Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Lundi 12 Juillet 2021

Monisnap lève 10 M€ pour devenir le leader européen des transferts digitaux vers les pays émergents


Monisnap, la fintech française qui permet le transfert de fonds vers les pays émergents, lève 10 M€ auprès de Serena et ses investisseurs historiques pour déployer son offre B2B, renforcer son service de mobile money et s’étendre à l’international.



Partis du constat selon lequel 75% des populations émergentes ne disposent pas de comptes bancaires, d’anciens employés de Google et de Groupon ont voulu développer des solutions permettant d’envoyer de l’argent facilement depuis les pays développés. En effet, le transfert d’argent des diasporas vers leur pays d’origine représente en moyenne 10% du PIB des pays receveurs et permet de favoriser leur inclusion financière.

La Fintech française fondée en 2017 offre un éventail de services financiers à l’international pour les diasporas vivant en Europe. Ses utilisateurs peuvent ainsi soutenir leurs proches non bancarisés de nombreuses manières. Monisnap leur propose un service de transfert d’argent en Mobile Money, permettant à leurs proches vivant dans 150 pays de recevoir de l’argent directement sur leurs téléphones mobiles en quelques secondes. Monisnap offre la solution de transfert de fonds de téléphone à téléphone la plus rapide et la moins chère du marché avec des prix 3 à 10 fois moins importants que les solutions traditionnelles. Ce service est aujourd’hui utilisé par plus de 200 000 personnes et permet également à ceux qui le souhaitent d’envoyer du cash à leurs proches via plus de 100 000 partenaires locaux dans une centaine de pays.

Forte d’une croissance importante, la Fintech s’est récemment lancée au Royaume-Uni, avec l’objectif de simplifier l’envoi de Mobile Money pour les principales diasporas provenant d’Afrique anglophone, du Moyen-Orient et d’Asie.

Monisnap s’est ouvert au Royaume-Uni début 2021 pour proposer son service de Mobile Money aux diasporas anglophones

En plus de proposer ce service en B2C, la société a également décidé de mettre sa plateforme de transfert d’argent à disposition de nombreux partenaires B2B, sous forme d’un produit clé-en-main. C’est une proposition de valeur unique au monde, qui permet à des néo banques, à l’image de Nickel, ou à d'autres acteurs Fintech de proposer à leurs propres clients un service de transfert d’argent à l’international de manière totalement sécurisée et intégrée, avec la meilleure expérience utilisateur possible.

Monisnap embarque dans l’application Nickel un service clé-en-main de transfert d’argent à l’international, en partenariat avec le réseau de distribution Ria

Depuis sa dernière levée de fonds de 2,5 M€ en avril 2019 auprès de Truffle Capital, Evolem et Notus TEchnologies, et malgré le contexte sanitaire, Monisnap a multiplié par 40 son volume de transactions, s’est déployé dans 2 pays en Europe et mis sur le marché son produit B2B.

Monisnap annonce aujourd’hui avoir sécurisé un investissement de 10 M€ auprès de Serena et de tous ses actionnaires historiques pour piloter sa prochaine phase de croissance. Avec cet apport en capitaux, Monisnap souhaite se renforcer sur 4 axes :
- S’étendre à l’international Déjà présent en France, en Espagne et au Royaume-Uni, Monisnap veut désormais s’établir dans 3 autres pays sur les 18 prochains mois afin d’étendre rapidement sa couverture.
- Doubler l’équipe ingénieurs Monisnap souhaite développer son pôle R&D ainsi que la performance de sa plateforme afin de la rendre utilisable par plusieurs millions d’utilisateurs en même temps.
- Accélérer sur l’offre B2B Monisnap offre une solution clé-en-main à tous les acteurs qui souhaitent proposer depuis leurs applications digitales, un service de transfert d’argent à leurs clients finaux. C’est le cas de Nickel, 1ère néo banque française, ainsi que Uber pour leurs chauffeurs.
- Renforcer son offre de mobile money La digitalisation des pays émergents permet de nouveaux usages liés aux smartphones. Monisnap a développé sa solution de transfert d’argent sur téléphone mobile, afin de faciliter l’envoi tout en diminuant les coûts. L’Afrique de l’Ouest et le Maghreb sont les principales régions visées.

Raphaël Rivière, CEO de Monisnap, déclare :
« Nous sommes très heureux d’accueillir Serena et de la confiance renouvelée de nos investisseurs historiques. Cette levée de fonds nous permettra de poursuivre l’objectif de Monisnap : accompagner les diasporas vers l’envoi d’argent à leurs familles de manière aussi sûre et simplifiée que possible, tout en garantissant les coûts les plus bas. L’argent frais nous aidera à renforcer nos solutions existantes et à offrir nos services à des millions de clients supplémentaires dans le monde entier, favorisant ainsi l’inclusion financière de nombreux pays. »

Sébastien Le Roy, Directeur d’investissement chez Serena, ajoute :
« Le marché des transferts d'argent internationaux est en mutation profonde, notamment avec l'essor de la mobile money dans les pays émergents. Monisnap prend un positionnement unique sur ce marché. En quelques mois, ils ont permis à plus de 200 000 personnes de réaliser des transferts vers des pays non bancarisés. Leur architecture modulaire leur permet aujourd'hui de proposer cette offre de services financiers à des acteurs B2B comme les néo banques. Nous avons été impressionnés par la vision et la capacité d'exécution de l'équipe, et sommes ravis de participer à ce tour de table afin de construire un acteur mondial majeur du secteur. »

Geoffroy Roux de Bézieux, président de Notus Technologies, ajoute :
« La mobile money est l’avenir du transfert d’argent car permet à la fois de proposer un panel diversifié de produits et de beaucoup mieux flécher les fonds ce qui sécurise l’envoyeur de leur bon usage par les utilisateurs finaux. »

Thomas Rival, Partner chez Evolem, ajoute :
« Les transferts d'argent internationaux représentent près de 600 milliards de dollars par an. Les acteurs historiques offrent une expérience décevante (NPS négatif) à des tarifs élevés et basée sur le retrait en cash. Avec un taux de pénétration des téléphones portables supérieur à 90%, l'avènement de la mobile money semble inéluctable ; Monisnap entend bien être un acteur majeur de cette transition. »
Bernard-Louis Roques, Co-fondateur et Directeur Général de Truffle Capital, ajoute :
« Nous sommes ravis de participer à ce nouveau tour de table et soutenir ainsi le développement de Monisnap à l’international. En tout juste 3 ans, Monisnap a su développer une offre inégalée pour envoyer de l’argent à l’étranger. La clef de ce succès ? Un service « mobile first » plus rapide, plus accessible et moins cher que la concurrence. Aujourd’hui, nous sommes convaincus que ce champion français du transfert d’argent a tout pour devenir un leader mondial dans ce secteur. »

À propos de Monisnap
Monisnap est une Fintech Française, fondée fin 2017 par d’anciens employés de Google et de Groupon, financée par Serena, Truffle Capital, Evolem Start, Notus Technologies et d’autres business angels. Elle souhaite révolutionner le transfert d’argent vers les pays non bancarisés. En développant les solutions d’envoi sur téléphone mobile, elle veut démocratiser un nouveau type de transfert d’argent, abordable et rapide.
Plus de 200 000 clients font déjà confiance à Monisnap. L’utilisation de ses services a permis l’envoi de plusieurs millions d’euros, principalement vers l’Afrique.
Monisnap a été élue fintech de l’année 2020 par Challenges

À propos de Evolem Start
Evolem Start est le véhicule dédié au venture capital du family office Evolem (850M€ sous gestion). Evolem a été créé par un entrepreneur (Bruno Rousset, fondateur d’April) pour aider des entrepreneurs à exécuter leur vision. Evolem Start est agnostique en termes de secteur et de business model et investit des tickets entre 300k€ et 3M€ sur des tours de seed et serie A.
www.evolem.com

Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.



Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS