Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Orsenna 1 – Keynes 0, ou schizophrénie à bâbord


L'occasion d'une petite pause dans mon commentaire des 20 propositions m'est donnée par ce premier congrès des DAF organisé par les Échos. Je me permet donc de vous infliger ma restitution toute personnelle, partiale et sans doute injuste dans le choix des idées et interventions que j'ai cru bon de noter lors de la conférence plénière animée par Arnaud Le Gal (des Échos), avec l'arbitraire de ma sensibilité pour filtrer … et ma subjectivité pour commenter.



Orsenna 1 – Keynes 0, ou schizophrénie à bâbord
L'urgence, c'est le long terme
Le numéro des duettistes Erik Orsenna (de l'Académie Française) et Dominique Seux (des Échos) sur un éventuel parallèle entre aujourd'hui et 1932 qui nous a été offert était de grande facture. Oui, le monde d'aujourd'hui est peu lisible. Dominique Seux met en évidence 3 facteurs à l'origine de la crise : (i) l'Occident qui a tenté de tricher en achetant une croissance à crédit, et (ii) une tendance à la recorrélation (1) des puissances économiques et démographiques, et enfin (iii) un épuisement démocratique.
Mais le globe n'est pas en crise partout : par exemple d'ex-HICS (2) comme le Brésil ou le Chili, brocardés naguère, nous rendent envieux. La crise est donc localisée, surtout chez nous, et nous sommes les otages du court-termisme ambiant.
L'Europe-institution est désignée comme le bouc émissaire. Certes, elle n'est pas parfaite et celle de 1957 doit mourir, elle en a l'age, mais la France doit aussi clarifier son attente par rapport à cette Europe. Vers quoi tendre, telle est la question !
Erik Orsena insiste : « l'urgence c'est le long terme » (3). Seul l'investissement est salutaire, pas les « tout, tout de suite » ni les recettes toutes faites. J'abonde dans son sens, au peut-être grand dam des Yaka-Faucon et des Diafoirus de l'économie politique.
Par ailleurs, il n'est pas envisageable de demander à l'Allemagne, qui a, elle, digéré sa réunification avec des choix clairs et courageux, de courir moins vite parce que nous n'arrivons pas à soutenir la cadence ! Mais nous sommes loin de 1932, et nous avons (aurions ?) retenu les leçons de l'histoire. Chic et chiche !

La prééminence des opérations
Aux divers intervenants qui encensent ou caressent dans le sens du poil une large audience de DAF en les appelant numéro 2, copilotes, voire égaux des Directeurs Généraux, j'ai envie d'opposer mon radotage habituel : La fonction Financière, même si elle est cruciale, est et reste subordonnée au couple (produit ; marché). J'étais heureux d'être approuvé par le binôme de MMes. Corinne Lejbowicz (PDG de LeGuide.com)) et Anne Samak de la Cerda (DAF du même) : Un trinôme avec les Opérations, c'est encore mieux qu'un simple binôme !

Le baromètre
Sur la restitution du baromètre réalisé pour l'occasion :
- La RSE, c'est la dernière roue de secours du carrosse, et elle est voilée ;
- Les conseils habituels (experts-comptables ; commissaires aux comptes, avocats) jouissent d'un bon indice de confiance, entre 80% - 90%. C'est moins reluisant pour les banques (49%) ;
- 98% des DAF sont satisfaits d'être en fonction et 94% conseillent le job.

La conformité
Un petit coup de cœur pour un petit coup de gueule de Caroline Weber, DG de MiddleNext, au vu de l'inflation réglementaire : « la gouvernance dans les sociétés cotées, c'est une mascarade ». Il est observable que les responsables des logorrhées de contraintes qui s'imposent aux entreprises sont les premiers à s'en affranchir eux-même, suivant le principe bien compris du « faites ce que dis, ne faites pas ce que je fais ». C'est forcément réducteur et caricatural, mais je clique sur j'aime !

Merci au Échos pour cet événement qui, même si je ne suis pas resté jusqu'au bout, était déjà à l'heure de mon départ un succès.

(1) le correcteur orthographique dont j'ai licence n'aime pas ce néologisme, mais j'assume !
(2) acronyme en forme de hoquet de « Hopefuly Industrialized CountrieS » – terme venu remplacer un temps les NICS, New Industrialized CountrieS un jour de blues devant les dérives de l'histoire économique de ces pays.
(3) s'opposant ainsi John Maynard Keynes, autre économiste supposé gauchisant, qui énonçait fort justement qu' « à long terme, nous sommes tous morts », d'où mon titre.

Rémy Mahoudeaux
Managing Director, RemSyx
Mail : boss(at)remsyx(dot)com
 
Si vous n'avez pas encore reçu mon livre blanc (gratuit) "Dématérialiser la Gouvernance d'Entreprise", vous pouvez en faire la demande au bout de ce lien.
Bonne lecture !

Vendredi 6 Juillet 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News