 Paris
lderouge@citco.com

Mercredi 14 Octobre 2009
Notez



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières

Livres Blancs




Blockchain Daily News