Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Les chefs d’entreprise doivent proposer des « alliances avec la Société »


Encore faut-il que les chefs d’entreprise conçoivent que cette réinvention de l’entreprise passe aujourd’hui par la Société, non par la Bourse, non par le marché seul.



Patrick d’Humières
Patrick d’Humières
’est certes un enjeu de modèle de régulation mais c’est d’abord le défi de la communauté économique, tant le projet de l’entreprise s’est abîmé dans la mondialisation et s’est décrédibilisé dans sa financiarisation. Nombreux sont ceux qui pensent encore que les lois doivent fixer le seuil minimum d’exigence, reflétant le pacte social du moment, et que c’est aux firmes de choisir la façon dont elles agissent, au-delà de quelques obligations minima, comme la non dangerosité des produits et la loyauté des relations commerciales, dans une compétition la plus ouverte possible. Ce dogme libéral vient d’exploser car les entreprises n’ont pas réussi à l’assumer convenablement. Le respect de droits politiques et sociaux majeurs, la sécurité des consommateurs, la protection des ressources naturelles, n’ont pas trouvé leur compte dans ce « cadre volontaire ». L’importance des enjeux collectifs contemporains – emploi, environnement, sécurité, équité, transparence…- ont partie liée avec la valeur créée, au-delà du prix et de la fonctionnalité du produit.

Il ne s’agit pas d’un débat théorique car « la maison brûle » et l’éco-système humain » dispose de moins d’un demi-siècle pour régler ses urgences. Les enjeux créent des rapports de force qui mettent très vite l’entreprise en situation de vulnérabilité et sur la défensive. C’est ce que vivent les pétroliers, coincés entre l’ancien monde qu’ils représentent et les privilèges qu’ils en tirent, comme les constructeurs automobiles qui proposent une offre jugée décalée par rapport aux nouveaux comportements de mobilité ou encore les laboratoires pharmaceutiques qui misent trop sur la consommation en volume de leurs médicaments par ceux qui peuvent les payer. La génération actuelle de managers qui quitte les commandes a eu tendance à différer l’affrontement à cette problématique car elle ne parvenait pas à la comprendre. Issus de l’après guerre, porteurs d’une période de prospérité unique dans l’histoire humaine, les dirigeants économiques actuels se sont euphorisés à travers un modèle quantitativiste qui apparaissait linéaire, toujours plus prometteur et dont les difficultés ne justifiaient en rien qu’on le remette en question. Il faut dire que ce modèle n’a pas été ingrat avec eux ! « Le système avait raison puisqu’il marchait… ».

Patrick d’Humières
www.company21.fr

Mercredi 10 Février 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News