Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



PME Comment sortir du lot ?


Etude 2014 par Mazars sur la performance des PME dans l'Union Européenne entre 2008 ET 2013.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Poumon de l’économie européenne, les PME représentent plus de 99% du total des entreprises, dont 92% sont des « micro-entreprises » (moins de 10 salariés). Soumises constamment à un environnement économique incertain, elles sont pourtant largement plébiscitées et créatrices de valeur et d’emploi en Europe. En effet, les PME emploient 87 millions de personnes et génèrent une valeur ajoutée de 3 400 milliards d’euros.

L’étude lancée par Mazars fournit une analyse, des enseignements et des conseils aux PME, quel que soit le lieu de leur implantation et leur secteur d’activité, afin de mieux comprendre leurs spécificités, les défis auxquels elles sont confrontées, et mieux identifier les leviers de croissance pour leur développement.

Grâce au retour d’expérience des experts Mazars, cette étude met en évidence des similitudes et des différences entre les performances des PME en Europe et identifie les bonnes pratiques en Allemagne, Suède, Espagne, France, Irlande, aux Pays-Bas, au Portugal et au Royaume-Uni.

Dans cette étude, la division « Entrepreneurs » du groupe Mazars a réussi à mettre en lumière les ressorts et les mécanismes spécifiques qui permettent à certaines PME de sortir du lot et répond à d’importants questionnements :
- Quelles sont les clefs de la réussite des PME en Europe ?
- Quels pays offrent les meilleurs best practices en la matière ?
- Quelles sont les PME européennes, post crise, les plus résilientes ? Les plus agiles ? Les plus innovantes ?

POURQUOI CETTE ETUDE ?

« Nous savons que les PME sont et resteront la colonne vertébrale des économies en Europe. L’apport de ces plus de 20 millions d’entreprises est multiple, qu’il s’agisse d’emplois, de production, d’innovation ou de nouvelles technologies. Au cours des dernières années, le secteur a subi la crise économique la plus grave jamais connue. Si certaines PME en sont sorties plus résistantes et plus fortes, de nombreuses autres ont au contraire dû réduire, voire cesser leur activité » analyse Michel MULLER, Membre du Comité exécutif de Mazars et Associé Directeur général délégué Besançon.

« La division Entrepreneurs du Groupe Mazars s’engage auprès des PME françaises et du monde entier depuis des années. Nous nous attachons avant tout à comprendre les défis majeurs auxquels ces dernières sont confrontées, afin de leur apporter les outils et les processus qui les aideront à obtenir de meilleures performances » explique Alain CHAVANCE, Membre du Comité exécutif de Mazars et Associé Bordeaux.

« Cette étude explore les voies permettant d’atteindre des niveaux élevés de performance, de rivaliser avec la concurrence et de sortir du lot » Michel MULLER et Alain CHAVANCE.

METHODOLOGIE DE L’ÉTUDE

L’étude porte sur les 3 types de PME en Europe :
- Les micro-entreprises : < 2 M€ de chiffre d’affaires et 10 salariés,
- Les petites entreprises : < 10 M€ CA et 50 salariés,
- Les moyennes entreprises : < 50 ME CA et 250 salariés.

Parmi les 28 Etats membres de l’UE, 8 pays font l’objet d’une analyse plus approfondie : Allemagne, Espagne, France, Irlande, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède.

4 typologies d’activité sont étudiées : Industrie, Commerce, Services et BTP. Les services concentrent 46% du volume d’entreprises, 41% de la valeur ajoutée produite et 39% des emplois. L’industrie ne pèse que pour 10% du volume et 22% en valeur ajoutée et en emplois. Le commerce et le BTP totalisent 28% et 15% du volume d’entreprises.

SYNTHESE DE L’ETUDE

LES PME DANS L’UNION EUROPEENNE, UN MARCHE DENSE ET CONCURRENTIEL

- Une visibilité limitée pour les plus de 20 millions de PME que compte l’Europe

- La barrière des 10 salariés (92 % des entreprises comptent moins de 10 salariés)

- Une forte concentration de la valeur ajoutée (dans le secteur privé hors secteur financier, 1% de la totalité des entreprises de l’Union européenne (44 000 grandes entreprises et 270 000 entreprises moyennes) génère 60 % de la valeur ajoutée totale)

- 4 secteurs principaux (services, industrie, commerce et BTP)

- Une Europe à trois vitesses depuis la crise (lente : Irlande, Espagne, Portugal. Moyenne : France, Pays-Bas, Royaume-Uni. Rapide : Allemagne, Suède).

- La compétitivité du pays est essentielle (il est possible d’être compétitif au plan international, indépendamment du modèle socioéconomique national).

6 FACTEURS CLES DE SUCCES POUR SORTIR DU LOT

PME Comment sortir du lot ?
1.
Dans un marché en perpétuelle évolution, le positionnement de l’entreprise ne doit jamais être considéré comme définitif, mais en continuel changement.

2.
Pour être compétitives et se distinguer, les entreprises doivent augmenter leur valeur ajoutée et apporter davantage à leurs clients, en mobilisant par exemple les nouvelles technologies. Pour développer et soutenir l’emploi ainsi que la valeur ajoutée brute, en particulier dans les pays n’ayant pas encore retrouvé leurs niveaux d’avant la crise, les PME devront améliorer leur compétitivité en favorisant l’innovation. Dans certains cas, et en particulier sur les marchés de niche, cette amélioration pourrait nécessiter des regroupements et fusions, un repositionnement significatif sur les marchés ou une politique de soutien aux PME permettant aux plus petites de profiter des possibilités d’innovation, y compris dans le cadre du programme Horizon 2020.

3.
Une rentabilité élevée, la constitution de réserves en prévision de périodes difficiles, et une relative méfiance à l’égard de l’emprunt sont autant de « filets de sécurité » caractéristiques des PME qui sortent du lot.

4.
Avoir une taille critique pour répondre aux exigences spécifiques de compétitivité et de performance sur chacun des marchés visés est crucial. Les PME doivent rester ouvertes aux fusions, aux alliances et aux joint-ventures. Une entreprise qui n’a pas la taille critique et qui souhaiterait conserver sa petite taille doit se positionner sur un marché de niche, et s’intégrer parfaitement à ses chaînes d’approvisionnement et à l’ensemble de son écosystème pour conserver le bénéfice d’une taille critique.

5.
Ceux qui n’étendent pas leur activité au-delà du marché local ou régional doivent accepter de courir le risque d'une plus grande dépendance à la demande domestique.

6.
D’après l’expérience de Mazars, la qualité de l’équipe de direction est l’élément le plus décisif dans le succès ou l’échec d’une PME. Cette équipe doit rester concentrée à court et à long terme sur quatre principaux leviers de performance :
• la position sur le marché, l’offre client et la performance commerciale
• la qualité de la production et du service client
• la gestion financière, de la performance et des risques
• la direction, et le management des individus et des équipes.



Les médias du groupe Finyear :

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 4 Novembre 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News