Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Observatoire des défaillances de Coface - 7ème édition


Stabilisation du nombre de défaillances, baisse de leur coût financier, mais hausse de leur coût pour l'emploi. Coface publie les premiers chiffres mensuels complets sur les défaillances.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Comment sont-ils obtenus ?
Coface Services extrait tous les mois de sa base de données des 6,5 millions d’entreprises françaises le nombre d’entreprises défaillantes (redressements judiciaires + liquidations judiciaires, dédoublonnés). L’extraction est réalisée en début de mois suivant, après régularisations des données du mois étudié (enregistrement de la totalité des jugements), garantissant ainsi l’exhaustivité des données mensuelles de Coface Services.

La hausse des défaillances d’entreprises reprend son ralentissement en février après la pause du mois de janvier, comme l’indique le 7ème observatoire des défaillances publié aujourd’hui par Coface. En nombre, les défaillances se stabilisent à 67 714 sur 12 mois, le mois de février est en baisse de -8,2% par rapport à janvier, reprenant la tendance baissière du dernier trimestre 2009. Le coût des faillites pour les fournisseurs est en net recul en février. Sur 12 mois il se stabilise également, à 4 889 M€. En revanche, l’impact des faillites continue à être très négatif sur l’emploi. Le nombre d’emplois menacés sur 12 mois est lui en hausse de 37% par rapport à la même période l’année dernière.

Sur la suite de l'année 2010, la croissance démographique naturelle des défaillances, et la décrue des défaillances liées à la crise, devraient se compenser, conduisant à une stabilité du nombre de faillites entre 2009 et 2010.

Observatoire des défaillances de Coface - 7ème édition

La hausse des défaillances poursuit son ralentissement
Le nombre de défaillances en février 2010, avec 6 129, est en baisse par rapport à janvier (-8,2%), essentiellement pour une raison calendaire (moindre nombre de jours en février), et en faible hausse par rapport à février 2009 (+1,8%). Les défaillances sur un an s'élèvent à 67 714, stables par rapport à janvier (67 603) et en hausse ralentie de 12,7% par rapport à il y a un an (60 104 défaillances à fin février 2009). La hausse des défaillances conforte son fort ralentissement entamé en septembre dernier (hausses respectives de 19%, 17%, 16%, 14% en septembre, octobre, novembre et décembre).

L’Alsace perd son statut de région la plus touchée au détriment de la région Rhône Alpes qui connaît une hausse de plus de 22% de ses défaillances en nombre sur 12 mois. La situation de la région s’est fortement dégradée en un an, Rhône Alpes n’était, à fin février 2009, que la 14ème région la plus touchée sur les 22 régions françaises.

Trois secteurs ont particulièrement bien résisté à la crise, restant depuis un an parmi les 5 secteurs ayant le moins souffert des défaillances. Il s’agit des Services collectifs avec une baisse de -5,5% des défaillances en un an, les Biens de consommation (-2,9%) et l’Agroalimentaire (-0,5%).

Le coût des faillites pour les fournisseurs est de moins en moins élevé
Le coût financier des défaillances pour les fournisseurs en février 2010, à 365 M€, est aussi en baisse de 31,6% par rapport à janvier (pour la même raison calendaire), mais également en baisse de -20,9% par rapport à février 2009. Le coût des défaillances sur un an pour les fournisseurs s'élève à 4.889 M€, contre 4 986M€ en janvier dernier (-1,9%) et se maintient par rapport à 2009 (4 853M€ à fin février 2009).

Pas d’amélioration pour l’emploi
En revanche, l'impact négatif sur l'emploi est en hausse: si février 2010 avec 20.819 emplois menacés par des défaillances, est logiquement en baisse par rapport à janvier (-6,5%), il est en hausse de +13,2% par rapport à février 2009 ; et sur 12 mois, l'impact est de 246.799 emplois menacés, en hausse de +1% par rapport au mois précédent, et de 37% par rapport à il y a un an.

Estimation 2010 : nombre stable mais impact financier en baisse
L’estimation du nombre de faillites en 2010 est la combinaison de deux hypothèses, l’une sur les défaillances liées à la crise et l’autre sur la hausse naturelle des défaillances, liée au dynamisme antérieur des créations d'entreprises.

Une partie de la hausse des défaillances est la conséquence normale de la hausse passée des créations d'entreprises qui (avec un décalage) provoque une évolution équivalente des défaillances. Par rapport au niveau du début de la crise, mi 2008, on peut considérer que la composante purement démographique de la hausse des défaillances représente environ 5 à 6% de croissance cumulée jusqu'a fin 2010. Cette hausse peut paraître faible par rapport à la très forte hausse des créations d'entreprises depuis deux ans: mais celle-ci était toute entière due à l'explosion des auto-entreprises (320 000 créées en 2009).

Hors auto-entreprises, la tendance est très différente, avec des créations en hausse de 1% en 2008 et en baisse de 6% en 2009. Or la disparition d'une auto-entreprise donne très rarement lieu à une procédure légale de redressement ou de liquidation judiciaire, mais elle est enregistrée dans les cessations d’activités, sans obligation de publicité légale. Et donc, dans l'immense majorité, la disparition des auto-entreprises est sans influence sur les défaillances.

Concernant la partie de la hausse des défaillances liée à la crise, Coface anticipe une stabilisation au niveau actuel sur le premier semestre, puis une réduction au second semestre 2010 symétrique de la hausse intervenue sur la fin de 2008 et sur 2009.

« Au total le mouvement de croissance démographique naturelle des défaillances et celui de décrue des défaillances liées à la crise devraient se compenser, conduisant à un niveau de défaillances en 2010 équivalent à celui de 2009, soit 67.000 défaillances » déclare Jérôme Cazes, Directeur général de Coface.

Source :
www.coface.fr

Laurent Leloup

Vendredi 19 Mars 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News