Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Les vins turcs frappent à la porte


Aurait-on oublié que la Turquie est l’un des premiers vignobles du monde ? Certes, la majorité des vignes turques produisent du raisin pour la table et non pour la cuve, notamment des raisins secs, mais tout de même, ce pays vinifie chaque année cent millions de litres de vins.



Les vins turcs frappent à la porte
Cela ne le met pas en situation de concurrencer les poids lourds du secteur (Italie, France, Espagne), mais il apparait qu’au fil des années, ce vignoble progresse en qualité, et exporte même quelques uns de ses vins, en Europe notamment.

Le phénomène est probablement du à la forte attraction de la France sur les vignerons turcs qui l’ont prise en modèle et la copient du mieux qu’ils peuvent. On ne compte pas les consultants et œnologues français dans leurs chais (Vivas, Derenoncourt, Bourguignon, Choné, Guérin, Gaboriaud, Toutoundji, Dumeau, etc…) dont les avis et les travaux ont évidemment contribué à élever le niveau qualitatif des vins.

Chez Kavaklidère, vieille société familiale de production et de négoce à Ankara, l’œnologue est turque mais elle est diplômée de la faculté de Bordeaux. Ce groupe contrôle trois propriétés qui totalisent 500 hectares de vignes, et s’en réfère pour toutes choses aux bonnes vieilles méthodes françaises. « Le vin, c’est une culture, et pour cela qu’on travaille avec les Français » dit cette jeune femme passionnée par les terroirs volcaniques de Cappadoce, aptes à produire, selon elle, de très bons vins blancs.

La Turquie recèle aussi, comme sa voisine la Grèce, des vieux cépages locaux, toujours francs de pied, connus depuis des siècles, qui n’ont pas été touchés par le phylloxéra : kalecik-karasi, bogaskère, okuzgozu, et autres raretés ampélographiques, fort éloignés des standards internationaux mille fois répétés partout. Les vendanges s’étalent du début août jusqu’à la mi-octobre, dans des régions parfois très chaudes, où les rendements naturels ne dépassent pas 35 hectolitres par hectare.

Reste que la consommation de vins est d’environ un litre par habitant et par an en Turquie, ce que la production nationale suffit amplement à satisfaire, pour 70 millions d’habitants. Mais la Turquie reçoit aussi beaucoup de touristes, lesquels découvrent sur place, et dans le verre, un vignoble en forte progression, qu’ils ne soupçonnaient pas.

© JDV - Le Journal Du Vin
Partenaire expert de CFO-news pour la rubrique vin et oenologie.

www.lejournalduvin.com

Jeudi 16 Juillet 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News