Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Positivons : si la crise est plus importante qu'une récession, elle est moins grave qu'une dépression


Selon l'agence de notation DBRS "les plans de relance gouvernementaux n'auront probablement pas d'impact perceptible cette année". Elle ajoute "la période actuelle comme étant moins grave qu'une dépression, mais plus importante qu'une récession".



Positivons : si la crise est plus importante qu'une récession, elle est moins grave qu'une dépression
DBRS croit que le crédit demeurera serré en 2009, que le taux de chômage continuera de grimper, que le PIB diminuera, que le nombre d'entreprises dans l'incapacité de rembourser leur dette augmentera, que la valeur des immeubles résidentiels et commerciaux continuera de baisser et que les difficultés liées aux régimes de retraite continueront de défrayer les manchettes.

"Le grave ralentissement économique, combiné au resserrement des marchés mondiaux du crédit, fait en sorte que DBRS ne prévoit pas de tendance de notation positive pour aucun des secteurs que nous évaluons", a indiqué l'agence.

Dans un rapport, DBRS note que la récession actuelle a été causée par une dette excessive des ménages, de faibles taux d'intérêt et une "mauvaise compréhension des risques associés aux instruments dérivés complexes utilisés pour éviter les risques".

Les actes réalisés par les gouvernements depuis le début de la crise étaient nécessaires, mais ils n'auront sans doute aucun effet immédiat, selon l'agence.

"La reprise n'aura pas lieu tant que nous n'aurons pas de preuve que les plans de relance ont fonctionné et que la confiance des consommateurs ne se sera pas stabilisée", a indiqué le coprésident de DBRS et auteur du rapport, Peter Bethlenfalvy.

Le rapport de DBRS souligne toutefois que si le ralentissement actuel est plus important que toute récession d'après-guerre, les gouvernements n'ont jamais eu de meilleurs outils de relance. On y indique également que "le Canada se trouve dans une position de force en cette période de bouleversements mondiaux, grâce à des années de gestion fiscale prudente et à des efforts importants pour réduire la dette".

Lors d'une présentation, M. Bethlenfalvy a insisté sur le fait que "même dans (ses) pires prédictions", la période actuelle ne sera pas comparable à la Grande Dépression des années 1930.

www.dbrs.com

Laurent Leloup
CFO-news

Lundi 16 Mars 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News