Quotidien future finance
              



Les institutionnels se ruent sur les cryptomonnaies en 2020


Trois ans après l’impressionnant marché haussier sur les cryptomonnaies, qui a vu notamment Bitcoin atteindre la somme de 20 000$, l’euphorie est retombée. Du moins en apparence pour les particuliers. De manière plus discrète, les investisseurs institutionnels intègrent de plus en plus cette nouvelle classe d'actifs dans leur portefeuille, comme le montre plusieurs études récentes.



Souvent controversées, les cryptomonnaies, ou actifs numériques, n’en suscitent pas moins toujours plus d’intérêt depuis maintenant une décennie. Une étude menée début 2020 par Fidelity Digital Assets et interrogeant près de 1000 investisseurs institutionnels montre que le secteur provoque un engouement croissant de la part des professionnels. Ces gestionnaires de fonds, essentiellement américains mais aussi européens, déclarent s’intéresser de près aux cryptomonnaies et surtout en détenir d’ores-et-déjà.

Diversification et perspective de rentabilité

Interrogés sur les raisons de leur intérêt dans les cryptomonnaies, les investisseurs institutionnels mettent en avant trois arguments principaux : l’innovation technologique qui sous-tend les cryptomonnaies et qui leur donne une perspective de croissance intéressante, la faible corrélation, voire la décorrélation, qui existe entre les cryptomonnaies et les autres classes d’actifs, et enfin la rentabilité importante que peuvent apporter ces nouveaux actifs, qui forment un marché encore relativement peu capitalisé.

Bitcoin et Ethereum sont les deux actifs plébiscités

Sans surprise, les investisseurs institutionnels entrent sur le secteur des actifs numériques mais prêtent attention à la liquidité et aux volumes d’échanges des actifs auxquels ils s’exposent. Pour cette raison, plus d’un quart des 1000 investisseurs interrogés sont exposés au Bitcoin (BTC), mais plus de 10% d’entre eux sont aussi exposés à Ethereum (ETH).

Ces deux cryptomonnaies les plus capitalisées de l’écosystème proposent une liquidité importante et des frais de garde limités. Ethereum intéresse de plus en plus en raison du développement informatique très actif qui entoure ce projet, qui propose de nouvelles manières propres au secteur pour obtenir de la rentabilité, comme par exemple le staking.

Les investisseurs institutionnels ne souhaitent pas s’exposer aux cryptomonnaies moins connues en raison de la volatilité qu’il considère trop importante et des risques de manipulation de marché dûs au manque de liquidité.

Une exposition majoritairement au travers des produits dérivés

Derrière cet engouement indéniable, la prudence des investisseurs reste palpable. Ainsi, la grande majorité d’entre eux n’achète pas directement de bitcoins sur le ‘’marché spot’’. ils s’adressent à des acteurs régulés et qui viennent déjà du monde de la finance traditionnel pour s’exposer aux cryptomonnaies par leur intermédiaire.

Une tendance confirmée par des enquêtes menées en 2020, qui montrent une croissance exponentielle du volume du marché des produits dérivés comme les options et les contrats à terme par rapport à celui du marché spot des cryptomonnaies.
Les dérivés enregistrent désormais cinq fois plus de volume que le spot, contre deux fois plus il y a seulement un an. Un ratio qui se retrouve dans les marchés classiques.

Par ailleurs, au mois de mai, le fonds Greyscale aurait acheté près de 20 000 bitcoins pour répondre à la demande de ses clients institutionnels.

L’importance des acteurs reconnus et régulés

Ces statistiques positives pour le marché des cryptomonnaies dans son ensemble montrent tout de même que les institutionnels ont besoin d’acteurs sérieux et reconnus pour franchir le pas de l’investissement dans ce secteur nouveau. Les perspectives sont nombreuses et les défis qui se posent au monde de la finance traditionnelle ces dernières années font que de plus en plus de regards se tournent vers les cryptomonnaies et la technologie blockchain qui permettent des opérations plus rapides et plus transparentes.

En France, Coinhouse adresse également ce besoin des professionnels d’investir dans les cryptomonnaies en proposant d’acheter du Bitcoin. Dôté depuis des années d’un département Conformité, la société est la première à être enregistrée auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) en France pour ses activités de services liées aux cryptomonnaies. Un gage de sérieux qui permet aussi de proposer un service de garde des actifs numériques ultra-sécurisé et adapté au cahier des charges des investisseurs institutionnels.


No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.



Vendredi 12 Juin 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles