Corporate Finance News / Quotidien
              


Mardi 24 Novembre 2020

Plus de 250 milliards d’euros de capitalisation : LVMH bat France Télécom


Le leader mondial du luxe LVMH a dépassé une capitalisation boursière de 250 milliards d’euros, battant ainsi le record français jusqu’alors détenu par France Télécom. Le signe d’une bonne santé financière du groupe présidé par Bernard Arnault.



Le lundi 23 novembre 2020 marque un jour historique à la Bourse de Paris. Le groupe Moët Hennessy Louis Vuitton (LVMH) a dépassé, pour la première fois de son histoire, une capitalisation boursière de 250 milliards d’euros. Une prouesse atteinte grâce à une bonne résistance en cette difficile année de crise sanitaire qui a permis à l’action LVMH de prendre 19% depuis le premier janvier 2020, ainsi qu’à un « sprint final » - facilité notamment par l’espoir de l’arrivée prochaine d’un vaccin contre le Covid-19, soit un progrès de 15,7% en un mois et 12 hausses du titre sur les 16 dernières séances de la Bourse de Paris.

Plus de 250 milliards d’euros de capitalisation boursière

Le record a été établi vers 11h15, au moment où l’action du numéro Un mondial du luxe a atteint 498,40 euros. Le groupe LVMH a alors pesé très exactement 251,5 milliards d’euros. Il faut rappeler que l’action LVMH a plus que triplé sur 5 ans, plus que doublé sur trois 3 ans, et a pris 25% depuis novembre 2019 - date à laquelle le groupe dirigé par Bernard Arnault avait dépassé les 200 milliards d’euros de capitalisation, devenant ainsi la quatrième plus grosse capitalisation en Europe, derrière Nestlé, Roche et Royal Dutch Shell. Les performances de LVMH permettent également à la fortune virtuelle de son PDG de battre un nouveau record (142 milliards de dollars selon Forbes), confortant ainsi sa seconde place au palmarès des hommes les plus riches du monde, derrière Jeff Bezos.

Cette bonne santé du groupe devrait perdurer : le consensus des analystes réalisé par FactSet est acheteur du titre à 69%, à « conserver » à hauteur de 19% et vendeur à 12% seulement. Le groupe financier franco-allemand Oddo BHF a même relevé son objectif de cours de 437 à 519 euros, ce qui devrait faire battre de nouveaux records à LVMH. Pour Oddo BHF, « si LVMH et Hermès ressortent toujours favorablement avec, dans les deux cas, un objectif de cours au-dessus des cours actuels, ce qui est bien en accord avec notre vision fondamentale (…), notre préférence va toujours à LVMH ».

France Télécom détrôné

Si LVMH a dépassé le plafond de 250 milliards de capitalisation le 23 novembre, le record de la plus grosse capitalisation à la Bourse de Paris a quant à lui été dépassé quelques jours auparavant, le 11 novembre. A 487,40 euros à la clôture, la première valeur du CAC 40, devant l’Oréal et Total, avait atteint 245 milliards, effaçant ainsi un record détenu depuis 20 ans, 8 mois et 9 jours par France Télécom.

Ce dernier avait été établi le jeudi 2 mars 2000, à 244 milliards d’euros courant (ce qui équivaut à environ 344 milliards d'euros de 2020). Introduit en Bourse par l’État français en octobre 1997 au prix de 27,7 euros par action, l’opérateur téléphonique a profité de la bulle Internet qui avait euphorisé les marchés en 1999 (+51,1% pour le CAC 40 cette année-là, soit la deuxième meilleure performance annuelle depuis sa création), comme le rappelle le site spécialisé Tradingsat.

Le record de France Télécom avait été établi à l’issu d’une séance qui avait également vu le CAC40 atteindre son plus haut niveau historique en clôture, à 6 500 points (il était à 5 492 points le 23 novembre 2020). La capitalisation de France Télécom - rebaptisé officiellement Orange le 1er juillet 2013 - ne s’élève désormais plus qu’à 27,7 milliards d’euros.

Si France Télécom avait profité d’une bulle pour battre son record, ce n’est pas le cas de LVMH, dont la croissance constante depuis de nombreuses années devrait s’inscrire sur le long terme.


No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.





Finyear: latest news, derniers articles


Finyear Coffee: Your Morning Newsletter

Flux RSS