Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Les dindons de la farce


En cette semaine de Thanksgiving, les autorités monétaires Américaines et l’administration Obama s’offrent une dinde géante : le reste du monde…



Marc Fiorentino
Marc Fiorentino
Reprenant à son compte la phrase célèbre du secrétaire au Trésor de Nixon en 1971, John Connally, « le dollar c’est notre devise mais votre problème », les Etats-Unis nous prennent pour des truffes. Ce qui, même en période de fêtes de fin d’année, est très énervant.

Une fois de plus, ils inondent le monde de dollars sans considération pour les dommages qui ne sont plus collatéraux mais majeurs. Au-delà du sujet habituel des entreprises exportatrices européennes qui souffrent de l’euro fort, cette baisse non contrôlée du dollar provoque la création de bulles multiples dans le monde entier.
Les investisseurs et fonds spéculatifs s’alimentent aux Etats-Unis et recyclent ces dollars toxiques en tout et n’importe quoi. L’or explose, l’argent aussi. Les matières premières alimentaires font l’objet d’une nouvelle vague de spéculation. Et les pays émergents sont inondés de liquidités dont ils ne veulent pas. Des liquidités qui provoquent en Chine, au Brésil, en Inde et ailleurs une inflation des actifs et une explosion des devises, sauf pour le cas de la Chine où le yuan est contrôlé.
La FED ne veut pas et ne peut pas monter ses taux, elle oblige donc les banques centrales des autres pays à le faire. Et une hausse des taux dans des économies encore fragiles peut être dévastatrice. Il va falloir une fois pour toutes que quelqu’un explique à nos amis Américains que le monde n’est pas un lieu de stockage pour leurs déchets financiers toxiques.
La crise n’a décidément rien changé. Les mêmes pays font les mêmes erreurs et les conséquences seront les mêmes. La stratégie Américaine va cependant, à terme, les terrasser car ils ne font que pousser, par dépit ou par désespoir, les autres pays à chercher une alternative au dollar et à refuser de financer leur déficit géant.
Les Etats-Unis ont en effet oublié une chose : ils ont besoin du reste du monde pour financer leur dette…
Happy Thanskgiving.

Marc Fiorentino
Président d'EuroLand Finance
Gérant d'Allofinance
www.allofinance.com

Jeudi 26 Novembre 2009
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News