Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Les frais bancaires des entreprises scrutés à la loupe par Expense Reduction Analysts


Démultiplication des commissions, augmentation des frais, diminution du nombre de banques… : tous ces facteurs conduisent aujourd’hui à des montants de frais bancaires très lourds pour les entreprises, qui pourtant sont plutôt timides lorsqu’il s’agit de les négocier.



Le marché français des frais bancaires est aujourd’hui de l’ordre de 15 milliards d’euros. Ce chiffre est en constante augmentation depuis plusieurs années, du fait notamment du développement exponentiel du nombre de commissions. Et pourtant, 60 à 70% des entreprises ne négocient pas leurs tarifs bancaires.

« Conformément à la Loi Chatel, les banques françaises sont aujourd’hui soumises à une transparence concernant la tarification globale de leurs prestations et notamment celle des commissions sur le fonctionnement des comptes, les financements et les placements.», explique Ludovic Letellier, consultant chez Expense Reduction Analysts et spécialiste des frais bancaires. « Malheureusement, cette transparence n’est pas toujours respectée, ce dont les entreprises sont peu conscientes. Et même lorsqu’elles le sont, elles n’imaginent pas pouvoir négocier et optimiser ce type de frais, comme cela peut être le cas sur des frais de transport ou de téléphonie. C’est alors que nous intervenons.»

Si les entreprises négocient habituellement les taux de crédit et de financement, elles laissent cependant quasiment systématiquement de côté les autres frais, comme les nombreuses commissions liées au fonctionnement du compte.

Or la quasi majorité des frais bancaires peuvent être analysés et constituer potentiellement des sources d’optimisation pour les entreprises.

Ainsi par exemple :

- Le produit net bancaire - il correspond à la marge d’intermédiation et aux différentes commissions sur le fonctionnement du compte, les placements, les financements… Il intègre également les commissions liées au mouvement du compte (virements, services monétiques…) et les commissions relatives au manque de provision sur le compte. Aujourd’hui de plus en plus nombreuses, et ayant un fort impact sur les frais supportés par les entreprises, ces commissions peuvent clairement être optimisées et réduites.

- Autre source d’optimisation, la gestion des flux bancaires : en orientant ces flux en fonction du coût de chaque banque, les entreprises peuvent réduire le coût lié à ces flux. L’utilisation d’une centralisation de trésorerie permet d’utiliser les comptes créditeurs de l’entreprise pour renflouer ponctuellement les comptes débiteurs. Ce qui réduit la charge d’intérêts pour l’entreprise.

- L’affacturage a toujours été un coût pour les entreprises. Aujourd’hui, la concurrence sur ces supports et l’augmentation des produits permettent à l’entreprise d’obtenir des contrats à des coûts inférieurs aux contrats existants.

Si peu d’entreprises pensent spontanément à regarder de plus près leurs frais bancaires et surtout à mettre en place une politique visant à les optimiser, elles accueillent néanmoins favorablement la démarche d’Expense Reduction Analysts, pleinement conscientes des montants importants liés aux frais bancaires et d’une certaine opacité qui perdure dans l’univers bancaire. Le savoir-faire et la compétence métier des consultants Expense Reduction Analysts permettent de clarifier ce poste de coût, de l’analyser et d’apporter des solutions d’optimisation personnalisées et surtout pérennes dans le temps.

« Les économies réalisées peuvent atteindre 40 à 50%. Ces résultats sont obtenus grâce à une réelle collaboration avec les entreprises, un travail d’analyse profond et minutieux et nos connaissances de l’univers et des acteurs bancaires, permettant alors l’optimisation de points concrets. Notre démarche s’inscrit également dans la durabilité puisque nous accompagnons les entreprises pendant 18 mois », conclut Ludovic Letellier.

A propos d’Expense Reduction Analysts

Créée en 1992, Expense Reduction Analysts est spécialisée dans la mise en place et le suivi de solutions sur mesure permettant d’améliorer la performance des entreprises en optimisant durablement leurs achats. Présente dans 30 pays, elle offre aux entreprises et aux organisations publiques une approche multi-expertise unique : ses 750 consultants, tous spécialistes expérimentés, interviennent sur une grande variété de catégories de dépenses telles que la gestion des déchets, les assurances, le transport, l’emballage, la téléphonie, les frais marketing, les frais bancaires, la gestion de flottes automobiles, ...

En France, Expense Reduction Analysts dispose d’un réseau de plus de 60 consultants et d’un maillage régional dense, avec une présence sur Paris et dans toutes les grandes métropoles régionales. Expense Reduction Analysts compte parmi ses clients des entreprises de tailles différentes et de tous secteurs : Bostik, Cdiscount, D’Medica, Fram, Les Publications Condé Nast (éditeur de Vogue), MacWay, Media Participations, Mikli, ...
expensereduction.com

Vendredi 25 Mars 2011
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par INES le 26/03/2011 13:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour,
je voulais juste porter votre attention sur la pratique des banques françaises installé en Algérie comme la société générale d'Algérie.En faite, ils ont l'art de créer de multiple commission et frais auxquels nous les découvrons qu'au moment de réception des relevés bancaires. Ces divers frais ne sont pas énoncer au moment de consultation et de négociation comme par exemple :les frais de forçage et les commissions fixes sur cautions de soumission et d'autres.
en plus, généralement, ils ne retiennent pas les demandes de remboursement anticipés des remboursement des avances sur factures afin qu'ils maximisent leurs chiffres d'affaires en matière d'intérêt financiers .
Ma question est: est ce que nous pouvons négocier avec notre banques ces divers frais malgré qu'elle nous donne plusieurs faveur et nous facilite nos transactions ?En outre, est ce que nous pouvons avoir auprès de notre banque la méthode de calcul des intérêts débiteurs portant sur les découverts accordés par la banque.
Cordialement.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News