Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Les défaillances d'entreprises prestigieuses et la crise de la zone Euro entraveront les activités d'introduction en bourse en 2013


56 % des décideurs européens estiment que le nombre d'introductions en bourse stagnera ou diminuera en 2013 en raison des difficultés économiques persistantes et de l'échec de la cotation de Facebook.



D'après l'étude annuelle menée par NetJets Europe sur le contexte du marché européen des transactions, dont c'est la troisième édition, les décideurs européens prévoient une faible hausse de l'activité de cotation en 2013, les difficultés de financement et l'échec de l'introduction en bourse de Facebook influant sur la confiance du marché. Le rapport révèle que 39 % des décideurs anticipent une stagnation du nombre d'introductions en bourse en 2013 et que 17 % d'entre eux prévoient une baisse. Moins de la moitié des décideurs (44 %) déclare anticiper une hausse, mais seulement de 10,9 %.

L'étude "Doing the Deal" a examiné les réponses de 175 décideurs européens évoluant au sein de sociétés de capital investissement, banques d'investissement, cabinets comptables et cabinets juridiques. Les personnes interrogées appartiennent à des entreprises engagées dans des activités d'introduction en bourse et ont travaillé sur sept des dix plus grandes opérations de ce type intervenues l'an passé. Menée par Remark, le service de recherche sur les fusions/acquisitions et les introductions en bourse du cabinet mergermarket, l'étude dévoile un certain nombre d'informations précieuses concernant le paysage des F&A et des introductions en bourse pour l'année à venir. Le rapport complet et les graphiques sont disponibles sur demande.

À propos des conclusions de l'étude, Matthew Albert, directeur de recherche chez Remark, a déclaré : "L'enquête montre une évolution en matière de confiance et une réticence à participer aux introductions en bourse en 2013. De nombreux participants ont cité les performances médiocres liées à l'introduction en bourse de Facebook, la crise de la zone euro et la volatilité des marchés boursiers pour expliquer la baisse anticipée du nombre de nouvelles cotations l'an prochain."

Opportunités et défis : la volatilité du marché et le calendrier des transactions ont un effet dissuasif.

La volatilité du marché et le calendrier des transactions seront les principaux facteurs dissuasifs en ce qui concerne l'activité d'introduction en bourse en 2013, 78 % des participants citant ces facteurs comme constituant des obstacles à la croissance. Parmi les difficultés supplémentaires, les décideurs ont également identifié le renforcement des exigences en matière de gouvernance d'entreprise (50 %) et la faiblesse de la demande de la part des investisseurs (49 %).
Toutefois, dans la mesure où de nombreuses entreprises peinent à s'approvisionner sur les marchés du crédit, la nécessité d'effectuer des dépenses d'investissement (63 %), de rationaliser et de rembourser leurs dettes constituera un solide moteur de croissance des introductions en bourse durant l'année à venir. Un cadre supérieur russe a déclaré : "Les entreprises préfèrent lever des capitaux par le biais d'une introduction en bourse que de faire appel au crédit, car le crédit est devenu coûteux et difficile à obtenir."

Marine Eugene, directrice de NetJets Europe, a déclaré : "Dans la mesure où la volatilité actuelle du marché entrave les activités d'introduction en bourse, les décideurs sont soumis à des pressions croissantes pour convaincre les investisseurs du bien-fondé de leurs offres. La capacité à accéder rapidement aux marchés émergents et à entretenir de bonnes relations commerciales n'a jamais été aussi essentielle au développement de la confiance et à la réalisation des opérations d'introduction en bourse."

Cotations : NYSE devrait dominer, suivi de près par les marchés asiatiques

Les États-Unis devraient maintenir leur domination sur le marché des cotations, les participants citant le New York Stock Exchange (NYSE) comme première place boursière (69 %) en 2013. Mais conformément aux tendances économiques actuelles, les bourses asiatiques de Hong Kong (67 %) et de Shanghai (41 %) devraient se raffermir. Le London Stock Exchange (LSE) est considéré comme la plus importante place boursière en Europe (41 %), la DeutschBorse (23 %) et Nasdaq (20 %) se classant aux cinquième et sixième rangs respectivement.

Opportunités sectorielles et nationales : les marchés émergents devraient s'imposer progressivement

La Chine (83 %), les États-Unis (59 %), la Russie (33 %), l'Inde (29 %) et le Brésil (25 %) sont les principaux marchés sur lesquels les entreprises chercheront à coter leurs titres en 2013, d'après les décideurs. Toutefois, dans la mesure où les marchés émergents continuent de se développer rapidement, la Russie, l'Inde et le Brésil devraient s'imposer progressivement au cours des cinq prochaines années.

Le secteur Énergie, Mines et Services aux collectivités devrait faire l'objet du plus gros volume d'activité en matière d'introductions en bourse durant l'année à venir (56 %) et au cours des cinq prochaines années (56 %), déclarent les participants. 42 % des décideurs classent le secteur Internet/e-commerce au second rang en termes d'activité de cotation l'an prochain, mais seuls 21 % considèrent qu'il restera solide au cours des cinq prochaines années. Cette incapacité à maintenir la confiance est une tendance anticipée également dans le secteur des médias sociaux : 14 % des décideurs prévoient que ce secteur enregistrera le plus gros volume d'activité en matière d'introductions en bourse en 2013, mais que ce chiffre passera à 5 % au cours des cinq prochaines années. Ce manque de confiance dans la technologie illustre la fragilité du secteur, les événements entourant l'entrée en bourse de Facebook et les difficultés que rencontrent les entreprises de médias sociaux pour élaborer des stratégies de croissance à long terme étant cités par les participants comme facteurs potentiels de son déclin à l'avenir.

Un partenaire dans un des 20 plus grands cabinets d'avocats européens a déclaré : "L'an prochain, l'activité de cotation sera limitée à l'Asie, aux États-Unis, au Canada et à l'Amérique latine. Les États-Unis figureront en tête du classement des introductions en bourse, de nombreuses inscriptions à la cote étant déjà programmées. Dans la région Asie Pacifique, les cotations seront plébiscitées dans la mesure où elles suscitent beaucoup d'intérêt auprès des investisseurs et où elles sont très demandées. Mais en Europe, l'environnement en termes d'introductions en bourse restera préoccupant en raison de la crise de la dette souveraine et des conditions économiques difficiles."

Facteurs de réussite : les rencontres en personne restent primordiales

Face à la hausse significative de l'activité au sein des marchés émergents, les rencontres en personne avec les clients demeurent essentielles dans le marché actuel. Les relations individuelles revêtent également une importance nouvelle dans un marché incertain, comme l'explique un conseiller financier basé au Royaume-Uni : "Un marché instable laisse davantage de place aux divergences d'opinions concernant l'évolution de l'environnement global. Le climat évolue chaque semaine. Il y a plus de chances de manquer quelque chose." Ce phénomène se reflète dans les réponses des décideurs : un tiers (31 %) citant la salle de réunion et 19 % le dîner ou le déjeuner d'affaires comme étant généralement le lieu où se déroule la première rencontre concernant une transaction en matière d'introduction en bourse.

Notes :
- Les données primaires ont été recueillies auprès de 175 décideurs européens par mergermarket/Remark entre juillet et août 2012. - L'échantillon des décideurs européens est composé de 175 cadres supérieurs issus de cabinets juridiques, cabinets comptables, banques d'investissement et sociétés de capital investissement, directement impliqués dans d'importantes opérations commerciales au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie, en Russie, en Suisse et en République Tchèque.
- Parmi les cadres interrogés figurent des spécialistes en matière de F&A au sein d'UBS, de Clifford Chance, de BNP Paribas, de Novatek OAO, de DLA Piper et de Permira, entre autres.
- Les personnes interrogées ont toutes été impliquées dans une opération de F&A l'an passé. D'après les chiffres transmis, ces transactions représentent un total de 136 milliards d'euros, soit près de 10 % de l'ensemble de l'activité F&A pour la période en question.

A propos de NetJets Europe
Fondée en 1996, la société NetJets Europe est le leader européen de l'aviation d'affaires. NetJets Europe, à travers NetJets Transportes Aéreos (NTA), est le seul à pouvoir offrir en permanence un service très haut de gamme doublé d'un engagement inégalé en matière de sécurité. NTA est le premier opérateur d'avions d'affaires à avoir reçu la certification IOSA (IATA Operational Safety Audit), la plus haute accréditation de sécurité au monde. NetJets Europe emploie plus de 1 500 salariés au total et dispose d'une flotte de plus de 130 avions. NetJets Europe est le représentant commercial de NetJets Transportes Aéreos S.A., transporteur aérien de l'UE.
www.netjetseurope.com

À propos de mergermarket / Remark
mergermarket est une société de renseignement indépendante en matière de fusions/acquisitions (F&A). Contrairement à d'autres prestataires du secteur, mergermarket se spécialise dans l'identification des opportunités de transaction en s'appuyant sur une base de données complète, ce qui permet de créer de solides revenus pour le client.
Remark est la division d'étude de marché et de publication de mergermarket. Remark publie des rapports sur les mouvements de F&A et de capital investissement, des informations à caractère sectoriel et géographique, ainsi que des études empiriques sur un large éventail de sujets concernant les entreprises et leurs prestataires de services.

Mardi 11 Décembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News