Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Lettre de l'AFGE n° 28


L'AFGE vous adresse sa nouvelle lettre trimestrielle - Nouvelle gouvernance européenne, mutation de la banque assurance pour affronter la crise



Jean-Aymon Massié
Jean-Aymon Massié
La crise actuelle est le résultat de crises successives
La crise actuelle est le résultat de l‟agrégation des conséquences de crises qui se sont succédé: crise de l‟immobilier, crise bancaire, credit crunch, arrêt des investissements des entreprises et fort ralentissement de la consommation des ménages. La crise financière s‟est transformée rapidement en crise économique et sociale; l‟embauche a été stoppée et les destructions d‟emplois se sont multipliées sans pour cela résoudre les difficultés financières des entreprises et des collectivités locales.
Pendant que la crise sociale s‟aggravait, masquée par des indicateurs mensongers, présentant un taux de chômage tolérable et une prévision de croissance du PIB rassurante, la crise financière s‟accélérait par le transfert des dettes privées des banques et assurances vers la dette publique, sans que les politiques ne mesurent le risque entraîné par l‟accroissement brutal des déficits publics. La progression rapide dans la zone Euro des dettes souveraines, la défiance à l‟égard des obligations d‟Etat, la dépréciation des CDS, ont généré une nouvelle crise systémique, dont sont responsables à la fois les Gouvernements ayant trop longtemps masqué la vérité, l‟Union Européenne souffrant d‟un déficit de gouvernance, mais aussi les banques de la zone € spéculant sur ces nouveaux véhicules échangés sur le marché non régulé des OTC.
Les citoyens indignés, les chômeurs découragés, les jeunes révoltés, les retraités et les épargnants effrayés ont tous perdu confiance dans leurs gouvernants. Ils vont nourrir une crise institutionnelle sans précédent.
En Europe, les régimes présidentiels avec un exécutif fort pourraient être balayés lors des prochaines consultations électorales ; ainsi en France, ce pourrait être la fin de la Vème République et probablement le retour au régime d‟assemblée, de la IVème République. En effet, dans la plupart des pays européens, on assiste à un transfert progressif de souveraineté vers les institutions européennes, qui d‟une part affaiblirait le pouvoir exécutif national (Président, Chancelier ou 1er Ministre), et d‟autre part renforcerait les prérogatives des Parlements nationaux, 1er niveau de contre-pouvoir à l‟Exécutif européen. Parallèlement, un transfert des pouvoirs de l‟Exécutif national s‟effectuerait au profit des Régions, nécessaire 2ème niveau de contre-pouvoir à l‟Exécutif et au Législatif européens. Le processus serait engagé, les prochaines élections présidentielles françaises seront révélatrices de cette évolution.
...

Suite dans le document PDF ci-dessous

Jean-Aymon MASSIE
Président de l'AFGE
Association Française de Gouvernement d'Entreprise
8 rue Henri Regnault - La Défense 6
92400 COURBEVOIE
www.afge-asso.org
lettre_28__13_12_.pdf Lettre 28 (13.12).pdf  (676.09 Ko)

Vendredi 13 Janvier 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News