Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



(Partie 1) Le partage sur internet, entreprises vous êtes aussi concernées …


Le P2P ou l’histoire du partage sur Internet



Gilles de Chezelles
Gilles de Chezelles
A l’heure du ‘tout répression’, que ce soit sur les routes (contrôles radars, …) ou sur les autoroutes de l’information (Hadopi, …), nous vous proposons un grand dossier sur un sujet qui, sans même que vous vous en rendiez compte, peut mettre en difficulté toute entreprise connectée à internet.

Le but de ce grand dossier n’est pas de générer des craintes ni d’ouvrir la voie à la moindre polémique mais de vous éclairer et de vous informer tant sur les risques que vous courrez que sur les moyens de vous protéger.


Le P2P ou l’histoire du partage sur Internet
Symbole du partage sur internet et sujet très controversé, le P2P est une technologie qui permet à chacun de partager, de façon anonyme, des fichiers sur Internet. Le terme ‘poste à poste’ est la traduction habituellement adoptée en langue française de l'anglais Peer-to-Peer dont l’abrégée usuellement utilisé est ‘P2P’. Pour des raisons de simplification, dans tout cet article nous utiliserons systématiquement le libellé ‘P2P’.

Bien connu des internautes et très utilisé, ce procédé permet d'échanger facilement, sur le réseau Internet des musiques, des films, des images et plus généralement tout type de fichiers. Avant toute chose, évitons la moindre ‘langue de bois’. Oui, les applications de type P2P permettent de partager gratuitement de la musique, des films, des vidéos ou des jeux protégées par les droits d’auteurs et autres copyright, ce qui n’est pas vraiment légal. Mais heureusement le P2P n’est pas seulement destiné au piratage. C’est aussi un outil formidable de partage qui permet d’échanger, par exemple, et de façon totalement légale, des données, des documents, des textes, des contenus multimédias comme des logiciels libres de droit.

Une histoire pas si ancienne
Mais avant d’évoquer la situation actuelle, il est nécessaire de faire un petit retour en arrière pour mieux comprendre comment on en est arrivé là. C'est dans une petite ville de Bavière qu’un format révolutionnaire de compression du son a été mis au point. Algorithme mathématique très évoluée et orientée ‘sons’, la qualité de ce format a fait qu’il a été très rapidement adopté, dès 1992, par les experts de l'encodage et il devint même un format standard officiellement reconnu par l’International Standard Organisation en 1995. Format performant permettant de diviser par douze la taille d’un extrait sonore enregistré sur un support classique, il permet, par exemple, de faire tenir plus de dix CD musicaux sur un simple CD électronique. Toutefois ce qui est étrange c’est que le format MP3, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a mis tout de même près de dix années pour faire trembler tout l'establishment de l'industrie du disque …

Il y a donc un peu plus d’une dizaine d’années que les échanges des fichiers musicaux sur Internet sont devenus un véritable enjeu dépassant largement les frontières de la France. Pourtant tout avait mal commencé car, au début des années quatre vingt dix, alors que la première radio sur le Web fermait ses portes, l’un de ses dirigeants avait alors déclaré que de ‘diffuser de la musique sur le réseau, cela était stupide et n’avait aucun avenir !’. Mais l’augmentation des débits Internet, la baisse des prix des offres des fournisseurs d’accès, l’augmentation de la puissance des ordinateurs et des périphériques, l’augmentation des capacités de stockage tout comme l’arrivée de graveurs toujours plus rapides et performants sont les principaux facteurs technologiques et commerciaux qui ont permis l’arrivée en 1999 du premier logiciel de P2P utilisé à grande échelle, le logiciel Napster. Dès la première semaine, quinze mille personnes le téléchargent. Ils étaient plus de vingt millions à l’utiliser un an plus tard… L’ère de l’échange des fichiers musicaux s’ouvrait et le téléchargement illégal faisant alors partie intégrante du phénomène Internet.

De plus en plus d’outils
La facilité d’utilisation de Napster et le fait qu’il ne soit pas réservé à une élite de connaisseurs, lui assure immédiatement un succès rapide. Dans le même temps, dans le monde entier, de nombreux développeurs mettent au point des logiciels performants permettant de créer des fichiers MP3 à partir de sources audio classiques comme les CD musicaux, les anciens vinyles, la radio, la TV ou tout simplement un enregistrement direct. De même, de nombreuses applications vont naître permettant de modifier les fichiers, de les écouter, de les mixer ou de les améliorer. Ainsi chacun, avec un simple PC, va pouvoir réaliser, utiliser et partager ces fichiers très facilement. Puis l’industrie de l’électronique va s’emparer du phénomène en mettant au point de nombreux lecteurs dédiés qui permettront de définitivement démocratiser le MP3 et surtout de le rendre mobile.

Mais revenons à l’histoire de Napster. Ce qui était révolutionnaire dans le concept du P2P, c’est que plus il y a d’utilisateurs connectés, plus le choix de fichiers disponibles est important, mais surtout plus l’accès aux téléchargements est facile, rapide et simple. C’est exactement l’inverse du téléchargement classique avec lequel une trop forte demande entraîne aussitôt la saturation du serveur et rend le téléchargement très difficilement accessible et beaucoup moins rapide. C’est pour cette raison que le nombre d’utilisateurs a augmenté de façon fulgurante et que les logiciels de P2P sont devenus des applications Internet très prisées.

La réaction des ‘majors’
Très rapidement des éditeurs musicaux (les ‘majors’) et des artistes vont attaquer Napster et obtenir sa condamnation. Napster est fermé définitivement en 2002. Mais dès 2001, les utilisateurs méfiants se replièrent sur une autre application, Kazaa. Cette application de P2P améliore encore nettement la technologie développée par son prédécesseur car elle est basée sur une architecture décentralisée par laquelle les internautes sont reliés directement entre eux. Les internautes se trouvent ainsi plus à l’abri des regards indiscrets. Le succès de cette application fut tel que Kazaa a été téléchargé à plus de trois cent millions d'exemplaires ce qui constitue un record.

La plus grande bibliothèque du monde …
Le logiciel Kazaa a permis de créer la plus grande bibliothèque que l’homme n’ait jamais connue. C’est ainsi que l’on peut trouver sur le P2P des multitudes de films, de morceaux de musique, d’œuvres littéraires et plein d’autres choses encore, toutefois pas toujours, voire rarement, dans le respect du droit d’auteur.

Et les entreprises dans tout cela ?
Les entreprises ont indirectement profité de cette technologie car nombre de leurs salariés ont utilisés le P2P pour obtenir des informations et des savoirs qu’ils ont utilisés ensuite au quotidien dans leurs vie professionnelles.
Mais cette même technologie a aussi indirectement pénalisées certaines sociétés lorsque, par inadvertance, ces mêmes salariés partageaient sur le réseau des documents internes de l’entreprise comme des plaquettes commerciales ou des fiches produit, des cahiers des charges ou des comptes rendus de réunions internes, voire des simulations financières …

Gilles de Chezelles
Mail : gdc@ag-pm.com
Site : www.ag-pm.com

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne TRESOnews
www.tresonews.fr

Lundi 31 Janvier 2011
Notez



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News