Le quotidien du futur de la finance depuis 2005 (Fintech, Blockchain, DeFi, IA)
              



Paiement : 5 tendances à surveiller en 2020


Commerce Unifié, conséquences de la DSP2, paiement dématérialisé… Grégoire Bourdin, CEO de la fintech HiPay, décrypte 5 innovations digitales et réglementations qui se dessinent dans le paysage du paiement en 2020.



Tendance 1 : Un parcours d’achat sans friction

Depuis quelques années, la notion de Commerce Unifié est devenue la priorité des retailers. Pour la majorité d’entre eux, l’omnicanal démultiplie les canaux de distribution (magasins, site web, mobile…), apporte une connaissance approfondie du comportement des consommateurs et un parcours d’achat plus fluide. Dans ce contexte, l’omnicanalité représente une source de revenus complémentaires pour les marques. Alors pourquoi n’est-elle pas encore intégrée dans la stratégie de toutes les marques ? Bien que les retailers perçoivent les opportunités liées au déploiement d’une solution de paiement omnicanale, cette transformation reste perçue comme complexe. Le prix, la transition technologique, la formation des équipes et la protection des données des clients demeurent les principaux freins.


Tendance 2 : Les conséquences de la DSP2

Entrée en vigueur le 14 septembre 2019, la deuxième Directive sur les Services de Paiement a suscité l’inquiétude chez les nombreux acteurs du paiement. Son application, du jour au lendemain et sans réelle coordination, s'est avérée source de difficultés pour l’écosystème qui manquait de temps pour se conformer aux nouvelles dispositions de la directive. Les autorités européennes de régulation du secteur ont finalement assoupli les règles en autorisant une période de transition jusqu’au 31 décembre 2020. Cela permet aux acteurs du paiement d’effectuer une montée en charge progressive et de tester les scénarios et les retours d’informations des réseaux sans impacter l’activité des clients. Les consommateurs disposent également de plus de temps pour se familiariser avec les nouveaux modes d’authentification forte. Dès le 1er avril 2020, la Banque de France requiert des émetteurs pour qu’ils refusent systématiquement les transactions supérieures à 500 euros qui n’auraient pas fait l’objet d’un parcours 3DSv2 conforme.


Tendance 3 : Cashless, le paiement dématérialisé

Le paiement dématérialisé s’installe progressivement dans les échanges commerciaux. Dans les magasins, le paiement par carte bancaire sans contact est en nette progression depuis 2019, en témoigne une récente enquête consommateurs . La tendance devrait se confirmer puisque dans les années 1990, 76% des personnes réglaient leurs achats avec des espèces ou des billets, contre 33% aujourd’hui. Et les prévisionnistes affirment qu’elles ne seront plus que 9% en 2050 !

Par ailleurs, d’autres modes de paiement émergent, tels que le paiement mobile ou l’Instant Payment. Les évolutions technologiques permettent d’imaginer de nouveaux moyens de paiement, aussi simples d’utilisation que le cash et davantage sécurisés.

Tendance 4 : Le paiement mobile en forte progression

Parce qu’il représente un gain de temps majeur pour les commerçants et les clients, le paiement mobile est en forte croissance. Le cabinet de conseil Juniper Research avait prédit que pas moins de 2,1 milliards de personnes dans le monde utiliseraient ce mode de paiement en 2019, soit une augmentation de 30% depuis 2017 ! Une tendance qui se confirme également en Europe. En parallèle, des acteurs comme Apple ou Samsung ont lancé leur propre solution de paiement mobile (Apple Pay, Samsung Pay…), des solutions qui connaissent toutes une utilisation croissante. Au deuxième trimestre 2019, Apple Pay comptabilisait près d’un milliard de transactions par mois dans le monde !

La deuxième Directive sur les Services de Paiement (Tendance 2) est sans doute l’une des explications à l’engouement pour le paiement mobile et l’arrivée de solutions telles qu’Apple Pay. Ces méthodes de paiement sont non seulement conformes à la DSP2, mais proposent une expérience utilisateur simplifiée.

Tendance 5 : Vers le paiement conversationnel

Le commerce conversationnel permet aux consommateurs de payer directement depuis un chatbot, une messagerie instantanée ou un assistant conversationnel. L’expérience utilisateur est optimisée puisque le paiement se fait sans quitter la plateforme ou l’application. Cette tendance convainc de plus en plus d’acteurs. Ainsi, sur Pinterest, les épingles produit permettent d’acheter des articles directement auprès de détaillants. De son côté, Instagram propose désormais une boutique et offre la possibilité d’acheter un produit ou un service sans sortir de l'application.

Chez les marques et distributeurs, la tendance est également en marche. Fin 2017, Oui.sncf lançait son chatbot, offrant la possibilité à ses clients d’acheter leur billet de train directement via ce canal. Le succès de ce mode de paiement est au rendez-vous puisque le chatbot compte plus de 10 000 visiteurs par jour. Depuis son lancement, Oui.sncf enregistre une augmentation de 12,5 % des transactions en France et en Europe.

Le commerce contextuel et conversationnel est créateur de nouveaux parcours d’achat en ligne. Il représente pour les e-commerçants un nouveau levier pour augmenter le taux de conversion, via une intégration la plus transparente et indolore possible dans le parcours d’achat.

A propos de HiPay
HiPay est un prestataire de services de paiement Omnicanal. HiPay considère que le paiement va bien au-delà du simple traitement des transactions. Grâce à une plateforme moderne et agile, la FinTech permet aux marchands de valoriser leurs données de paiement quel que soit le canal de vente. HiPay les aide ainsi à améliorer leur taux de conversion, augmenter leur chiffre d’affaires et créer de nouveaux parcours d’achats.
hipay.com

HiPay Group est coté sur le compartiment C d’Euronext Paris (code ISIN : FR0012821916 – mnémonique HIPAY).



No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Vendredi 6 Mars 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News