Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Open innovation, co-création : pourquoi la blockchain est une petite révolution


L’open innovation se heurte indéniablement aujourd’hui à des problèmes d’éthique et de manque d’efficacité. Et si la blockchain représentait une voie à emprunter pour redonner liberté et pouvoir aux communautés d’individus désireuses de créer et d’innover ?



L’open innovation se déploie partout. Après l’avoir longtemps réservée à leurs partenaires de proximité, les entreprises élargissent leur rayon d’action, grâce en particulier aux outils numériques, pour en faire une approche universelle et, disons-le, de nature assez tentaculaire. Elles s’attaquent maintenant aux individus et aux petites organisations : les clients-usagers devenus « co-créateurs » sont ainsi mis à contribution… gratuitement. Dans son livre, « Le travail du consommateur » (La Découverte), la sociologue du travail Anne-Marie Dujarier dénonçait le phénomène de cette pseudo co-création qui se traduit par une captation de la valeur créée par les individus. De même les fameuses collaborations entre grandes entreprises et start-ups – très en vogue actuellement – n’obéissent-elles pas aussi à de troubles relations s’apparentant plus souvent à du gagnant-perdant qu’à du gagnant-gagnant, en défaveur naturellement du plus petit des deux ?

Les limites de l’open innovation

On a beaucoup glosé sur le problème de la propriété intellectuelle que s’approprient les grandes entreprises en récupérant gratuitement les idées des autres. Mais le problème est plus global : c’est la question de la confiance. De récents travaux conduits sous l’égide de l’Alliance pour l’Innovation Ouverte ont ainsi mis à jour l’une des questions de base que posent inéluctablement ces liens entre grandes et petites entreprises : celle d’un déséquilibre et de la défiance qui peut en résulter, générant de la démotivation chez les différents acteurs et un manque d’efficacité des démarches d’open innovation, accompagnée de beaucoup d’inertie.

Les grandes entreprises traditionnelles sont loin d’être les seules à blâmer. Les plateformes que constituent les acteurs de la nouvelle économie sont aussi des captateurs assumés de la valeur créée par d’autres. Ces dispositifs d‘intermédiation ont bien sûr leur utilité mais les récentes polémiques autour des conditions d’exploitation des chauffeurs d’Uber illustrent bien que le partage de la valeur créée est loin d’être équitablement réparti entre toutes les parties prenantes.

Mais d’autres inconvénients affectent l’open innovation qu’on ne peut imputer aux donneurs d’ordre ou aux intermédiaires mais qui proviennent des co-créateurs individuels eux-mêmes. Cela tient à un phénomène naturel qui est à l’œuvre dans tout groupe : l’existence d’une compétition naturelle entre individus. L’intelligence collective et la coopération ne sont pas faciles à mettre en œuvre et, faute d’un système de reconnaissance à la hauteur des individus contributeurs, sont largement contrecarrées par la réticence à partager spontanément informations et idées.

Autre problème de l’open innovation qui accentue et explique le précédent : la difficulté à mettre en place une traçabilité et une capitalisation des idées et savoirs. On a coutume de dire que les idées sont partout… et n’appartiennent donc à personne, que les savoirs nouveaux proviennent souvent de réagencement de connaissances déjà existantes. Dès lors, comment motiver les innovateurs à s’impliquer davantage et à devenir de vrais inventeurs plutôt que des recycleurs d’idées ?

Il faut un renouveau, oui mais lequel ?

Lire la suite :
http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2016/07/11628-open-innovation-co-creation-pourquoi-la-blockchain-est-une-petite-revolution/

Retrouvez tous les articles dédiés blockchain & distributed ledger technology dans votre nouveau quotidien Blockchain Daily News

Participez aux prochaines conférences Blockchain éditées par Finyear Group :
Blockchain Vision #5 + Blockchain Pitch Day #2 (20 septembre 2016)
Blockchain Hackathon #1 (fin 2016).

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 19 Juillet 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News